AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu   Dim 29 Avr - 6:41

L’âpreté de l'après midi avait laissé un goût désagréable dans la bouche d'Eïko. Cela faisait déjà une ou deux bonne heure qu'elle attendait ce moment. Prendre une douche était le luxe suprême dans l'appartement d'Harada-san. Ce jour, n'avait mené à rien. L'enquête n'avait pas avancé d'un pousse, il n'y avait pas eut de nouveau cas. Rien donc, rien qui valut leur déambulation dans Tokyo. L'eau coula suavement de la pomme de la douche. Une goutte folâtre s'attarda sur son front, puis descendit sur sa joue jusqu'à ses lèvres. Elle avait prit un goût salée, fruit de toute la tension qu'elle avait accumulé le long de cette journée. En cette instant d'éternité, Eïko ne pensait à rien. Son esprit divaguait quelque part entre la silhouette longiligne de Jan et celle plus voluptueuse d'Harada-san. Elle ferma les yeux, et laissa une sensation grisante l'envahir toute entière. Le jet caressant sa peau devient soudain les mains de Jan le long de ses épaules. Elle s'abandonna à sa chimérique étreinte. Mimant de sa main libre, celle de son amie détective, elle descendit le long de sa hanche droite, doucement, tout doucement. Avec la douceur de celle qui lui avait tant appris. Arrivait au bout du chemin, elle changea le jet de place comme si son amour de toujours l'avait prise dans ses bras. Sa tête reposa sur son épaule fine, de ses lèvres elle chercha son cou. Elle imagina sa propre main remontant le long du torse nu. Et accrocha la pomme de la douche à son attache en haut. L'eau recouvrait ses deux oreilles et il ne restait alors plus qu'un bruit de légère pression et la basse lente de son cœur. Doucement comme une danse, elle se serrait toujours contre son très chère Jan, ses mains devinrent encore celle de Suzuka, qui dans son rêve s'appuyait doucement sur son dos. L'une d'elle remonta le long de son ventre, s'attarda sur sa poitrine, en un mouvement lent et fluide, faisait de petits ronds. L'autre plus taquine encore pris le chemin de sa génésie d'une marche suave presque prudente. Un instant elle rouvrit ses yeux, l'eau troublait sa vu, et pénétra même dans sa bouche, elle du baissait la tête, les yeux fermait favorisant le rêve. Les mains de Suzu animales par nature faisaient monter l'intensité du moment. Elle sentit le sang affluer vers son visage et la basse de son cœur taper de plus en plus fort. C'est là, entre rêve et réalité qu'elle les vit tout deux en elle. Elle se mordit les lèvres pour ne pas poussait de cris...

Son corps frissonnait encore alors qu'elle boutonna la chemise trop grande. Le textile faisait comme des petites chatouille un peu partout sur elle. Malgré les sous-vêtement blanc, qu'elle portait dessous à cause de la transparence excessive de la nuisette improvisée. Elle se regarda dans la glace embuer et ne se vit évidement pas. D'un doigt elle se mit à écrire : zashiki warashi. Le nom que Suzuka avait choisit pour leur agence de détective. Esprit de la bonne fortune, cela décrivait son amie correctement en fait, mais elle.. . Elle effaça d'un geste large le mot et se vit enfin dans le miroir. L'écarlate lui était montait au visage. Elle traversa assez vite la pièce centrale où Harada-san planchait encore sur les dossiers. Eïko s’arrêta prés de la porte de la chambre,regardant le visage concentré de son amie et sa manie de pianoté de ses doigts fins sur la table basse. Elle était vraiment jolie. Un instant elle réfléchis à ce qu'elle pouvait bien ressentir. Elle n'en avait pas la moindre idée. Elle laissait parfois quelque chose comme ses instincts prendre le dessus, souvent ces dernier temps d’ailleurs. Elle regarda son amie mordillait l'ongle de son pouce. Ses yeux s'attachèrent sur les lèvres. Sentant une chaleur soudaine, elle détourna les yeux, pour se perdre cette fois dans le décolté de la détective. Le chemisier blanc laissant entre-apercevoir un bout de dentelle noir. Eïko déglutit, puis sursauta quand ses yeux rencontrèrent ceux de son amie, un sourcil légèrement relever en signe d'interrogation. Oups, pensa Eïko.

