AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Chen Ahn Dào

The Kichijoji's Fairy
avatar

Messages : 24
Age : 27



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]   Ven 2 Juil - 3:36

Ahn ouvrit les yeux, devant elle se dressait cet abominable être ; à l’instant lui venait l'idée d’enfoncer la lame de son couteau de chasse dans cette gorge velue, un instant où elle eut l'irrésistible envie de dérober l'afflux sanguin de la bête humaine. La lame crantée aurait vite fait de pénétrer dans le poitrail du commerçant ventripotent ; son arrogance rachitique projetée vers le sol crasseux de sa veille boutique de déchets.

"Elle doit décliner votre invitation... Si vous refusez la transaction, elle devra se trouver un autre marchand."

Les yeux lubriques du commanditaire de son ire, fixaient avec engouement le pli de son pantalon, moulant, pratique et confortable pour aller chasser ; juste au niveau de sa génésie. Ahn avait jusqu'alors réussi à garder son sourire figé sur les lèvres, mais l'albinos savait que, bientôt, elle risquait de sortir de ses gonds. Elle n'avait pourtant pas demandé grand chose, juste un troc classique, quelques peaux de lapins chassés la veille, contre une ou deux vieilles bouteilles de saké qu'elle pourrait ensuite rechanger dans un bar contre autre chose. Le quinquagénaire, se trouvant en veine lui avait alors proposé un tout autre marché. Quelque misérables bouteilles d'alcool contre une quête de tropisme. Peu de couleurs venaient troubler les pommettes marbres de la jeune fille, mais à ce moment précis, les deux plaques écarlates n'était point le fait d'une timidité nubile, mais plutôt d'une frénésie en puissance. Elle s'était donc mise à jouer avec une mèche pendante de ses cheveux, ce qui lui donnait encore plus l'air de la jeune fille prépubaire qui était loin de se cacher sous le regard azuré d’Ahn Dao.

"Allez, ma jolie, fait pas ta timide, juste un instant avec moi derrière le comptoir... J'irais tout doucement si c'est une première pour toi...



- Elle ne pense pas que vous puissiez la satisfaire. Il est dommage de voir que vous passiez à côté d'un tel arrangement. Il se peut que cela ne fût point pour vous. Elle n'y peut rien de plus et vous souhaite donc une bonne journée.


-ESPECE DE SALO** !!!"


Mais la jeune fille gracile avait déjà parcouru une bonne distance, et avancé d'un pas que la teneur de son sentiment hâté, vers un endroit où il laissait rechuter sa pression sanguine. Le tambourin perdait peu à peu de son ampleur laissant à son endroit un zeste de rancune envers les mâles de son espèce, et s'interrogeant sur la pensée des êtres étranges de l'autre sexe. Etait- il possible qu'ils crurent encore que la société soit une phallocratie. Elle aurait bien aimé retourner sur ses pas afin de pratiquer une amputation du dit appendice, voir si son propriétaire reviendrait à une meilleure vision des choses par la suite. Mais bon voilà, s'improviser ainsi chirurgien et du même coup scientifique risquer de lui causer plus d'ennuis que de Joy.

Ainsi donc suivant le flot de pensées similaires, ses pas avaient fini par la mener vers les portes d'un café. Quelques instants plus tard, elle se retrouvait assise à une table avec devant elle le dernier siège vide de tout le café. Une jeune fille au grand sourire [C'est Shäan si cela ne la dérange pas, il s’agit du café où elle travaille; elle n’intervient pas dans le RP évidement] vint prendre sa commande, un demi pichet de saké, après une bref attente, l'alcool se trouva à portée et elle s'apprêtait à y noyer sa colère, quand une voix d'enfant brisa sa quiétude :

"M’man, m’man regarde c'est la "raconteuse" !


Un garçonnet la pointait du doigt, tout en tirant une mère, confuse, par la manche.

Très vite tout le café lui avait demandé une histoire, après un clin d'œil du patron et un autre demi -pichet arrivé pour le coup devant elle, Chen s'assit sur le dossier de son siège et d'un geste théâtral demanda le silence :

"Elle veut bien vous conter une histoire... Il était une fois dans un lointain passé, bien avant que la tempête ne s'abatte sur la belle Tokyo, vivait en un lointain pays, une fillette… Elle était si mignonne que sa mère lui confectionna un manteau rouge muni d'une capuche, ainsi tous l'appelaient: le Petit Chaperon Rouge."

