AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Stairway to heaven part 02 (public avertis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Stairway to heaven part 02 (public avertis)   Mer 11 Avr - 6:12

[Dédicace à mon Jan-Kun préféré]

« Merci mama ! »
Ei était vraiment heureuse même si l'examen de mi trimestre approchait elle n'arrivait pas se concentrer sur ça pour aujourd'hui. Elle se saisie du plateau avec les deux verre de thé glacée que mama avait faite exprès et se dépêcha de monter l'escalier. A mi-chemin elle s’arrêta, elle n'arrivait pas à croire que là dans sa chambre Jan l'attendais. Elle avait eut le courage de lui avoué ses sentiments il y a un mois à peine, mais elle n'en revenais toujours pas de son « Moi aussi, je t'ai toujours aimé Serizawa-san . ». Elle prit une grande inspiration, puis poussa la porte.
« Désolée, je ne t'es pas trop fais attendre ?
-Pas de soucis Honey. »

Il était vraiment trop beau dans son uniforme, et se magnifique sourire, qui pourrait pensez que se prince pouvait parfois se mettre dans des colères noires. Cela arrivait souvent ces derniers temps quand un autre garçon s'approchait d'un peu trop près d'elle. Ei était heureuse. Elle but d'un trait son thé qui faillit lui rester en travers de la gorge. Légèrement suffocante elle sut tout de même garder sa dignité . Elle sentait encore le goût tout frais du thé sur ses lèvres.
« L'égoiste ! Elle a tout but ! Elle n'a pas laissé une goutte amie pour m'aider à la rejoindre ! Je veux baiser tes lèvres peut être y trouverais-je un reste de poison dont le baume me fera mourir... »
Ei resta muette alors que le garçon parlé. N'était-ce pas la réplique de la Juliette de Shakespear ? Encore stupéfaite, elle se retrouva sur les genoux du garçon assis sur le lit. Elle aurait voulut répondre mais Jan passait déjà sa langue sur les lèvres de Eiko. Puis il l'embrassa tendrement, et le baiser dura, dura, dura...
Elle ne savait comment, elle se retrouvait allongée, la main de son petit ami se baladant sur sa hanche, même à travers son chemisier la sensation était agréable. Doucement il se pencha vers elle, remonta le long de son cou avec sa langue, puis le souffle de Jan dans ses oreilles. Eiko était heureuse, vraiment elle n'avait cesser de faire des cauchemars ses dernier temps, des tremblements de terre, des tempêtes, des morts, mais tant que Jan était là auprès d'elle, elle ne risquait rien. Elle sourit.
« Honey, c'est de ta faute!C'est parce que tu n'as pas était assez vigilante que le petit est mort... »
La voix de Jan se répercuta dans la tête d'Eiko...


Serizawa ouvrit soudain les yeux, non elle ne pleurait pas. Son oreiller n'était pas tremper de larmes mais de sueur. Sur sa joue le souffle chaud d'harada-san et reposant sur son ventre le bras de cette dernière. Ei le retira doucement, hors de question de réveiller la beauté endormie. Elle s'extirpa délicatement du lit.
Pourquoi ? Eiko se le demanda sérieusement. Peut être tentait elle d'échapper à sa réalité ? En étant avec Harada-san... Après tout pourquoi pas ? Elle espérer seulement que la dormeuse ne se ferait pas d'illusion. Elle enfila donc le tee-shirt trop grand et se dirigea vers l'autre pièce de l'appart.

Le petit studio bordélique ressemblait tant à ce qu'il y avait dans la tête d'Eiko à ce moment précis, alors elle se laissa à moitié tomber dans le sofa. Un long moment le regard dans le vague elle tenta de se souvenir du début de son rêve, rien n'y faisait il était toujours aussi absurde. Laissant glisser ses yeux autour d'elle, elle finit par remarquer le dossier gris sur la table basse, dessus le titre « affaire 10298 : Paradise Lost ». Sans réfléchir, elle s'en saisie. A l’intérieur, une suite de photos, des femmes mortes. Ei regarda de plus prés, sous le cliché le mot « Topaze », une femme d'environs la trentaine caucasienne dotée d'une épaisse toison dorée, en tenue d’Ève. Elle était presque belle si ce n'est la marque violacée qui lui serrer le cou et l'expression de terreur pur qui la défigurer. En un instant Eiko revécut la scène de l’entrepôt, elle se vit morte allongée dans le gravats avec une expression de pur indifférence sur le minois. Bizarrement cela ne la toucha pas trop, si bien qu'elle se demanda si elle n'aurai pas préféré mourir. Au moins tout ça serait finis.


Eiko tenait une tasse de thé amer qu'elle venait de faire avec des herbes ramassé la veille traînant dans son panier. Elle disséquait sur la table basse l'un des cachets de drogue trouver dans le dossier dans un petit sac plastique. Cela se présenté comme un petit bonbon verdâtre frappé des lettre « PL ». Il ressemblait à ce point à ceux que Ei faisait pour les enfants contre le mal de gorge. Qu'elle avait décidait d'en déterminer la composition. Au bout d'une heure environs elle réussi a presque tous les identifier, ou du moins à faire pas mal de supposition. La seule chose lui posant problème était ces petites graine grosse comme du millet. Qu'est ce que ça pouvait bien être?Le mystère était cependant bien là car le reste des ingrédient n'avait rien d'extraordinaire. Listant sur une feuille traînant là . Elle écrivit son interrogation, puis nerveusement la souligna quatre ou cinq fois,Ei commençait à avoir mal au crâne.

