AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Des bleus et du rouge... [PV Kaz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Des bleus et du rouge... [PV Kaz]   Mar 12 Jan - 18:27

[ Voilà j’espère qui ne reste pas trop de fautes et une petite situation embarrassante à souhait toute ton avantage Darling !]

Eiko s’affala lentement sur le petit lit récupéré dans une caserne militaire au centre de la pièce. La journée avait été dure, le petit Espoir couvé quelque chose depuis quelques jours et ce matin le gamin s’était réveillé avec plein de petits boutons rouges partout sur le corps. La varicelle, fichtre cela signifié qu’une épidémie aller bientôt ravager son moral, heureusement qu’il s’agit là d’une maladie bénigne parce que sinon elle serait sûrement morte d’angoisse...

Un objet enveloppé de papier kraft sur son matelas lui entre dans les côtes. Elle prend quelque instant avant de voir écrit dessus « Ta kitsune chan ». La jeune femme n’ayant pas payez le dernier onguent qu’elle lui avait acheté lui avait donc laissé ce paquet. Toujours pris dans le rythme de sa journée elle arracha avec désinvolture le papier et le fourra sous son oreiller pour découvrir un ensemble string/soutien gorge noir à dentelle. Elle balança le string sur le lit, ôta son haut et remplaça son soutif délavé par le noir. Se leva regarda la petite silhouette dans son fameux miroir accroché sur un mur. Il lui aller bien, en plus il été rembourré. Sans plus de cérémonie elle retourna se jeter sur son lit.

Pour l’heure calme plat, les petits étaient tous couchés et dormaient du sommeil du juste. Mother laissa son rythme cardiaque redescendre avant de se replonger dans toutes les activités qu’elle devait encore accomplir avant de mérité son propre repos. Par exemple un onguent pour calmer les démangeaisons des orphelins, ou terminé ce fameux remède contre la toux suffisamment goûteux pour que les gosses l’acceptent. Bref un jeu d’enfant quoi...

Le petit bout de femme fit le tour de sa modeste chambre, au centre où elle était allongée un petit lit militaire, sous ce magnifique meuble sa malle contenant la plupart des ses biens comme ses vêtements et ses souvenirs d’avant le jour J. Dans un coin de la pièce collée sous une fenêtre haute un établi qu’elle avait fabriqué elle-même avec deux bidons et une plaque de métal, sur sa création il y avait toutes sortes de fioles remplis de liquide bizarre aux couleurs saumâtres, un mortier et un pilon. Juste à coté dans un autre bidon, un petit feu à gaz et une bouilloire nécessaire à la fabrication de beaucoup de ses remèdes et qui amene de même une douce chaleur dans la pièce. Ce soir d’ailleurs une douce odeur accompagnée le feu peut-être avait elle réussi sa potion contre la toux... Le mot potion la fit sourire, parfois les enfants la voyaient comme une sorte de sorcière bienfaisante. En faite ses trucs de guérisseuse elle les avait appris dans les livres. Ces derniers étaient dans le placard qui se trouvait de l’autre côté de la pièce. Il existait déjà quand elle avait aménagé, directement encastré. Dans la semi-obscurité de la chambre on ne le voyait pas. Eiko y rangé ailleurs l’ensemble de ses cueillettes et il y régnait surtout une forte odeur de cannel.

Le petit feu révélé aussi la fresque inachevée qu’elle avait peinte elle-même sur le quatre mûr a l’origine blanc de sa chambre. Les mêmes ronce et rose que sur ses bras. Elle se mit à en suivre les courbes sinueuses et un demi-sommeil la gagna. Tout à coups, Jan se trouvait là, torse nu dans son lit... son petit prince la serrait tendrement contre lui. Elle entendait son coeur battre et du bout des lèvres il lui disait les trois mot fatidique. Son coeur s’emballa...

Trois coups sur la porte l’arrache de sa rêverie, Eiko à moitié endormie :

« Entrez, je me réveille et je suis à vous...»

Son instinct maternel se réveille d’un coup est-il arrivé quelque chose à ses enfants ? Bien sûr le fait qu’elle soit encore à moitié nu lui était totalement sortie de la tête…


[ Si il ya encore des fautes tu me les signales et moi j’édite pour corriger, Darling]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kazuki Umezawa

The One Who Needs To Be Loved
The One Who Needs To Be Loved
avatar

Messages : 194
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Serveur / hôte
Humeur : Hum...? Vous voulez le savoir ? Alors cherchez ! *sourit*



Who am I ?
Âge: 27 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Des bleus et du rouge... [PV Kaz]   Jeu 21 Jan - 10:16



L'atmosphère était lourde. Toute la journée, le ciel s'était montré menaçant, mais Kazuki savait que l'orage n'éclaterait que dans quelques jours. Etendu sur le dos, sur le lit rudimentaire qu'il avait aménagé dans sa piaule, il poussa un soupir qui lui arracha une grimace de douleur.

