AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Le corbeau chante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ieyasu Ito


avatar

Messages : 48
Job/Gagne-Pain : Spécialiste en croissance et récolte de plantes
Humeur : Bonne



Who am I ?
Âge: 23 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Le corbeau chante   Dim 16 Jan - 11:18

Aujourd'hui, rien n'aurait pu lui faire plus plaisir que de se promener le long de la rivière Sumida; à cette période-ci de l'année, le débit de la rivière était beaucoup plus doux et, surtout, semblait être dépourvut de tous les débris qu'il amenait généralement avec lui à partir du printemps jusqu'à tard l'été. Il faisait un peu froid dernièrement -mais ce n'était pas étonnant en y repensant bien, puisque l'on était en plein milieu du mois de janvier. Il avait bien fait de porter ses longues bottes de cuir ce matin; plus il s'enfonçait dans la longue rue, plus il se prenait les pieds dans ce qui devait être des nids-de-poule remplis d'eau froide et boueuse. Les quelques flic-flocs qu'il produisait en marchant le faisait sourire doucement, allégeant un peu son pas. Hier, les températures avaient bien atteintes le moins deux durant la nuit, aussi trouvait-on ici et là encore quelques plaques de givre que la chaleur du matin aura tôt fait de faire fondre. Déjà, quelques gouttes perlaient ici et là à l'extrémité des toits, luisant telles des diamant à la lueur tamisé de cet avant-midi grisâtre. Faut ce qu'il faut, hein; ils ne pouvaient pas toujours avoir des journées ensoleillées. Il accéléra le pas au détour d'une petite ruelle, reconnaissant par cœur l'ancienne petite échoppe de poterie sur la gauche.

Il y était allé, avant, avec ses parents. Durant les vacances de sa grand-mère qui venait de la campagne. Et elle avait passé son temps à se plaindre du fait que les lieux ancestraux de Tokyo étaient tous en train de se transformer en chaire à pâture pour les touristes. Lui s'en foutait à l'époque, et s'en foutait encore plus maintenant qu'il n'y avait plus de touristes. Ni de grand-mère. Il frotta ses mains ensemble avant de les enfoncer dans ses larges poches de manteau, se promettant à lui-même de se mettre à la recherche de gants d'ici peu. Il avait beau ne pas neiger souvent en ville, il restait qu'il faisait rarement plus que quelques degrés au-dessus de zéro en cette saison.

Il n'y avait qu'un truc qu'il n'aimait pas particulièrement en cet endroit; les animaux. Il aimait les petites bestioles à fourrure et, tant qu'elles ne s'approchaient pas trop de lui, celles à carapace, mais ce qu'il n'aimait pas, c'est qu'il n'arrivait jamais à les voir tout à fait. Il ne faisait que les entendre, comme un bruissement continu et moqueur. Il fallait dire que ses sens n'étaient pas très développés pour ce genre de chose: lui était né pour se plonger le nez dans les bouquins, et les mots fuient généralement peu le cadre des pages qui leurs sont imposées.

Il poussa doucement la porte du temple bouddhiste Senso-ji, le grincement de la porte faisant fuir de petits oiseaux qui avaient fait leur nid dans une des corniches du plafond. Le bruissement le fit frémir malgré lui, le poussant à avancer plus vers l'intérieur de la bâtisse qui, par un miracle qu'il n'aurait su expliqué, ne s'était pas complètement transformé en ruines lors de la tempête, ni par la suite d'ailleurs. Il s'approcha de quelques plantes -des plants de Gynostemma pentaphyllum, principalement, qui, grâce à l'abri du vent qu'offraient les murs du temple, avaient poussés au point de faire en sorte que l'endroit semblait être couvert de rideaux de feuilles. Cette plante, bien qu'effectivement peu nourrissante -parce que c'était tout de même leur soucis principal- poussait rapidement, comme tous les autres cucurbitacées, sans trop de soins -quoique beaucoup d'eau, tout de même- et était depuis peu le meilleur remplacement de sucre en leur possession. On dira ce que l'on voudra, mais tout goute un peu meilleur avec un peu de sucre, n'est-ce pas? Il avait aussi tenté de faire pousser de l'arroche, ans grand succès: cette dernière résistait bien moins en froid que sa comparse chinoise.

