AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Kaijirô Akibashi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kaijirô Akibashi


avatar

Messages : 3
Age : 29
Job/Gagne-Pain : Martyriser les claviers
Humeur : Demandez pas...



Who am I ?
Âge: 9
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Kaijirô Akibashi   Mer 7 Juil - 9:56

Kaijirô Akibashi

❖ Identification


  • Nom : Akibashi
  • Prénom : Kaijirô
  • Surnom : Kaiji ou Kai
  • Sexe :
  • Âge & Date de naissance : 9 ans, né un 13 octobre 2010
  • Origine(s) : Tokyo - Japon
  • Langue(s) : Japonais
  • Métier(s) : Facteur, messager à Shibuya
  • État civil : Enfant

❖ Aspect Physique


Le jour s’était à peine levé. Le ciel annonçait un temps magnifique au-dessus d’une ville en ruine. Bien qu’elle reprenne des couleurs au fil des années, il y avait toujours ce style un peu… destroy. Kaiji, quand à lui, était levé depuis un long moment. Il avait déjà attrapé sa sacoche et sans un bruit, il sortit de l’Arbre du Pendu, puis de la tour Shibuya. La douceur matinale lui caressa le visage et éveilla tous ses sens. Au-delà des immeubles abandonnés et des ruines, on entendait des coups de feu. Il s’agissait de la réserve, ex-quartier Asakusa et Akihabara retourné à l’état sauvage. Kaiji n’était pas inquiété, il ne mettrait pas les pieds au pays des chasseurs et des cannibales aujourd’hui. Alors, voyons… Sa tournée le mènera globalement partout dans le centre et… ah, il va falloir qu’il fasse un crochet par Kichijōji. Le garçonnet grimaça. Il détestait cet endroit. La dernière fois, des gens avaient tenté de le racketter. Et même une paire d’anciens yakuza, qui en voulait à l’héritage de sa famille. Une simple fusée éclairante avait suffit à Kaiji pour courir et s’en tirer à bon compte. Bien qu’il déteste le Repère, il en connaissait presque tous les recoins et cachettes sûres de la zone. Son physique était très avantageux dans les fissures et autres anfractuosités.
Kaiji prenait son travail très au sérieux. Être le seul facteur à des kilomètres à la ronde impliquait de sacrées responsabilités. Pour lui, c’est très important de communiquer. N’ayant pu dire à sa sœur tout ce qu’il aurait voulu lui dire, il faisait ce travail afin que les gens se parlent et se comprennent. Une simple lettre pouvait décider de la vie ou de la mort ici bas… Un jour, Kaiji avait récupéré une missive destiné à un clan de yakuza. En apportant cette lettre à son destinataire, il avait contribué à la trêve dudit clan et de son rival.
L’enfant siffla. Il entendit des bruits de galop et une magnifique jument alezane déboula dans la rue. Epona, sa fidèle compagne et associée. Il s’approcha et caressa le museau de l’animal… qui répondit par un hennissement reconnaissant. Kaijirô grimpa sur le dos du cheval et ils se mirent en route…


  • Physionomie : Le gamin descendit de son cheval et je l’observai. Ce moustique ne devait pas faire plus d’un mètre trente… et c’était lui le nouveau facteur ? Mouais… Il vint vers moi en courant maladroitement… ce devait être sa perpétuelle sacoche qui le gênait. A mi-chemin, il se mit à marcher. Sa démarche était pour le moins gracieuse pour un mioche de neuf ans. Je remarquai cependant un léger déséquilibre sur sa jambe gauche…

    Il se posa devant moi et me salua en souriant. Il plongea la main dans sa sacoche et me tendit une enveloppe. J’examinai son visage de plus près. A sa tête et à la forme de ses yeux, il n’était pas totalement japonais. Un parent européen sans doute. Ses yeux étaient gris, étrange. Il me sourit. Je pris la lettre, fus remercié et le miston s’en retourna vers son cheval.


  • Vêtements : Quel étrange accoutrement il portait. On n’avait pas vraiment besoin d’uniforme en ces temps de malchance… Surtout un comme celui-ci, entièrement teinté bleu… Il portait une curieuse casquette – trop grande pour lui par ailleurs – qui lui cachait sa tignasse. Une longue écharpe blanche le protégeait du froid. En ce qui concerne sa veste et son pantalon… bleu marine, comme tout le reste… Sauf ses bottes. Une paire de bottines usées.