" Merde. " lâcha-t-il.

Il se redressa avec difficulté, prenant appui contre le mur attenant, avant de rejoindre la petite salle de bain qui jouxtait la pièce principale. Il avait aménagé cet endroit dans ce qu'il restait d'un petit appartement au premier étage d'un immeuble de Kichijoji, au dessus de ce qui fut autrefois une salle de concert miteuse. Si ce n'était guère luxueux, cela lui suffisait amplement pour le peu de temps qu'il y passait. En effet, il avait pour habitude de passer le plus clair de son temps dehors, au café, à l'Ephémère, ou encore chez l'une de ses conquêtes - et elles étaient nombreuses ! Nombreuses, et... pas toujours recommandables.

*

Ainsi, il se tenait à présent debout, appuyé contre le lavabo, profitant un instant de la fraîcheur de la céramique blanche. Jetant un regard à son reflet dans le miroir en face de lui, il s'examina d'un oeil critique. Tssk. Il allait falloir des semaines pour que tout ça disparaisse. Un hématome violacé s'étalait en effet sur sa pommette droite, et sa lèvre inférieure était fendue par endroits. Le coup qu'il avait reçu dans les côtes rendait sa respiration laborieuse - restait à espérer qu'il n'avait rien de casser. Sur ses bras, d'autres marques, stigmates d'une soirée plus mouvementée qu'il ne l'avait escompté. Il avait mal choisit sa conquête, ce soir-là ; l'homme avait visiblement l'alcool violent. Ce n'était certes pas la première fois qu'il se prenait des coups ; après tout, son mode de vie comprenait certains risques qu'il ne pouvait éviter. Cependant, cette fois-ci, il aurait besoin de soins, sans quoi il était parti pour rester alité un certain temps, ce qui ne l'enchantait guère. Il pensa aussitôt à Jan. Il se souvenait qu'un jour, le gamin lui avait parlé d'une fille de Shibuya qui faisait des onguents ; aussi y avait-il de fortes chances pour qu'il puisse l'aider.
Il lâcha un nouveau soupir, avant de retourner dans la chambre, où il empoigna son manteau.

*

Il lui fallut un certain temps pour rejoindre le quartier des enfants, et ce même s'il disposait d'une voiture. En effet, les décombres - autant que l'obscurité - rendaient la circulation difficile, d'autant que peu de véhicules fonctionnaient encore, et la population restante n'avait guère pris soin de déblayer les routes.
S'étant extirpé de la voiture, il y pris appui, avant de s'allumer une cigarette, réprimant une grimace de douleur. Il embrassa les environs d'un regard, laissant ses yeux errer parmi les buildings en partie effondrés. Bientôt, ils seraient là. Il ne les voyait pas, mais il savait qu'ils l'observaient, cherchant à savoir s'ils avaient à faire à un ami, ou à un ennemi. Et ils apparaîtraient d'un instant à l'autre ; aussi, patient, Kazuki attendit.

" Qu'est ce que tu fous ici ? " fit une voix enfantine à quelques pas de lui.

Surgie de nul part, une gamine vint se planter devant lui, les mains serrées sur une barre de métal à l'allure menaçante. Ses cheveux en bataille retenus en une couette désordonnée sur le côté du crâne, abordant un tee-shirt trop grand pour elle sur un vieux short élimé, elle avait l'allure typique des gamins qui savent se battre, et ce malgré son aspect filiforme. Si elle n'avait guère plus de 12 ou 13 ans, il était certain, à la simple vue de son regard, qu'un seul mot de travers lui vaudrait bien plus que quelques bleus.

" Je suis venu voir Jan. " répondit-il calmement.

Surtout, ne rien laisser paraître de sa faiblesse : si les choses tournaient mal, il fallait à tout prix que la fillette hésite, afin qu'il ait le temps de s'enfuir. Cependant, il espérait surtout que Jan fasse son entrée le plus vite possible.

La gamine plissa les yeux. Elle avait visiblement du mal à croire que Jan fréquente un adulte de "l'extérieur", et Kaz comprenait que cette idée lui parusse étrange. Resserrant sa prise sur son arme de fortune, elle sembla hésiter, comme s'apprêtant à dire quelque chose.

" Tu... "

" Attends ! " fit une voix. " Je le connais. C'est un pote de Jan, il a le droit de rentrer, lui. "

Celui-là avait 14 ans, peut-être 15, et sa voix laissait clairement comprendre que, s'il n'avait pas l'intention de l'arrêter, il n'approuvait guère le choix de Jan. Ses cheveux trop longs tombaient devant des yeux fins, et le petit couteau qu'il abordait à la ceinture de son jean, seul vêtement qu'il portait, semblait presque aussi menaçant que la barre de fer de la fillette.

