AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Kashyapa Sari

Pretty Lonely Junkie...
Pretty Lonely Junkie...
avatar

Messages : 153
Age : 28
Job/Gagne-Pain : Serveuse
Humeur : droguée...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   Sam 23 Jan - 8:07

[et si c'est pas bon tant pis! j'ai appellé à l'aide! u_u]


Morgenstern erscheine ,auf die liebste meine […]sag ihr sie ist nicht alleine…Rammstein.




Au petit matin, Sari avait fini son travail au bar, et dirigeait ses pas vers Ropponji , afin de prendre sa panacée quotidienne. Ce soir il y avait eu pas mal de monde, et son service fut laborieux ; en effet les clients ne venaient pas juste « pour boire un coup », mais aussi pour profiter de quelques plaisirs qu’ils pouvaient échanger contre un éventuel subside. Malgré ses courbes juteuses ;tues par l’uniforme hideux dont elle était flanquée ; la vue de son être chétif consumé par la drogue, éloignait les clients, et même les plus désespérés. Bien sûr les plus nantis s’offraient de sublimes hôtes, comme ce Kazuki…

« Aie ! » fit-elle en se massant le crâne.

Ayant l’habitude de se glisser dans les décombres, elle n’avait pas pensé à baisser un petit peu plus la tête ,pour ne pas se prendre la colonne qui lui barrait le chemin. Lorsque ses pensées se tournaient vers ce type (et en passant ; sur l’image de son élégant popotin) elle se retrouvait impuissante. « pruit… » …

« Mais c’est pas vrai ! Put** ! »; vitupéra t-elle, quand elle vit que ses pieds avaient atterri dans une chose à l’aspect cadavéreux ; « J’EN AI MARRE ! »

Elle n’avait quand même pas besoin de ce « Kaz-chépaquoi » pour réussir à faire des conneries tout de même, et qui plus est, pour pouvoir se défoncer tranquillement. Sur ce, elle atteignit enfin sa petite cave, qui était plus une sorte de tanière qu’autre chose. Au bout de quelques minutes et gestes précis, elle put se détendre. « Tiens ? j’ai pas bavé aujourd’hui ! »Toute contente d’elle, Sari laissa son corps glisser contre la paroi lisse et fraiche de l’hypogée.

Elle ne ressentait plus rien, et n’entendait plus rien, seuls quelques raclements lointains indiquaient, comme ils pouvaient, à son cerveau qu’il y avait de l’activité dehors. Si elle ne savait pas que c’était les enfants du Refuge, elle aurait sûrement paniqué ; ces petits pouilleux étaient à eux seuls, plus menaçants que les trois quarts de la racaille qui subsistait dans Kabukicho et puis ils étaient protégés par leur « Mother » ; si jamais elle avait le malheur de se fritter avec eux, il était certain qu’elle ne serait plus de ce monde.

Sari sombra alors dans une léthargie qui traîna jusqu’au soir ; encore une fois elle avait forcé la dose pour oublier sa géhenne. Pourtant lorsqu’elle se réveilla , les problèmes n’avaient pas disparus et il fallait aller bosser. Mais pas avant de s’être sifflé une petite, parce que ce soir elle reverrait peut-être Kazuki…

« Et mer** » pensa t-elle en se levant.

Tout en s’interdisant des pensées libidineuses, elle qui demeurait ; malgré cette époque démesurée, toujours rosière ; s’extirpa de son trou. Pour la première fois depuis six longues années, elle apprécia le spectacle qui se présentait ;le vent soupirait délicatement et sous ses yeux, les fils de lumière vespérale déchiraient le ciel gris fer, on entendait presque les hurlements, on entendait le requiem de leur sommeil latent .