  • Autres : Il remonta son destrier… Une fois dessus, il enleva sa casquette et je remarquai alors la couleur de ses cheveux… Ils avaient la couleur de la neige… J’ignorai que les gamins pouvaient avoir les cheveux blancs. L’enfant talonna son cheval et partit.


❖ Aspect Psychologique


Enfin rentré ! Kaijirô se félicita intérieurement d’avoir terminé son travail aussi vite. L’après-midi venait à peine de commencer. Son estomac se plaignit… Il n’avait même pas pris la peine de se restaurer ce matin. Mais avant, il fallait ramener Epona dans son petit pré… un tout petit coin de paradis que Kaiji lui avait aménagé à quelques pas de la tour. Ci-fait, il rentra et se dirigea vers le tenancier-restaurateur de Shibuya.
  • Caractère : Kaiji fut bousculé plusieurs fois avant d’atteindre une table pour manger tranquillement… Il n’avait pas beaucoup d’ami dans la tour… et sa timidité n’arrangeait rien… Bah ! Qu’il en soit ainsi, ce n’est pas ce qui allait l’empêcher de dormir ou de manger. En réalité, il était plutôt solitaire comme garçon. Ses amis enfants, il les voyait peu et ne jouait plus vraiment avec eux… bien sûr que ça lui faisait plaisir, mais il n’avait pas le temps pour ça… Il avait un métier avec des responsabilités. Pas le temps pour les naïvetés… Des enfants couraient et riaient partout dans les couloirs et les grands vaquaient à leurs affaires sans se soucier de rien… Ces rires et ces bruits l’ennuyaient. Il voulut leur dire d'arrêter, mais on se serait encore moqué de lui car il n'était pas "rigolo". Non, Kaiji n'avait pas envie d'être "rigolo". Il prit sa ration en boîte et sortit de la tour pour rejoindre Epona.

  • Particularités : Arrivé dehors, au silence de la ville, il se senti déjà mieux. La jument l’accueillit en poussant un hennissement. Elle le gratifia d’une ruée de la tête, geste qui signifiait « une caresse ! » de sa part. le jeune garçon s’exécuta et s’assit à ses pieds. Que lui avait préparé le cuisinier ? Du steak de tofu… Kaijirô grimaça… De toute sa courte vie, il n’avait jamais rien mangé d’aussi… immangeable. Il remis soigneusement le carré blanc à sa place et s'enquit de trouver la part d'Epona... un morceau de pain frais qu'il s'empressa de donner à la jument. En regardant bien, il ne trouva rien de plus dans sa ration que des fruits secs et des seiches séchées... Kaiji rêvait d’un bon steak… du veau, avec une tonne de ketchup et un soda bien frais… Pour couronner ce festin, une île-flottante. Son père était cuisinier français et de toute son existence il n’avait mangé de nourriture aussi bonne ! Il préférait largement ça aux sushis japonais et autres plats à base de poissons… ça ne devrait même pas exister ça… Kaiji mangea finalement les fruits de la boîte à bouffe et laissa le reste aux rats.


❖ Histoire


Heavy rain falls… and only kittens stay there.