" Il est là-bas. " ajouta-t-il à l'adresse de Kazuki, indiquant du menton l'imposante tour de Shibuya 109. " Jan. Il est dans le hall, je crois. "

Sur ces mots, lancé du ton le plus neutre qu'il avait pu employer, il fit demi-tour, intimant à la gamine de le suivre, d'un geste de la main. Croisant son regard, Kazuki inclina brièvement la tête, pour le remercier.

Ces enfants, il les admirait. Certains leur trouvaient un aspect pitoyable, mais Kaz ne pouvait qu'envier leur détermination, et la capacité qu'ils avaient eu à s'adapter à leur nouvel environnement, après la tempête.

Jetant un regard à sa voiture, il poussa un soupire. En effet, il n'était pas certain de la retrouver à son retour : les enfants considéraient comme leur propriété tout ce qui se trouvait à l'intérieur de leur périmètre. Tant pis. Du pas le plus assuré qu'il put, il se dirigea vers le Refuge.

Quelques instants plus tard, Jan se tenait devant lui. Se fendant d'un large sourire, il franchit le pas qui les séparaient et, mû par ce reflex qui ne le quittait pas, l'entoura de ses bras.

" Tu m'as manqué. " lui dit-il d'un ton sincère, avec un sourire doux.

Son visage redevint sérieux, tandis qu'il enchaînait :

" J'ai besoin d'un coup de main, Jan. "

*

A présent, il se trouvait devant une porte close, non loin du dortoir principal de la Tour. A cette heure-ci, les couloir étaient pratiquement déserts : les seuls enfants encore debout étaient les patrouilles, telles que le duo qu'il avait croisé en arrivant. Il poussa un soupir, avant de frapper trois coups secs sur le battant.

Un temps.

" Entrez, je me réveille et je suis à vous..." déclara une voix féminine depuis l'intérieur.

Il l'avait réveillée ? Galant, il nota mentalement qu'il ne faudrait pas manquer de s'excuser. Après tout, elle était, d'après les dires de Jan, celle qui veillait sur les plus jeunes, et Kazuki se doutait que cette tâche devait se révéler éreintante.

La porte s'ouvrit rapidement, dévoilant la jeune fille... Au sens propre du terme. Kazuki haussa un sourcil en découvrant Eiko - c'est le nom que Jan avait prononcé - vêtue en tout et pour tout d'un short et d'un soutient-gorge. Pas que Kaz soit particulièrement impressionnable, mais il devait avouer qu'il ne s'était guère attendu à un tel accueil.

" Hum... Bonsoir. " salua-t-il, un sourire dans la voix. " J'avais besoin de vos services, mais... je dérange peut-être ? "

Il jeta un bref coup d'oeil à la pièce derrière elle avant de reporter son attention sur son occupante. Pas très grande, sans pour autant être minuscule, elle abordait une longue chevelure d'un noir de jais qui offrait un contraste saisissant avec la pâleur de son teint. Sa silhouette était fine sans pour autant être enfantine, et ses yeux, immenses, semblaient chargés du poids des responsabilités qui pesaient sur elle.

Décidant d'aller droit au but, il enchaîna :

" J'ai besoin de soins. " annonça-t-il de but en blanc. " Jan m'a dit que vous pourriez m'aider. "

Sur ce, il releva sa manche, laissant apparaître les stigmates de sa soirée. Même si, au vu de son visage, elle avait déjà dû comprendre que c'était des coups qu'elle allait avoir à soigner.

____________________

Oh!
Do you know what you got into
Can you handle what I'm 'bout to do
'Cause it's about to get rough for you
I'm here for your entertainment

Oh!
I bet you thought that I was soft and sweet
You thought an angel swept you off your feet
But I'm about to turn up the heat
I'm here for your entertainment










#373530
Kit ©️ me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net/forum.htm
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Des bleus et du rouge... [PV Kaz]   Ven 22 Jan - 20:41

" Hum... Bonsoir. " salua-t-il, un sourire dans la voix. " J'avais besoin de vos services, mais... je dérange peut-être ? "

De ses services, non mais... il se prenait pour qui se type ? L’avait-elle déjà vu ? Et puis qu’est ce qu’un type de l’extérieur faisait devant sa chambre ?

«Je suis trop chère pour toi...».