« Je suis restée trop longtemps sous la douche je crois... »

Elle devait être toute rouge à présent, pourtant le ton monocorde de sa voix ne laissait rien présager de son état d’excitation intérieur. Non, pas que son cœur ressentait quelque chose, mais son corps lui... Elle porta sa main droite à sa bouche et se mordilla vaguement la base de l'index. La légère douleur ressentit lui permis de dire.

« Je vais aller me coucher, Harada-san, ne veillez pas trop tard. »

Elle s'inclina puis se dirigea un peu trop vite vers la chambre. Ayant refermé la porte, elle se jeta à moitié sur le lit. Puis tenta de dormir. Les minutes passaient pourtant, son cœur battait toujours fort dans ses oreilles.

Décidément, je n'arrive pas à dormir ce soir.

La vérité et qu'elle n'avait pas beaucoup essayer. Elle ouvrit la porte de la chambre silencieusement et observa un instant Harada-san. Cette dernière avait vraiment l'air très occupé. Il allait falloir ruser se dit EÏ-chan...

« Suiri-san,( Détective en Japonais) J'ai un soucis, il semblerait qu'une personne mal intentionné m'est volé mes sous-vêtements... »

La voix monocorde de EÏ sonnait un peu faux vu la teneur de sa phrase, mais bon c'était le mieux qu'elle puisse faire pour l'instant. Elle s'était assise dans le fauteuil une place à côté d'Harada-san. La lumière y frappait de plein fouet la jeune fille qui, un genoux ramener contre elle, l'autre jambe laissant traîner un petit pied nu sur le sol mordillait nerveusement la manche gauche de la chemise trop grande, l'autre main cachant un certaine partie de son anatomie. Dut à ce mouvement, le morceau de chemise qui devait recouvrir son épaule droite tomba et laissa apparaître la petite chose menu. Le jeu de la transparence était un piège parfait...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuka Harada

Gogo dance Show !
avatar

Messages : 67
Age : 27
Humeur : Chaleureuse...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu   Dim 29 Avr - 8:34

Suzuka avait faim. Mais pas faim de nourriture. Faim d'autre chose. L'enquête n'avançait pas. Elle avait fait marcher Eïko dans tout le centre ville cette aprés midi. Non, pas que les indics qu'elles allaient voir, savaient quelque chose. Juste que par pure perversion et ce elle était bien obligé de se l'avouer, elle avait fait marcher Eï devant elle pour avoir le plaisir de la regardait, enfin de regardait une certaine partie d'elle. La jeune fille toute à l'enquête ne c'était aperçut de rien car naturellement elle marchait d'un pas vif alors que Suzu avait traîné des pieds aujourd'hui. Le cœur de Suzu était en plein désarois, elle avait faim d'Eïko. Cela faisait quelque jour qu'elles n'avaient rien fait. Les deux ou trois première fois Suzu lui avait simplement sauté dessus. Mais même si Eï s'était laissé faire qu'avait elle bien put ressentir ? Suzuka était même jusqu'a allait voir une très bonne amie à elle, hotesse plantureuse, elle avait prétexté d'aller voir un indic, avait laissé Eï à leur stand de tir, et s'était dépêchée de rentrait dans le bar où travaillé son amie. Elle n'avait rien fait cependant. Non, Elle n'avait faim que d'Eïko. Quand elle interogeait son cœur à ce sujet, il se moquait d'elle en lui disant de regarder la vérité en face. Mais en même temps Suzu était mal à l'aise. N'avait elle fait que violer son amie ? Tout ça la troublait. Alors pour ne pas recommençait ses bêtises, elle faisait semblant de se concentrer sur le dossier. La vérité c'est qu'elle ne cesser de ressassé tout les événement depuis leur première rencontre. Elle se mâchait les ongles signe d'un très grand trouble chez Suzu, elle qui tenait tellement à sa manucure. Elle sentit un regard pesait sur elle. Elle releva les yeux d'un air interrogateur. EÏ la regardait étrangement, peut être se demandé elle si le grand méchant loup allait encore lui sauter dessus.