Il enleva du chemin quelques débris qui avaient probablement étés amenés par le vent et des petits animaux, se disant qu'eux aussi devaient profiter de l'endroit pour se réfugier du froid -et pour se nourrir, à en croire les quelques feuilles manquantes ici et là. Il attrapa deux sceaux vides qui avaient étés déposés dans un coin, les soulevant en essayant de ne pas trop faire de bruit pour ne pas attirer des animaux plus gros que ceux à qui il avait fait peur -on ne sait jamais. Il sortit bien vite du temple, se dirigeant à nouveau vers la rivière Sumida; et il avait beau trouver que la clarté de l'eau était quelque chose d'absolument magnifique, il devait quand même s'avouer que de descendre les remparts qui formaient la berge, c'était plutôt chiant, surtout lorsque l'on doit les remonter plus tard avec des sceaux remplis d'eau. Sauf que ses petites protégés étaient voraces en la matière, et ne survivraient probablement pas sans.

Ses sceaux, pour ceux que ça intéresse, avaient autrefois été troués -et restaurés par un principe très intéressant de patchage plus ou moins précis; ils avaient effectivement l'air de vouloir rendre l'âme, mais au moins, ils ne coulaient pas. Pas trop. Il se pencha maladroitement sur le bord de l'eau, tenant le premier de ses sceaux à bout de bras pour atteindre l'eau un peu plus bas; la malédiction japonaise l'irritait en ce moment, mais petit à petit, l'eau remplissait l'étrange contenant, le forçant à se redresser avant d'échapper le pot. C'aurait été dommage, quand même. Alors qu'il repoussait une mèche rebelle qui était venue se ficher devant son œil, il ne pût s'empêcher de sursauter en apercevant une ombre un peu plus grande et sombre que les autres.

-Je peux vous aider? fit-il, incertain du fait même qu'il s'agissait d'un être humain et pas d'un coup de vent dans un arbre.

Il se redressa totalement, se saisissant de l'autre sceau tout en scrutant la lointaine obscurité des décombres avec un sourire timide.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minoru Ura


avatar

Messages : 27
Job/Gagne-Pain : Homme à tout faire/Fouilleur/Grand-frère.
Humeur : Taciturne



Who am I ?
Âge: 26 ans peut être...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Le corbeau chante   Sam 22 Jan - 3:57

Minoru avait encore dormit avec la petite fille , cela faisait plusieurs jours et il aurait du s'y être habitué , mais au contraire il ne s'y faisait toujours pas. Quand il essayait de convaincre la petite fille elle se mettait à pleurer et l'état de fatigue de Minoru l'obligeait de la faire rentrer.

Ce matin Minoru aurait mieux fait de rester au refuge , il faisait vraiment froid et le kimono n'était pas le vêtement le plus approprié en hiver. Mais Minoru était préoccupé par autre chose , plusieurs enfants étaient tombés malades , ils souffraient de graves crises de foie. Il pouvait s'agir d'une simple crise de foie ou bien d'une intoxication , le deuxième cas étant plus dangereux. Après avoir mené son enquête Minoru avait découvert que jeune garçon avait trouvé de petites baies qu'il avait fait manger à ses amis. Le garçon lui avait dit qu'il les avait trouvés "vers asakura" , Minoru allait donc dans cette direction. Minoru ce disait que s'il mettait la main sur une de ces baies il pourrait chercher dans un livre ou demander a quelqu'un si elles sont toxiques.

Après une demi-heure passé a fouiller le quartier , Minoru était frigorifié. Il reserrat sa ceinture puis soufflat entre ses mains.