Elle lui avait balancé ça, mais le type trop pris dans sa propre réflexion n’avait pas relevé.
Il fit un pas laissant enfin apparaître son visage dans la semi-obscurité du feu, c’est un ami de Jan... Kaz c’est ça ? Et il avait l’air mal-en-point. Son visage était couvert d’ecchymoses et le simple fait de parler sembler lui causer des douleurs. Pendant une fraction de seconde, Eiko pensa simplement refermer sa porte, ce type lui tapait sur les nerfs a toujours serrer Jan contre lui comme s'ils étaient amants... L’étaient-ils ? Peut-être le saurait-elle si elle acceptait de le laissé entrer ? Mais elle posa sa main sur la porte dans la ferme intention de la lui fermer au nez. Eiko était plutôt gentille en général, mais son petit prince était un sujet délicat et le simple fait de penser a Jan et Kaz ensemble dans un lit était à la fois très excitant, mais ... ça lui donnait envie de pleurer.

" J'ai besoin de soins. " Annonça-t-il de but en blanc. " Jan m'a dit que vous pourriez m'aider. "

Son bras fin, était couvert de traces, et des doigts bien dessinés à force de serrer apparaissaient dessus. Le cœur de Mother fondit immédiatement, qui que soit ce type pour Jan... elle n’avait pas le droit de laisser quelqu’un dans cette situation...
Elle lui attrapa l’épaule et le fit entrer.

« Assied-toi et raconte moi, pendant que je prépare le nécessaire. Ton petit ami ? »

Elle pria intérieurement que Jan dans un de ses élans de colère ne s’est acharné sur le pauvre être, mais elle n’y croyait pas trop ce n’était pas le genre du prince. Elle allait vers son établi quand passant près de son miroir, elle se rendit conte de la manière dont elle était habillé, elle rougit, mais impossible de voir dans un regard circulaire où avait pu tomber son haut, il était probablement assis dessus. Elle rougit de plus belle... au moins ce n’était pas l’un de ses soutif délavé. Elle mit de l'eau à bouillir, après avoir retiré le sirop a la fragrance de cannelle du feu. Puis alla fouiner dans son armoire pour y trouver les ingrédients nécessaires à la tisane qu’elle avait décidé de préparer car elle apaisait les douleurs. Elle prit aussi l’un de ses onguents sur l’établi, toujours là au cas où... Eiko aurait pu tout simplement le lui donnait et le mettre dehors mais son expérience lui avait appris que souvent dans ce genre de cas on avait plus besoin de parler que d’être soigné. Pas mal de ses filles arrivaient au moins une fois dans cet état, une fois l’une d’entre elles n’était pas revenue du tout, mais Jan s’était occupé de ce type là aussi, on ne touche pas impunément aux enfants de la grande tour, pourtant ils devraient le savoir tout ces types coprophiles de l’extérieur. Un grand poids pesait sur elle en pensant que ses filles étaient peut-être dans une situation similaire...

Elle prit le bras du garçon qui ne disait mot et laissait son regard flotter dans la pièce semblant en apprécier l’odeur. Elle commença avec beaucoup de délicatesse à masser les zones endolories. Cette proximité ne la gênait pas elle avait pris l’habitude avec tous ceux qu’elle gardait de partager ce genre de moment. Le pire de tous était quand il fallait expliquer aux jeunes filles pourquoi elle perdait du sang... Un moment s’écoula, le garçon posait sur elle un regard bizarre, mais même à ce genre de regard elle s’était habituée. En général ils ne tentaient rien, de peur de s’attirer les foudres de Jan. Il ne voulait toujours pas se confier pourtant une certaine ombre dans son regard laissait clairement voir qu’il avait besoin de parler. On pouvait être dragueur patenté et avoir un cœur... elle pensait qu’il s’agissait d’un dragueur juste a l’intonation qu’il avait mit dans sa voix en se présentant mais même s’il était beau, il ne se passerait rien enter eux, d’abord a cause du certains nombre de courbature qui expliquer probablement cette mine contrite et ensuite parce que Eiko ne concevait qu’un tel acte qu’avec Jan. Une courte image de ce dernier se pressant contre elle lui arracha un faible sourire, mais bon il fallait s’occuper de son ami... enfin elle espérer juste son ami. Car s’il se trouvait une histoire entre ces deux-là, son cœur s’en retrouverait brisé.

« Alors mon petit... Tu n’as rien à me raconter ? Ton petit ami a des sautes d’humeur ? Ce n’est pas la peine de te sentir gêné, tous ce que tu me diras je le garderai pour moi. »

Elle avait dit cela d’un air sincère, et pour appuyer ses dires posa un baiser sur le front du jeune homme qui la regarda d’un air perplexe avec un demi-sourire, se demandant s’il devait être sincère ou détendre plutôt l’atmosphère. Cependant l’atmosphère, demi obscure, l’odeur de cannelle encourageait à la confidence.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Des bleus et du rouge... [PV Kaz]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Des bleus et du rouge... [PV Kaz]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La Tour Shibuya 1o9 (Le Refuge) | :: Les Alcôves-