Acte 1 – Le Fils de l’Automne

Novembre 2013
Le vent et la pluie se fracassaient contre les fenêtres. C’était vraiment terrifiant. La tempête enragée redoublait de violence à chaque instant… J’essayais tant bien que mal de me concentrer sur ma lecture, ayant abandonné depuis longtemps l’idée de dormir par un orage pareil. Soudain, un énorme coup de tonnerre retentit et le courant fut coupé. J’ai entendu mon petit frère crier. A tâtons, j’essayai de trouver mon chemin vers sa chambre. Aidée par ses cris et la lumière fugace et menaçante de la foudre, j’y fus très tôt. En passant devant leur porte, j’entendis mes parents s’agiter. Ils écoutaient la radio… et les nouvelles ne présageaient rien de bon. A mon entrée, Kaiji me sourit. Tout en lui chantant quelques contes de nos ancêtres, j’aperçus des passages de lumières et des bruits de pas… Mes parents s’étaient activés à garnir la chambre forte…
Je restai avec mon frère, jusqu’à ce que père vienne nous chercher pour nous enfermer dans la chambre de panique. Quand j’y repense maintenant, il lui aurait fallu que quelques secondes en plus pour que nous soyons tous saufs. Mais le vent poussait si fort… La voiture a traversé le salon et a projeté notre père vers la cuisine. Je me souviens encore de son corps désarticulé, juste avant que la porte de la chambre ne se referme… pour de bon.
Mère et moi essayions de calmer Kaijirô. Il ne comprenait pas ce qui se passait et c’était normal. Mon frère avait à peine 3 ans. Que pouvait-il comprendre ? Nous n’osions lui dire que son père ne serait pas sauvé. Maman retenait ses larmes, je le voyais bien. Moi également, mais il fallait être forte pour Kaiji. Mon petit Kaijirô… Enfin, il s’était calmé… La tempête, quand à elle, avait redoublé de puissance, mais la chambre tenait bon.
Plusieurs heures s’écoulèrent avant que le silence ne s’installe. Un silence lourd et morbide. Etions-nous les seuls survivants ? Non bien sûr… ça paraissait improbable. Mère décida d’attendre les secours. Quand ils arriveraient, nous ouvririons. Il fallut un très long moment - j’avais déjà perdu la notion de temps – avant que des voix ne se manifestent. Nous actionnions l’interrupteur et avions senti la mort. Notre future mort. Le gaz, emprisonné dans les murs, faillit nous faire perdre connaissance. Tout s’était ensuite enchaîné à la vitesse de l’éclair… Maman et Kaijirô qui foncent vers la fenêtre, moi, qui suffoque encore dans la chambre de panique. Un bruit de grincement vers l’entrée, le souffle de l’explosion. La chambre qui se referme, mère qui se jette sur mon frère. Les hurlements qui résonnent à l’extérieur… J’avais laissé mourir ma mère et mon frère… J’ai crié. Ils ont ouvert la chambre. C’est alors que j’ai entendu un homme s’agiter, précisément là où ce qui restait de ma famille se trouvait il y a quelques secondes…
« - Le gamin respire encore ! »



Acte 2 – Averse de Larmes

Décembre 2013
Je portais mon frère sur mon dos, il dormait déjà. Je marchais sous la pluie vers Shibuya. Les adultes voulaient nous placer. Ils avaient essayé de nous voler et de nous séparer, purement et simplement… qui étais-je, du haut de mes 13 ans, pour me mettre en travers de leur chemin ? Alors nous nous étions enfuis. J’avais entendu parler d’un Pays Imaginaire, un endroit où se rassemblaient tous les enfants laissés pour compte par la Tempête. Je m’étais abritée pour me reposer un instant. J’ai regardé Kaijirô dormir. L’innocence brisée de ce petit garçon m’attristait au plus haut point. D’autant que c’était mon frère… Ce choc se symbolisait sur lui par un mutisme qui, je l’espérais, ne serait pas permanent et surtout, et j’ai encore du mal à l’expliquer, par le fait que ses cheveux avaient pris la couleur de la neige. Je caressai la tignasse de mon frère. Nous avons mangé puis nous repartîmes. Mon frère me semblait si lourd, mais jamais je ne me serais arrêtée.

La fièvre m’a prise une journée après notre arrivée au refuge. Mon frère et moi avions été très bien reçus… Je remercie, tant que je le peux encore, toutes les personnes et tous les enfants qui nous ont aidés à nous installer et à retrouver un semblant de vie… Mon intégration s’était bien déroulée, mais Kaiji ne semblait pas décidé à sortir de son mutisme.
De jour en jour, je sentais sur moi comme un écrasement… je suis toujours incapable de dire ce qui me fait mourir… Mais la fièvre, mon torse qui hurle de douleur et le sentiment qu’on avait mit l’immeuble Shibuya tout entier sur mes épaules.
Kaiji, malgré le fait qu’il ne parlait plus, c’était fait une bande de camarade avec lesquels il passait du temps. C’’était mieux comme ça, je ne voulais pas qu’il restait à mon chevet sans essayer de survivre. Je ne regrette absolument rien…

Kaiji vient de temps en temps, mais il ne parle toujours pas… Il a trouvé un travail dans le refuge, je crois qu’il est livreur, un truc comme ça.

La fièvre a encore monté… Le seul étudiant en médecine du refuge n’est pas très optimiste, et aucun médicament ou quoi que ce soit ne peut m’aider.

Je n’écris plus comme je le voudrais. Trop faible. Vous qui lisez, transmettez à Kaijirô Akibashi, mon frère, mon cœur, mon amour… dites lui que nos parents, et moi, nous serons toujours et à jamais avec lui.