*Si dans un quart d'heure j'ai rien trouvé , je rentre!* dit il en tripotant une des deux cornes de son masque accroché a ça ceinture.

Soudain il tombat sur un petit arbuste qui avait poussé dans la fissure d'un bloc de béton. Il y avait quelques petits fruits sur l'arbuste , Minoru en pris une et la reniflat.

-On dirait de la myrtille.... Enfin , je suis pas spécialiste , faut que je trouve un bouquin sur les baies et les plantes....Et ou je trouve ça moi...

Il en pris quelques-unes et les rangeât dans une poche de son sac à dos avant de continuer à chercher. Au bout de quelques minutes il entendit le bruit d'une rivière , il arrivat jusqu'à la rivière Sumida. Il marchat le long des immeubles en quadrillant mentalement les lieux qu'il avait déja vue et ceux qu'il devait fouiller. Il fut tiré de sa réflexion par une voix qui lui parut lointaine.

-Je peut vous aider?

La surprise manquat de le faire trébucher , il se tournat s'apprêtant à voir un gang de délinquant ou un groupe de mafieux , mais ce n'était qu'un jeune homme pourtant des espèces de trucs qui ressemblaient à des sceaux. Minoru restât sur ses guardes et passat la main dans son kimono , prêt a sortir son poingt américain.

-Oui , enfin non.... Vous faites quoi là? Et juste pour savoir , vous vous y connaissez en plantes?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ieyasu Ito


avatar

Messages : 48
Job/Gagne-Pain : Spécialiste en croissance et récolte de plantes
Humeur : Bonne



Who am I ?
Âge: 23 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Le corbeau chante   Mer 26 Jan - 7:02

Apparemment, l'autre avait été plus surpris que lui par son interpellation, alors qu'il avait pourtant eu l'impression d'être observé quelque instants plus tôt; cela avait peut-être quelque chose à voir avec le fait qu'il y avait plusieurs petits animaux qui rodaient dans le coin, et non pas avec l'arrivée du jeune homme. Pour une fois, on pouvait dire que la coïncidence était bien faite, quoiqu'il eut vaguement l'impression qu'un jeune garçon comme lui ne devrait pas traîner dans les environs sans surveillance -et, surtout, sans porter quelque chose de plus chaud: Ieyasu avait froid pour lui, en ce moment. Décrétant que ce petit jeunot -enfin, il ne devait pas être beaucoup plus jeune que lui, mais le kimono coloré adoucissait ses traits, lui donnant un air enfantin- n'était pas une menace en soi et, à la limite, un peu tête-en-l'air puisqu'il avait manqué se prendre le pavé en pleine tronche, Ieyasu se contenta de ne pas relever son manque d'amabilité. Après tout, il était quand même au courant du fait que tout le monde ne faisait pas confiance aux étrangers, dans le coin. Il posa le sceau remplit d'eau avant de continuer sa besogne, portant toutefois attention à ce que le jeune homme lui disait.

-Je suis en train de remplir un sceau d'eau, comme vous pouvez le voir, éluda Ieyasu sans vraiment trop comprendre ce que l'autre voulait vraiment entendre par là; il pouvait, après tout, s'agir d'une question banale, tout comme d'une question existentielle. Enfin, j'essaie, ajouta-t-il en sentant son souffle se couper parce qu'il était trop penché.