Ahn continua son récit mal connu en ce lieu et quand elle le termina un tonnerre d'applaudissements fit trembler la salle, elle se rassit tranquillement et entama enfin son élixir providentiel. Vite elle sombra dans un demi-sommeil le front posé contre la table, quelqu'un s'assit sur le fauteuil à deux places en face d'elle, Ahn se demanda si elle devait se relever ou non, puis en un fugace caprice elle se redressa...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Numakura Yuki


avatar

Messages : 18
Age : 32
Job/Gagne-Pain : Professeur
Humeur : Joyeuse



Who am I ?
Âge: 24 ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]   Ven 2 Juil - 6:20

J’avais passé ma journée dans la ville essayant tant bien que mal de me repérer dans le dédale de ruelles qu'était devenu Tokyo. Certaines étaient devenues inaccessibles, d’autre nécessitaient presque de monter en rappelle contre une paroi pour passé, bref ce n’était pas simple.
Surtout que moi et la grimpe, on n’est pas très copine. L’idée qu’on puisse trouver du contentement a monté une façade à la verticale me paraît très saugrenue. Ho bien sûr, aux grands maux les grands moyens, comme on dit, mais on dit aussi pourquoi faire compliquer quand on peut faire simple…
Et vous me l’accorderez, perdre une heure à chercher une rue praticable c’est bien plus simple que de suer comme un bœuf, les doigts en sang à 3m du sol.

Bon alors j’allais mon petit bonhomme de chemin, quand je tombais nez à nez avec un café. C’est plutôt pas mal, j’aurais pu tomber nez à nez avec un poivreau. Ou, au vue de ma légendaire chance, avec le bitume (freiner avec la face c’est ma spécialité) !
Non je ne me prends pas les pieds dans n’importe quoi, c’est n’importe quoi qui se prend dans mes pieds, NUANCE.
Donc non aujourd’hui c’était un bon jour, un petit café sympathique, plein à craquer. Les gens parlaient fort et la serveuse avait l’air proprement débordée. La seule place de libre était en face d’une jeune femme, plutôt jolie. En me rapprochant je remarquais, qu’elle jurait ostensiblement avec la masse des gens dit « normaux ».

Sa peau était d’un blanc laiteux lui donnait un air de poupée de poupée d’Hina Matsuri. Elle ressemblait à O-Hina-sama (poupée de l’impératrice), sauf les cheveux, ses cheveux clairs étaient chose rare sur une Japonaise, en plus elle n’a pas les racines noires, ça doit être naturel.

Je la dévisageais très impoliment mais, étant donné ses attributs, elle devait avoir l’habitude. Au moment où mes fesses embrassaient le banc, elle se redressa.

- Hajime mashite watashi wa Numakura Yuki. Onamae wa nan desuka ?* » lui dis je en souriant.

*(Enchanté, mon nom est Numakura Yuki, Comment vous appelé vous ?)

La serveuse arriva à ce moment critique et je commandais une bière, avant de me retourner vers mon interlocutrice qui n’avait pas l’air très contente. .
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Chen Ahn Dào

The Kichijoji's Fairy
avatar

Messages : 24
Age : 27



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]   Sam 10 Juil - 8:35



Ahn se redressa donc... Les vapeurs de l'alcool déjà bien oubliées et le regard braqué sur l'événement perturbateur. Certes il n'y avait pas d'autre choix que de s'asseoir en face d'elle. Certes... Chen se rendait compte de son asociabilité apparente et d'une pirouette faciale ,elle darda un sourire sur ses lèvres. L'autre parla, elle lui demandait son nom comme ça... Ahn se demanda d'où elle pouvait bien sortir, quant à son regard... il aurait pu la mettre mal à l'aise mais Ahn Dao l'avait déjà vu un bon millier de fois malgré sa jeune existence. Une colère abyssale refit soudain surface. Une soudaine envie de se venger apparut au milieu d'elle. Elle imagina alors une fanfaronnade. Sans se départir de son franc sourire, bien que dans l'absolu factice, elle pesa correctement ses mots avant de parler:

"-Elle donne rarement son nom aux étrangers..." d'un ton qui ne laissait pas entendre si Ahn voulait le lui révéler où non.