Du coin de l’œil elle vit Harada-san débarquait, encore toute fatiguée, puis la vit se précipitait sur elle . C'est sûr que la petite ligne de drogue sur la table basse pouvait portée à confusion. Ei se leva , n'écouta pas dans l'absolut ce que racontait la jeune femme, prit le visage furieux dans ses deux mains,puis l'embrassa. Eiko commençait tout juste à comprendre comment fonctionné sa nouvelle amie, et le mal de crâne n'aidant pas elle préféra s’économiser une trop vive discussion. Elle lui colla sa liste dans les mains. Puis d'une vois toujours aussi monocorde, vide d'expression et de vie elle lança :

« En espérant que cela puisse vous aider Harada-san, permettez moi d'utiliser à nouveau votre douche. »

Et elle prit la direction de la douche laissant en plan une Harada-san toute troublée.



Dernière édition par Eiko Serizawa le Mer 25 Avr - 6:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuka Harada

Gogo dance Show !
avatar

Messages : 67
Age : 27
Humeur : Chaleureuse...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Stairway to heaven part 02 (public avertis)   Mar 17 Avr - 1:44

Suzuka se réveilla toute courbaturer et seul dans son grand lit. Un peu paniquer d'abord elle entendit du mouvement dans la pièce d'à coté, elle se laissa aller encore quelque instant à sa paresse puis se mit enfin debout. Elle avait encore les idée embrouillaient et sérieusement besoin d'une douche. D’ailleurs ses draps avait aussi besoin d'une sérieuse lessive se fit elle la remarque. Bien que elle garderai bien encore un jour ou deux l'odeur de la petite. C'est perdu dans ce genre de réflexion que Suzu sortie de la chambre.

La scène qui se dresser devant elle ; Serizawa en train de tasser une petite ligne de poudre sur sa table basse. À coté le petit sachet de cachet prélever lors de son enquête. Prise de panique Suzu se jeta sur elle, essayant de l'avertir de la dangerosité de la chose, elle était plus tôt en train de s'embrouillait elle même...

Que venait il de se passer ? Elle... l'avait embrassé. Suzu examina la liste qu'elle venait de lui donner. La composition de la drogue. L'esprit devenus soudain alerte son instinct de détective lui disait de ne plus laissait cette fille la quitter et cela n'avait rien à voir avec le sexe alors que c'était le seul argument qu'avançait son côté femme. Assise dans un fauteuil Harada réfléchis aux conséquences de ce qu'elle tenait dans la mains. Malheureusement des endroits pour faire pousser des plantes à tokyo était légion, mais le nombre de personne sachant le faire réduite. Dans d'autre circonstances Serizawa aurait été suspecte mais l’instinct de Suzu lui disait qu'elle pouvait lui faire confiance. Il faudrait qu'elle sorte interroger des gens. Elle chercher un botaniste, un biologiste. Quelque chose comme ça. Elle alluma son vieil ordi posait dans un coin. La connexion intranet trafiquer par Black grâce à l'antenne relais sur le toit lui permettait d'envoyer une sorte de mail à son confrère. Black ayant sa petite base de donnée sur les gens vivant actuellement à Tokyo pourrait peut être lui avançait une liste de suspect. Suzu se concentrait pour réfléchir même si une partie d'elle mourrait d'envie de rejoindre Serizawa sous la douche.

Savait elle se défendre ? Apparemment elle avait décidait de s'impliquer dans cette affaire et en ce qui concerne la rémunération Suzu voulait bien partagé. Mais était elle capable de se défendre ? Savait elle se servir d'un bereta. Tout perdu dans ses réflexions Harada se planta devant la lourde armoire de métal posait dans un coin du salon. Elle prit les clés qu'elle portait toujours à son cou et ouvrit les trois cadenas. Elle contempla avec fierté sa petite collection, se n'était qu'une partie l'autre étant en maintenance chez Black. Elle savait exactement se qui conviendrait à Eiko. Le prenant sur l'un des râtelier l'arme de poing était un berteta modifier par les soins de son ami le militaire. De première vu le dessous de l'arme était noir tandis que le dessus de couleur inox. Mais l’œil d'un expert sentait tout de suite que l'arme était bien plus légère qu'un berreta classique. C'était pour permettre de l'utilisé avec une seule main de sorte de pouvoir en avoir deux. D'ailleurs il était un peu plus court au niveau de canon aussi. Graver sur le bout du canon le mot « Kami » qui veut dire esprit. Allez savoir pourquoi Black lui avait donné se nom en tout cas il serait parfait pour la petite se dit Suzu. Elle le posa sur la table et referma l'armoire

La drogue avait souvent rapport avec la mafia. Pour se répandre aussi vite celle là ne devait pas faire exception. Il n'y avait pas beaucoup de grande famille de Yakuzas en ville, mais des freelanders comme se maudit Devil ou peut être une de ses bandes de Néopunk se sentant capable de rivaliser avec les familles, pouvait tout à fait avoir lançaient quelque chose comme ça. En tout cas cela n'augurait rien de bon, si les familles commençaient à trop s'agiter le statut quo maintenu pour l'instant en ville risquait d'être bouleversé et on serait repartie pour une de ces guerre interminable comme celle d'y a trois ans. Non, trop d'innocent payait à chaque fois. Suzu ne le permettrait pas. Ça se résumait donc à ça, trouver la plante qui produit la graine ce serait trouver la tête du trafic de là, il pourrait être démonté.

Comment c'était elle retrouver là ? Devant la porte de la salle de bain. Suzuka décida de laisser ses interrogations pour plus tard et entra.

« Je peut te rejoindre ? » Suzu se surpris d'entendre une pointe d’excitation dans sa propre voix. Puis elle se déshabilla et rejoint Serizawa sous la douche...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 

Stairway to heaven part 02 (public avertis)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Harajuku (Centre)-