AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stairway to heaven (public avertis) Part 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Stairway to heaven (public avertis) Part 1   Sam 7 Avr - 8:07

Ropponji 18h30 entrepot désafecté :

Eiko Serizawa ramassé des champignon dans cet endroit lugubre et dangereux. Une apparente sereinitée percée au travers des ses yeux marrons et la « tresse » qui se balancé devant eux tel un métronome désaxé donner un aspect atemporel à l'instant. Le portrait de cette petite japonaise se baissant de temps à autre pour ramasser le petit morceau de végétal et le porté a un panier tressée par ses petites mains donner une fascinante impression de paix. Pourtant s'approchant de plus prés on distinguait les quelques trous dans son tee-shirt « I love Tokio » blanc, et ne parlons pas de l'état de profonde crasse de son pantacourt cakis. De plus la « tresse » se trouver être plutôt une draide, sa chevelure sale s'étant solidifier par endroit si bien qu'on ne pouvait plus y glisser les doigts. Soudain elle s'immobilisa, regardant au travers d'une vitre brisée la poupée crasseuse et sans expression qui l'épier. Non, elle ne pleurerait pas.

Flashback tour de shibuya :

« Eiko-chan on est avec toi... » la phrase de kitsune resta en suspend, elle n'arriva pas a consolée Ei, personne ne le pourrait. Devant tout les sacrifice accomplie, son premier baiser, sa virginitée, les heures à le veiller, à le soigner … Alors ses flammes mortuaire n'emmenaient pas que son petit garçon mais sans nul doute le pauvre cœur d'Eiko. Comme elle aurait aimé être partie explorer les recoin de la tour à sa place mais... personne n'y pouvait rien cette vielle tour, leur foyer, leur tombeau. « Kami-Sama... » prononça sa petite voix faible devant le crépitement des flammes mais rien ne sortie, l'organe qui lui permettait de ressentir les choses semblait mort lui aussi ou alors dans un profond coma.

19h13 entrepôt :

Un bruit, quelque chose se saisie d'Eiko et la pressa contre le mur de l'entrepot. La jeune fille ne broncha pas. Elle regarda en face son agresseur, un homme japonais, une paire de lunette ronde sur le bout du nez, regardant par dessus, deux petit yeux injecté de sang allumer d'une lueur de folie. Son haleine fétide laisser entre-apercevoir des relents d'alcool et d'autre substances. Il parlait mais Ei ne l’écoutait pas. Elle rester parfaitement indifférente.
« C'est qu'elle me provoque la p%%e ! » cracha l'homme. D'un geste brutal il arracha le reste de tee-shirt, puis s'attaqua au pantacourt. Et de la jeune fille toujours aucune réaction.
« Supplie moi... » un peu de bave se prie dans la tresse au passage. Hors de lui l'agressseur posa sa main dans le cou de Ei la souleva pour qu'elle ne touche plus le sol puis la jeta à terre violement. La douleur se rependit dans son dos mais elle s'en fichait, elle ne tenta pas de se relever, elle ne l'empecha pas de poser ses genoux caleux pour écarter ses cuisses, ni les serre de bloquer ses poignés. Elle sentit quelque chose de dur contre sa culotte. Un instant le violeur la regarda avec un air de triomphe puis son visage se décomposa, la jeune fille n'avait toujours pas réagis, elle ne se débâter pas, cela ne lui procurait pas assez de plaisir. Ei savait qu'elle n'avait qu'a se tendre morde la pomme d'adam de son agresseur et la lui arracher, mais cela lui était égale.
« Non, tu dois me résister, tu vas mourir tu sait.... mais avant.... (rire). Je sais je vais t'en donner... »
Sortant de sa poche un cachet il se mit à vouloir lui enfoncer dans la bouche. D'une main il emprisonne durement le visage de la fille, de l'autre il approche la drogue...

BANG !

Un liquide gluant éclaboussa le visage d'EI, pénétrant dans ses yeux grand ouvert, l'homme s’appesantit de toute sa masse sur elle, l’empêchant de respirait. Et pourtant Serizawa Eiko s'en fichait.


Dernière édition par Eiko Serizawa le Mer 25 Avr - 6:41, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuka Harada

Gogo dance Show !
avatar

Messages : 67
Age : 27
Humeur : Chaleureuse...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Stairway to heaven (public avertis) Part 1   Sam 7 Avr - 8:18

19h07 Entrepôt désaffecté Ropponji :

Si Black avait raison le dealer devrait se trouvait dans les parages. Prit de sa paranoïa habituel Suzu sorti son arme, elle vérifia le bereta sortie le chargeur de vingt balle puis réenclencha le tout vérifia la sécurité le remis dans l’étui. Elle s’arrêta pour se contempler dans une vitre, belle jeune femme fière de sa poitrine elle trouvait que son débardeur militaire gris noir la m'était particulièrement en valeur, dommage que le treillis et les rangers était moins cassant, tant pis.