Il n'était pas certain de la marche à suivre; était-il supposé rendre la politesse et lui demander ce qu'il faisait dans le coin, ou est-ce que la question avait été une manière détournée de lui dire qu'il n'aurait pas dû être là? C'est le genre de subtilité que l'on retrouve dans le ton, et que lui n'avait pas du tout perçut quelques moments plus tôt -et il ne se voyait pas demander de répéter alors qu'il avait compris, aussi resta-t-il silencieux en si disant que l'autre parlerait bien assez tôt s'il en avait envie. Perdu dans ses pensées comme il était, il manqua un instant perdre la prise qu'il avait sur l'anse -mais referma ses doigts assez tôt pour ne pas perdre son précieux sceau. C'était le genre de chose que l'on ne trouvait pas facilement -probablement parce qu'ils n'étaient pas si en demande que ça, mais il n'avait pas envie d'aller en chercher à ce temps-ci de l'année. Il se redressa finalement, passant sa main libre sur son manteau maintenant couvert de petits débris. Il avait l'air intelligent: dans sa maladresse, il avait laissé un peu d'eau éclabousser hors du récipient, et ses pantalons étaient maintenant humides par endroits. Il laissa un sourire un peu gauche trainer sur ses lèvres en laissant son attention revenir vers le jeune homme, le détaillant avec un peu plus de soin cette fois. Il était grand, plus grand que lui -et pourtant, il était certain de ne pas s'être trompé lorsqu'il avait crû qu'il était plus jeune que lui. Peut-être que c'était quelque chose qu'il percevait dans sa manière de se tenir, comme s'il n'avait pas tout à fait assez confiance en lui pour faire confiance aux autres? Mais cette impression lui venait probablement plus de la main qu'il semblait cacher sous son kimono -avait il froid?

-Vous ne venez pas du centre, hein? remarqua judicieusement Ieyasu alors qu'il enregistrait la question qu'on lui avait posé un peu plus tôt; en même temps, la question ne pouvait que lui sembler étrange. Parce que quelqu'un qui le connaissait n'aurait pas posé la question -et quelqu'un qui ne connaissait pas son métier n'aurait pas demandé comme ça, par hasard, avec plus qu'une simple brin de chance. Je ne connais pas vraiment les plantes dans le sens où vous voulez probablement l'entendre, mais je me débrouille, ajouta Ieyasu en se rapprochant un peu de lui, soulevant les deux sceaux dans ses mains. C'est parce que j'ai de la terre sous les ongles que vous dites ça, ou parce que vous avez besoin de mon aide?

Il penchait plutôt pour la seconde option, en fait, vu l'air soucieux qui obscurcissait son visage -ah! Mais depuis quand était-il apte à juger des intentions des gens? Et puis, l'homme n'avait pas quitté son petit morceau d'ombre, ce qui rendait tout perception plus difficile que cela l'était en temps normal. Il agrandit son sourire un court instant avant de tendre un de ses sceaux vers l'autre, bien décidé à profiter de ce nouveau venu s'il le pouvait, ne serait-ce que le temps d'un voyage d'eau -il était endurant, oui, mais tout de même pas très fort, aussi préférait-il abuser un peu de l'autre que de se taper les transport des deux sceaux. Pouvait-on vraiment lui en vouloir?

-Ça vous dérangerait de m'aider à transporter un peu d'eau pour mes petites protégées? esquissa-t-il vers le couetté. Et aussi, pas que ça me regarde, mais vous faites quoi dehors à cette température en Kimono?

Ah, la jeunesse! Lui, quand il était encore au lycée, il allait à l'école en portant une simple petite veste parce que, hein, il le pouvait et qu'il n'avait pas envie de mettre de manteau -et en plus, il avait le culot de s'étonner d'attraper la crève, à cette époque du moins. Ça fait partit du lot des plus jeunes -on peut tellement tout supporter avec stoïcisme, n'est-ce pas? Ieyasu le fixa dans les yeux, ne cherchant là qu'à garder son attention plutôt qu'à l'intimider -il ne faut pas se méprendre. Il avait parlé tout bas, presque que comme s'il avait eu peur de réveiller des occupants imaginaires de l'endroit, et sa voix grave, après le silence profond du matin, résonnait encore à ses oreilles, comme pour protester contre ce changement subit.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Le corbeau chante   

Revenir en haut Aller en bas
 

Le corbeau chante

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Asakusa (La Réserve)-