Miko Akibashi mourut d’une pneumonie quelques minutes après avoir terminé ces lignes. Son frère, Kaijirô, sortit de son mutisme quand il la vit étendue sur son lit de mort, où il implorait le ciel que sa sœur revienne…


Joueur/Joueuse
  • Prénom / Pseudonyme : Flodjo / 3D / Christophe Willem (Edit' Kaz => Comme quand t'as fait bloquer l'type sur la ligne 2 l'autre jour x) Mouahaha !)
  • Âge : 22 ans
  • Serez vous actif ? disons 6,333333333 (Allons bon. Y'a beaucoup trop d'chiffres, là ! T'sais bien que je hais les maths >:3)
  • Comment avez-vous connu le forum ? Dans un paquet de vache-qui-rit ! (Le paquet de vache qui rit te zut !)
  • Autre chose à ajouter ? Code vu et revu par JanJan o/



Dernière édition par Kaijirô Akibashi le Sam 10 Juil - 22:56, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Kaijirô Akibashi   Mer 7 Juil - 10:25

Kaiji ♥

*lit le plus vite possible*

Oh mon dieu, Kai, il manque une ligne à la psychologie alors que le reste est parfait ! *choc*

Bon, plus sérieusement...Niveau cohérence, toussah, c'est good.
Niveau orthographe/grammaire, il me semble avoir repérer quelques erreurs, mais c'est de l'inattention, alors contre ça, y'a pas d'secret, faut se relire et se re-relire \o/
Niveau concept du perso, tu l'sais déjà, j'le trouve super, le Kaiji ♥
Et pis voilà.

On fait quoi, pour cette vile ligne manquante ? '_'

EDIT => Ah, oui, et il faudrait réussir à caser quelque part un ptit bout de texte sur sa famille, puisque tu dis qu'il a un parent non-japonais ^_^

EDIT 2 => Ma Sari m'informe qu'il n'est pas du tout judicieux de donner du tofu à un cheval, je cite : "C'est le truc qui à tout les coups fait crever l'pauvre animal ! -_-" Conclusion, afin d'éviter que la pauvre Epona ne finisse en steak de cheval (hérésie !), évitons le Tofu ! \o/
Du pain, c'est mieux, qu'elle dit ! Et comme elle est infiniment plus informée que moi au sujet de nos amis les équidés, mieux vaut suivre ses conseils ♥

____________________


Kit © me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Kaijirô Akibashi


avatar

Messages : 3
Age : 29
Job/Gagne-Pain : Martyriser les claviers
Humeur : Demandez pas...



Who am I ?
Âge: 9
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Kaijirô Akibashi   Jeu 8 Juil - 23:31

0) Bon j'ai essayé de régler les quelques fautes que j'ai trouvé...

1) Pour sa famille, je vais me mettre au boulot quand je saurais comment arranger ça :p [c'est fait !]

2) Le problème de la Jument est réglé ! Je remercie d'avance cette Sari, pour les présents et futurs conseils sur les équidés ! [c'est fait !]

3) La ligne manquante... ben écoute, je sais pas ! Je l'ai raté au passage, c'est tout ! J'ai aucune excuse, je repars aussitôt à sa poursuite ! [c'est fait !]

Bien à vous...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Kaijirô Akibashi   Ven 9 Juil - 3:43

*applaudit*
Yeah, tu as capturé une ligne manquante sauvage ! Bravo x)

Bon, sur ce, je pense que je peux te valider \o/

*ébouriffe les cheveux de Kaiji*

____________________


Kit © me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Kazuki Umezawa

The One Who Needs To Be Loved
The One Who Needs To Be Loved
avatar

Messages : 194
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Serveur / hôte
Humeur : Hum...? Vous voulez le savoir ? Alors cherchez ! *sourit*



Who am I ?
Âge: 27 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Kaijirô Akibashi   Ven 9 Juil - 3:58

*lance des marshmallows et des confettis sur Kaiji*

Yeah ! \o/

(Note totalement inutile : Le correcteur orthographique de connaît pas "marshmallow". Soit. Par curiosité, je regarde ce qu'il me propose. Marshall, marseillaise, marseillais et supermalloys quand on le met au pluriel. Marshall, marseillaise, marsupial et supermalloy quand on le met au singulier. Et donc là, une remarque hautement judicieuse me vient à l'esprit : il ne connaît pas marshmallow, mais il connaît supermalloy. D'accord. Mais c'est quoi, un supermalloy ? Oo)

____________________

Oh!
Do you know what you got into
Can you handle what I'm 'bout to do
'Cause it's about to get rough for you
I'm here for your entertainment

Oh!
I bet you thought that I was soft and sweet
You thought an angel swept you off your feet
But I'm about to turn up the heat
I'm here for your entertainment










#373530
Kit ©️ me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net/forum.htm
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Kaijirô Akibashi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Kaijirô Akibashi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | Inscriptions | :: Les Enfants Perdus :: Fiches Validées-