« Je suis restée trop longtemps sous la douche je crois... »


Harada sourit nerveusement. Faisait elle peur a Eï ? Pourquoi semblait elle si gênée?

« Je vais aller me coucher, Harada-san, ne veillez pas trop tard. »

Voilà encore ce fichus « Harada-san ». Pourquoi tenir une si grande distance entre elles, alors qu'elles avaient déjà presque tout partagé. Suzuka retourna à son dossier bien que l'affaire qui la préoccuper le plus demeurait Eïko. Elle devrait à un moment où un autre avoir une discussion sérieuse avec la jeune fille. Malgré ce qu'avait pensé Suzuka au début leur différence d'âge n'était pas si élevé et puis... et puis elle ne savait pas trop. Suzuka se perdit soudain dans une rêverie quelque peut licencieuse. Elle tenait en trois mot : piscine, maillot scolaire, Eïko. Elle en était a une concentration extrême quand elle entendit :

« Suiri-san, j'ai un soucis, il semblerait qu'une personne mal intentionné m'est volé mes sous-vêtements... »


Harada pensait s'être endormie et rêver , il lui fallut quelque instant pour tourner les yeux vers Eï. Elle faillit s'évanouir pour de bon. La scène était digne d'un eroge.[Jeu erotique japonais où le but et de séduire une fille, dans le style manga.] La lumière révélait sans vergogne tout le corps d'Eïko, mais là où Suzu posa son regard en premier, il y avait une main malencontreuse. Elle se contenta de ce qu'il y avait plus haut et ne la regardait certainement pas dans les yeux. Elle était perverse, elle ni pouvait rien. Mais quand elle releva enfin les yeux, elle fut émerveillé par ce qu'elle trouva au fond du regard de la jeune fille. Une force glacée la dévorait. Eî, elle ne déviait pas, elle plongeait son regard droit dans celui de Suzu. Sans était trop pour Suzu, elle avait une ou deux idée totalement ecchi [Pervers] en tête et quoi qu'en dise sa partenaire il était à présent trop tard pour retenir le tigre qui dormait au fond d'elle.

« C'est que j'ai une affaire en cours mademoiselle... Je ne peut rien pour votre voleur. »

Suzuka se leva mine de rien, alla jusqu'a son placard à dossier. Elle savait ce qu'elle y cherchait et l'ayant trouvait, ce rapprocha de EÏ sans le montrait. Le fauteuil dans lequel la jeune fille était assise était d'une manufacture européenne assez ancienne. Il avait deux accoudoirs en bois. Elle se tenait à présent derrière Eï. Doucement, elle fit glisser ses doigts depuis l'épaule droite de EÏ jusqu'à sa main , qu'elle saisit fermement au moment où elle lui passa la menotte américaine. Un morceau de sangle en plastique qui une fois serrait ne pouvait pas être enlevait seulement en les coupant ce qui ne serait pas un problème. Elle prit de cours, toute tentative de résistance en s'emparant du second poigné et lui faisant subir le même sort sur l'autre accoudoir. Elle se rapprocha alors de l'oreille d'Eïko et susurra :

« C'est que je ne suis pas vraiment bien intentionnée non plus, et je n'ai certainement pas envie d'inviter votre voleur mademoiselle. Je vous veux pour moi seul... »

Un baiser langoureux sans suivit, un baiser lors duquel Eï perdit le peu de vêtement qui lui resté. Suzu éparpilla une pléiade de baisers papillon sur le cou de la jeune fille. Le tigre en elle avait faim. Non, il était affamé. Alors les papillons quittèrent le cou pour l'épaule et descendirent, descendirent avec une lenteur calculée, jusqu'au ventre. Elle suspendit un instant son geste, pour regardait EÏ droit dans les yeux. Le tigre tremblait d'impatience, et la proie désirait être mangeait ; c'était pour s'en assurer que Suzu avait fait une pause. Elle prit le visage dans ses mains.