Cette affaire la préoccupait, il est vraie que son client, la patrons d'un bar à hôtesse, c'était le nom qu'on donner au maison de débauche, était un être qu'elle n'apprécier pas forcement et que la prime était bien trop basse pour les risque prit, mais Topaze de son nom de « scène » la jeune femme étranglée brutalement par un de ses client régulier, un pauvre type qui user tout l’argent de sa semaine de travaille pour se payer sa nuit hebdomadaire de plaisir avec son hôtesse attitré, était une amie proche. C'est une drogue nouvellement mise sur le marché qui en était l'auteur. Et démanteler se réseau d’empoisonneur le boulot mal-payer de Suzuka. Pour le patron c'est déjà la troisième fille, pour Suzu c'était surtout un tas d'emmerde et si ce n'était pour Topaze, elle ne se serait certainement pas embarquer la dedans." L'Homme n'est il qu'un animal ?"

Elle déambulait donc à la recherche de son dealer depuis un certains temps quand elle entendit des bruits de lutte, elle courut puis tomba sur la scène. Un homme balançant à terre une jeune fille toute frêle et se jetant sur elle. Suzu s'énerva, elle s'approcha lentement du « couple », bizarre la jeune file ne se débattait pas, peut être était elle droguée en tout cas elle n'était pas consentante vus ce que raconter le monstre. Ils ne l’entendirent pas, Elle posa le canon de son arme de poing sur le crane du type puis appuya.« 19 » Compta elle inconsciemment.

BANG !

Elle dégagea la jeune fille de sous le cadavre. Elle reconnu vaguement la petite vendeuse de remède qui se mettait toujours à la toute fin du marché.

« Harada Suzuka » Dit elle en tendant la main pour aider la jeune fille à se relever.
« Serizawa Eiko » Répondit l'autre d'une petite voix.
Suzu se rendit compte qu'Eiko était presque nue. « Viens avec moi »

Appartement de Suzuka 22h03

« Serizawa-kun tu t'en sort ?
-Ne vous en faite pas pour moi, répondit une voix monocorde »


Suzu venait de passer une heure à couper les cheveux de la jeune fille, elle n'y pouvait rien trop sale, trop nouer, perdus. Puis la petite s'était enfermer dans la salle de bain aprés avoir mis une mixture étrange à base de champignon sur son cuir chevelus. Pour passer le temps Suzuka lisait un mangas, un yuri plus exactement pour ce soir elle en avait marre de cette affaire, elle voulait juste décompresser. Demain elle essaierai de comprendre mais pas ce soir, pas ce soir...

« Harada-san merci pour m'avoir laissée utiliser votre salle de bain .
-Bah c'est rie... »




Suzu resta sans voix, les cheveux d'Eiko était devenus totalement blanc. Bizarrement Ce qu'il en résultait, une petite jeune fille au cheveux court... blanc certes, mais tellement mignonne et cette expression de calme froid qui la rendait si... attirante. Suzuka rougit.
« Que faites vous ? » Toujours cette voix monocorde.
Genée Harada regarda la page de son mangas ou deux jeune fille s'embrasser tendrement, elle le referma brutalement alors qu'Ei s'était pencher pour voir. La proximité et l 'odeur de la jeune fille réveillèrent soudain ses instincts. Suzu alla goûter les lèvres de Ei. Prise d'un soudain remord, après tout la jeune fille avait faillit se faire violer il y a quelque heure à peine, elle s'immobilisa.
« Je ne t'oblige pas... Arrête moi quand tu veux... »
Elle étreignit le petit corps qui ne lui offrit aucune résistance et qui à sa plus grande surprise lui rendit ses baisers. Hardiment elle enleva le tee-shirt trop grand qu'elle avait donné à Ei quelque instant plus tôt. « L'Homme est il un animal ? Si je suis un animal alors je ne veux pas être la proie. » pensa vaguement Suzu.
Harada cessa de réfléchir elle voulait juste monter les marches de l'escalier qui mène au paradis.
Demain Suzuka devra réfléchir aux conséquences de ses actes, demain mais pas ce soir, pas ce soir...

[Suite au centre ville bientôt]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Stairway to heaven (public avertis) Part 1

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Ropponji (Les Ruines)-