Elle observa donc plus en profondeur la jeune fille aux yeux couleur lapis-lazuli. Elle peaufinait les travers de son plan et savait que pour ainsi dire qu'elle ne posséderait que cette étrange attirance qu'elle lisait dans le regard de l'inconnue. Bien sûr, elle allait en jouer. Pas un seul changement sur le visage franc qu'elle exhibait quand la machine repartit:

"-Elle pourrait peut être si vous représentiez un être intéressant, mais... il n'y a qu'un moyen de le savoir."

Ce susurrement amenait à la confidence, le tout était de faire penser qu'elle partageait là un grand secret. Le premier engrenage venait de s'enclencher. L'albinos ne doutait guère que la fascination ressentie par les êtres "normaux" en vue de son état, lui permettait bien des choses. Ainsi d'un geste ample et lent, elle prit la main gauche de la demoiselle et de son index droit , qu'elle savait pertinemment glacé, suivit le tracé dans la paume ainsi prisonnière.

"-Elle voit des choses... Elle sent un destin funeste lié à votre regard... Intéressant... Vous avez perdu un être proche..."

Ahn plongea profondément son regard dans celui de l'autre. Un être proche, le pari n'était guère risqué, tout le monde sans exception avait perdu au moins un proche lors de la tempête. Ahn simula un soudain malaise.

"-Elle voit une dualité en vous... Elle sent un sang qui n'est pas de ce lieu, d'un autre continent? Pourtant elle sait que celle qui vous a donné votre nom avait un profond respect pour le japon... étrange... étrange..."

Chen savait qu'elle ne prenait pas vraiment de risque quand à ce qu'elle affirmait, le nom de la jeune fille était typique des japonais conservateur, cependant son corps trahissait des gènes étrangers ; de son regard à son tour de poitrine. Pourquoi la mère, pas totalement du hasard, il s'agit d'une fille et il est rare que se soit le père qui choisisse le nom d'une petite fille. La diseuse de bonne aventure pencha la tête d'un côté et de l'autre comme ci elle contemplait son interlocutrice à travers l'éther, n'importe qui lui aurait alors prêté le don qu'elle prétendait avoir, cependant il ne s'agissait alors que de l'un de ses nombreux artifices.

"-Elle sait que vous êtes maladroite mais que cela ne vous empêchera pas de trouver votre chemin..."

Il s'agissait toujours d'un zeste de psychologie plutôt qu'autre chose, l'autre semblait porté une belle collection de plaies sans gravité, de bleus et d'écorchures, il n'était guère nécessaire d'être marabout pour deviner que la jeune fille souffrait d’impéritie. Quand à la formulation, quelque années passées auprès de la tireuse de cartes du cirque, lui avaient été d'un grand secours. Elle lâcha la main, simula l'épuisement, avala le fond de sa coupelle de saké, et regarda dans la bouteille, puis la reposant sur la table ce qui provoqua un son creux. Il s'agissait là d'une manière subtile d'inviter son "amie" à commander quelque chose. Elle regarda toujours de son regard transcendant la dénommée Yuki.

"-Elle est troublée par votre aura, ainsi elle ne sait si elle doit vous confier son patronyme, jusque là vous pouvez la nommer "amie"."

Ahn ramena une mèche de ses cheveux derrière son oreille ; cela n'était guère anodin c'était une des façons de ramener le regard de Yuki au contact avec les yeux rouge de la jeune fille ; elle savait que le rayon de soleil arrivant de cette manière sur son visage changerait la couleur de ses yeux à coup sûr : la particularité des yeux albinos sous une certaine luminosité est qu’ils deviennent rouges pâle, presque rosés. Un artifice de plus. La serveuse se rapprocha de plus en plus distribuant à chaque table son sourire et ses phrases préenregistrées. Un pétillement amusé troubla les prunelles rosées, quand Chen l'aperçut par delà son interlocutrice
.







Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]   

Revenir en haut Aller en bas
 

L'air du Paradis, souffle entre... [PV YUKI]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Harajuku (Centre) :: Les Bars et les Restos-