« Dorenavant ce sera pour toi et seulement pour toi. »

Le tigre avait parlé, un instant Suzu se figea. Pour elle et seulement pour elle. Le tigre avait décidait que Eï était la seul qui soit digne de lui. Un seconde d’hésitation plus tard les papillons reprirent leur envole de là où il s'étaient posés jusqu'à plus bas, bien plus bas.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu   Mar 1 Mai - 7:26

« C'est que j'ai une affaire en cours mademoiselle... Je ne peut rien pour votre voleur. »

Eï sut que son piège avait marché rien qu'au ton utilisé. Sa voix, étrangement rythmé, dansante,suave comme une caresse, était déjà l'un des préliminaire de Suzuka. Son attitude, sa démarche tout en elle semblait subtilement différent. Eï douta un instant, elle ne l'avait jamais vu ainsi. Elle hésitait entre avoir peur et tout arrêter là ou … Non, elle voulait voir où cette démarche féline allait la conduire. Elle suivit donc des yeux sa danseuse d'amie. Toujours dans un rythme suave comme celui d'un vieux tube de bleus. Un, deux,un... Se mit elle à compter intérieurement tout en suivant le rythme des hanches de Suzuka. Un, deux... Le souffle chaud sur son cou. Un...Ses doigts pianotant sur sa peau, toujours le même tempo, glissant le long de son bras. D'une douce violence serrant son poignée, et le voilà prisonnier. U... La moitié d'un temps, le rythme avait changé, bien plus jazzy, la voilà à la total merci d'Harada-san. Encore son souffle, prés de son oreille cette fois. Et dans le ton:

« C'est que je ne suis pas vraiment bien intentionnée non plus, et je n'ai certainement pas envie d'inviter votre voleur mademoiselle. Je vous veux pour moi seul... »

EÏ ne savait plus si c'était le moment de faire marche arrière. Les autres fois avait été plus brutal, mais cette fois c'était différent, cette fois Eïko n'avait plus le contrôle. Peut être en était-ce trop voilà, elle allait lui dire d'arrêter, Harada est une gentille fille, elle comprendra sûrement. Eï venait juste de ce décidait quand le décolté de Suzuka se retrouva devant elle. Pour l'esquiver, elle eut le mauvais reflexe de lever les yeux et c'est là que sa maîtresse s'empara de ses lèvres. Ce baiser n'avait rien des autres, le tempo avait encore changé, Eï en été sûr maintenant,elle était à la masse. D'une douceur folle, suivant d'abord le contour de ses lèvres comme demandant une permission qu'elle semblait avoir toujours eut. Puis s’immisçant dans son être à la rencontre de sa pauvre langue. Cette dernière se vit dans l'obligation de suivre. La meneuse hardiment, s'engageait en des pas complexes. Enfin, la danseuse amatrice se vit prisonnière des dents de Suzu. L'étreinte n'était pas dur, juste troublante. Elle sentit le peu de textile qui lui rester sur le corps s'étirer doucement, tout doucement, puis résister, jusqu'à se déchirer. Eï se sentait vulnérable, agréablement vulnérable. Le temps ce suspendit. Eï ne pensait plus à présent elle ne faisait que ressentir. Elle ferma les yeux. Était-ce les doigts de son amie qui pianotait dans son cou ? Non, c'était bien plus subtile, bien plus doux. Était-ce ses lèvres ? Ce n'était pas possible... Comment pouvait elle, à peine l’effleurer ? La sensation était tel que Suzu semblait agiter son système nerveux sans même toucher à sa peau. Là, au creux de son cou, puis traçant un chemin vers le centre de son être, allumant à chaque centimètre toute une multitude de sensations contradictoire. Puis plus rien, pourquoi s'était elle donc arrêtait ? Les yeux entre-ouvert d'Eïko, rencontrèrent ceux de Suzuka, gravant au fond d'eux la question qu'elle ne se sentait pas de poser. Son visage à présent était prisonnier, mais EÏ ne voulait pas être libéré. Elle voulait lui dire de continuait, mais la mine soudain grave de son amie la troubla, puis elle vit un sourire apparaître :

« Dorénavant ce sera pour toi et seulement pour toi. »