Dernière édition par Kashyapa Sari le Lun 1 Fév - 6:24, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   Dim 24 Jan - 6:03

[ J’expérimente un nouveau style]

* L’air frais caresser son corps, accompagnant ce sentiment d’exaltation, qui faisait battre son coeur au rythme de la meute. Cette sensation de n’être plus un individu isoler mais plutôt une partie d’un tout. Pendant cette course effrénée, elle n’était plus Mother mais juste un membre des Greys’Wolf...*

*

Il en fallait beaucoup pour que notre tendre mère ne quitte son poste pendant une nuit, car au delà du plaisir sauvage qu’engendrer cette petite équipé, vous vous douter bien que se n’est pas impunément que notre Ei-chan, était de sortie. D’ailleurs l’aurait ton reconnu le visage couvert de suie, les cheveux attachés en une queue-de-cheval, maintenus par un ruban couleur corbeau. Et surtout l’étonnante machette, qui passez dans un étui se balader sur ses reins. Non, c’était certain ce soir ce n’était pas en tant que Mother qu’elle prenait part aux réjouissances, mais bien en tant qu’Eiko, membre des Greys'Wolf. Vous allez me demander, mais c’est qui ceux-là ? Il est vrai que je ne suis pas forcé de vous expliquer, mais afin de partir d’un bon pied avec vous, je vais me sacrifier...

*

Et bien vous vous souvenez qu’Eiko a eu des problèmes avec un certain docteur a une époque. Et bien Jan avait réuni un certain nombre de personnes pour chasser ledit docteur, par la suite à plusieurs reprise on a eu besoin d’eux. Ils se sont donc réunis en un groupe plus ou moins homogène les fameux « loups gris ». Cette connotation étrange, avec les contes n’est en effet pas fortuite car se groupe d’individus sont les pires qu’un extérieur puisse trouver sur son passage car certains d’entre eux, mise a part notre Ei-chan nationale, en sont déjà venus a tuer, si bien que ces être n’ont pas peur de grand chose sauf peut être des violentes colères de leur petit prince, qui plutôt que de venir s’amuser avec eux préféré la plupart du temps traînait on ne sait où... Un chef ? Et bien pas vraiment, mais la japonaise aux cheveux teint en rouge qui lui retombe jusqu’au bas du dos, avec sa silhouette élancer et ses muscles d’airain était la plus respectée. Son nom et bien... ils la nomment Kitsune, oui je sait, c’est étrange qu’un renard vienne a dirigé une meute de loups, mais quoi qu’il en soit ce n’est pas pour vous parler des prédateurs de Shibuya que nous sommes là...

*

Donc notre Eiko était de sortie ? Je sais, vous ne tenez plus... vous voulez savoir, hein ? Et bien disons qu’une épidémie de grippe ravage la salle de l’arbre du pendu, étrangement, elle ne semble toucher que les plus jeunes. Oui, bien sûr que s’est arrangeant pour mon histoire, cela me permet de faire sortir les plus expérimenter des enfants perdus, mais si vous avez un problème et bien passez votre chemin. Quoi ? Vous êtes toujours là ? Vous voulez entendre la suite ? Bon, je vous l’accorde... après une certaine recherche, un champignon hallucinogène entrerait dans la composition d’une tisane qui permettrait de faire tomber la fièvre, ce fut une décision difficile pour Eiko de quitté tous ses petits chenapans mais à part elle qui aurait put trouver les fameux légume ? Quoi, comment ça, ce ne se sont pas des légumes ? C’est la dernière fois que vous m’interrompiez je vous préviens... Et donc voilà pourquoi notre belle demoiselle courait dans la rue direction Ropponji, car seul dans ces ruines poussait l’étrange champignon.

[Kitsune]-Ca vas? Tu t’en sors ? Sa faisait longtemps que tu n’étais pas venus...
[Eiko]- T’inquiète je survivrais. Les autres, ils sont toujours là ?

Oui, car en fait pour être plus discret chaque membre du clan se séparer et courait sur des chemin parallèle, kitsune en bon leader passez voir chacun afin de prévenir un quelconque souci.