La voix de Suzuka encore dans le fond de la tête d'Eïko, elle n'était pas apte à saisir ce que cela pouvait signifiait, elle voulait juste que son amie continue. Qu'importe où mènerais le chemin, qu'importe du moment qu'elle continue. Le rythme s'adoucit encore. Bien plus lentement, avec plus d'assurance et de métier. Chaque pulsation électrique, engourdissait un peu plus l'esprit d'Eï. Enfin , elles arrivèrent à destination. EÏ se mordit très fort les lèvres, une part de la grey wolf en elle, ne voulait pas se faire avoir aussi facilement. Mais cette maudite danseuse, cette maudite meneuse, si lente, si suave, si douce, tournoyait sur une nouvelle piste, y trouvant un autre partenaire d'infortune et le faisant danser pour qu'il se rende. Les doigts d'EÏ se plantèrent dans les accoudoirs, elle ne laisserait pas son amie gagnait aussi facilement, même si elle savait qu'elle ne lui résisterait pas longtemps. Pas comme ça du moins, mais Eï avait toujours était mauvaise perdante. Elle se devait de trouver un stratagème. Une partie de son esprit redevint limpide, l'autre devait elle se l'avouer honteusement se vautrait dans le plaisir.

Sa maîtresse ne lui avait pas attachait les jambes, et là où elle se tenait à présent la chose n'était pas impossible. Eï ferma les yeux pour rassembler le peu de concentration possible. Elle imagina la chose ainsi et la mis en pratique. Son pied était devenu une plume. Cette plume, dans le même rythme de suzuka d'abord caressa ce qu'elle put, une partie du mollet nu de son amie. Doucement encore plus doucement, elle changea le rythme. Et comme elle l'avait présumait sa maîtresse suivit, son tempo à elle. Des lors les choses devinrent plus simple pour Eïko. La plume folâtrait toujours, remontant, puis redescendant, au grès d'un courant d'air que seul Eï contrôlait. Si les choses avait été différente, si elle avait rencontrait, la dure armure d'un jean épais, Eï serait déjà vaincu. Mais Suzuka dans son appartement si bien isolée avait eu la mauvaise idée d'enfiler une jupe. EÏ avait toujours était assez souple alors la plume s'élevait de plus en plus haut, tandis que sa rivale danseuse hésitait de plus en plus.

« Ne te déconcentre pas, Su-zu-ka... »

EÏ n'en revenais pas de son audace, mais elle profite du trouble de son amie pour se saisir d'un certain morceau de tissu entre ses deux orteils, et d'un mouvement brusque l'arrache. EÏ ne sait plus trop quoi faire après ça. Plutôt elle n'ose pas. Ce dont elle ne se doute pas c'est que la danseuse elle n'a pas ce genre de gène... Un petit cris s'échappe des lèvres de Eï au moment où la danseuse impromptue s’immisçe en elle.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Suzuka Harada

Gogo dance Show !
avatar

Messages : 67
Age : 27
Humeur : Chaleureuse...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu   Sam 12 Mai - 8:30

« Ne te déconcentre pas, Su-zu-ka... »

Elle venait de prononcer son nom... C'était pire qu'un baiser, pire que tout. Suzu était folle de cette fille, tant pis... Elle n'y pouvait plus rien à présent. Et puis c'était quoi se ton, de la provocation. Comment cette gamine, attachés, en si mauvaise posture pouvait avoir autant de force ? Suzu était décontenancée, le petit pied agile lui procurait des sensations exquises, elle était totalement déconcentré pour reprendre l'expression de sa maîtresse. Elle doutait jusqu'à ce que la dentelle craque. Ga**e c'était une Kannel. Suzuka se fâcha, et pensa un instant la planté là. Elle tenait énormément à sa lingerie, surtout quand il vienne de grand couturier. Elle avait passé des heures avant de pouvoir forcer la porte de la réserve du magasin. Très bien, si la petite voulait jouer comme ça elle lui paierai pour ce qu'elle avait fait. Elle lui paierait... en nature.

Pourquoi hésitait elle à présent ? C'était poussait par une curiosité perverse que Suzu avait ralentit le rythme, jusqu'où irait son amie ? Et maintenant qu'elle avait bousillé l'une de ses précieuse kanel qu'allait elle bien pouvoir faire ? Suzuka n'aurait eu aucune hésitation elle, mais comme elle s'en doutait la petite manquer d’expérience. Alors avec un sentiment proche de la satisfaction d'une vengeance et une pointe de sadisme elle alla chercher plus profondément. Les petits cris entendus la faisant frissonnait. Ils prirent de plus en plus d'intensité. Elle continuait d'une lenteur calculé puis s’arrêta brusquement quand la tension en arriva presque à son paroxysme. Elle se recula pour regardait Eï dans son ensemble, le tableau était charmant. Le petit bout de femme avait serré très fort les accoudoirs et sa lèvre inférieur était bleui.

« Tu n'espère tout de même pas t'en sortir à si bon compte après avoir détruis une de mes Kanel au moins ? »

Question dans l'absolu rhétorique. Suzuka se dirigea vers le vieux tourne disque sur l'étagère du coin, y glissa un disque mille fois écouter c'était Buddy Guy « Black cat bleues ». Et se calant sur la cadence lente se mit en face d'Eï. Suivant la musique, ondulant lentement elle susurra.

« Cela me ferait une grande peine que tu déchires mon chemisier Prady »


Elle déboutonna un à un les boutons, puis se mit dos à Eïko, fit glisser le textile tout doucement sur sa peau, le jetant avec désinvolture sur l'un des fauteuil libre. Elle se caressa doucement le ventre des mains puis descendit avec patience vers sa jupe. Lentement, elle commença à la remonter. Dévoilant peu à peu ses cuisses elle chantonnait les paroles de la chanson. A mi-chemin elle s’arrêta.

« Je ne sait pas si je tient le plus à ma jupes de chez Kami ou a mon sou-tif de chez Temptation... »

Elle passa sa langue sur ses lèvres l'air mutin.

« Le Temptation vaut si chère... oups... »

Dit elle quand l'attache sur l'avant se décrocha, évidement sa main gauche n'avait dans l'absolus pas commis d'impair. Le morceau de dentelle avait comme capturait le regard de sa maîtresse, ce qui provoqua un fort sentiment de contentement chez Suzu. Ses deux mains tenait chacune une partie en place elle se rapprocha de la petite. Quand il ne fut plus qu'a deux ou trois centimètre du visage d'Eïko, le Temptation tomba  maladroitement . Suzuka fut ravi de voir que son amie s'était tout fait désintéressée du vêtement. Et elle recula d'un pas. Se laissant contempler à loisir. Puis fit mine de s'approchait de nouveau, suspendit son geste.

« Finalement,je crois que je n'ai pas envi non plus que tu me détruise ma jupe Kami... »


Elle en enleva le bouton au niveau de la ceinture. La jupe glissa le long des jambes suavement. Elle la releva doucement entre deux orteils et la jeta sur Eïko, de sa démarche de danseuse elle s'approcha. Elle se colla à Eï, prés de son oreille elle murmura :

« Maintenant que mes précieux vêtements sont en sécurité, je pense que je peut te détacher » .

La chambre

EÏ était belle, même sans vêtement, même sans artifice. Suzuka se perdit sur ses lèvres. Elle se laissa tout doucement glisser dans les draps. Eïko semblait troublée. Jusqu'alors Suzu avait toujours tout fait, elle ne lui avait jamais laissé l'initiative. La plongeant toujours au milieu d'étreinte brutale. Mais Suzu ne voulait pas de ça ce soir, elle voulait de la tendresse, pour ça il faudrait aiguiller la jeune fille.

« Je te rappelles que tu m'as bousiller ma Kanel, tu as une chance de te faire pardonner, profites en... »

Devant la lassante hésitation de la fille, Suzu se releva et se laissa retomber dans le lit mais y entraîna cette fois sa maîtresse avec elle. Elle prit doucement l'une de ses mains et l'emmena vers en bas.

«Ne te déconcentre pas Eï-ko-dar-ling... »

Un sourire emplis de satisfaction perverse sur les lèvres, Suzuka était décidée à savourer pleinement sa vengeance.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: [YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu   

Revenir en haut Aller en bas
 

[YURI]Décidément, je n'arrive pa à dormir ce soir. PV Suzu

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Harajuku (Centre)-