[Kitsune]-T’en fais pas, ils sont aussi fort que la tempête tes petiots.
[Eiko]- Cela ne m’empêche pas d’avoir d’avoir des soucis kitsu-kun.

Oui là était bien le noeud du problème, notre Eiko malgré son apanage de guerrière garder son coeur de mère et le souci la ronger, d’un a cause de ses petits qui étaient malade à la base, de deux les greys’wolf pouvait agir parfois de façon tout a fait stupide et enfin elle doutait de ses capacités a protégé tout se petit monde. Mais ne vous faite pas d’illusion la machette que Ei-chan arbore n’est pas là que pour faire jolie, elle sait s’en servir et mieux que vous ne pouvait le concevoir. Vous avez déjà vu une louve protéger ses petits, eh bien c’est un spectacle tout a fait étonnant quoique un peu gores pour vos fragiles sensibilité, se soir nous ne tomberons pas dans de tel extrémité, du moins je l’espère...

*

Hurlement de loups dans le lointain, cris de ralliement, la meute convergée vers le cri tel un seul être mut par une même intelligence. Et notre dame au grand coeur, quoiqu’un peu à la masse, arriver a suivre le mouvement, décidément ils ne cesseraient jamais de la surprendre, ce la faisait a peine une heure qu’ils cherchaient. Arriver devant les décombres une petite ribambelle de champignon devant l’entré d’un trou. Le problème c’est que la tanière, pouvait cacher n’importe quoi où n’importe qui...

[Kitsune] J’entre avec Ei-chan, vous vous attendait, deux en sentinelles et deux près de l’entré. OK !

Kitsune n’avait même pas essayé d’exclure Eiko, elles auraient débattu, aurait perdu un temps précieux et aurait quand même du faire entrer Mother dans la tanière. La dernière sortie sa machette et s’engagea la première dans le trou. Elle évita soigneusement le cadavre de rat, pour ne pas être imprégnée de son odeur, car voyait vous la bestiole était en fort état de décomposition. Plus loin un bruit de ronflement. Hésitation... Tant pis après tout il n’avait pas le choix entrant dans une petite pièce Eiko fit la découverte d’une pauvre créature abrutis par la drogue. Mais ce n’était pas son enfant alors malgré l’élan de son coeur, elle n’alla pas vers la chose. Autant eux n’étaient que des loups de conte de fée, elle, elle était l’un de ses chiens de race commune qui fréquente les bas fonds, elle respirer une profonde crasseur. Eiko ne s’attarda pas plus se dirigeant vers le fond de la salle, elle vit un amas du fameux légume, oui je me permets d’insister... je sais ça vous enrage, mais je vous avoue... j’adore ça. Après récolte, qu’elle fourra dans une besace que la belle et prodigieuse Kitsu-kun avait apporté, un bruit sourd dans la pièce , l’autre nana était pris d’un délire soudain et c’était mise a danser en parlant d’un truc au sujet de pachyderme a l’épiderme rosé. Kitsune fit un geste a Eiko, elles sortirent discrètement de la pièce et de retours a l’air libre inspirèrent profondément.

*décidément on trouvait n’importe quoi dans ses ruines*

Eiko inspira un grand bol d'air. Et rendis hommage à la terre.

*Terre de chaos je te quitte sans crainte, merci de nous avoir offert ta douce semence, tu as pour toujours ma reconnaissance...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kashyapa Sari

Pretty Lonely Junkie...
Pretty Lonely Junkie...
avatar

Messages : 153
Age : 28
Job/Gagne-Pain : Serveuse
Humeur : droguée...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   Ven 29 Jan - 11:58

Sag mir ich bin nicht alleine…Häßlich….Du bist häßlich, Morgenstern, RAMMSTEIN.







Sari arriva essoufflée dans les ruines tant chéries. Elle avait couru ; sentant venir le manque. Cette fois encore, le patron l’avait mitraillé d’injures et pour cause ; comme tous les soirs, les clients la rejetaient, effrayés par son aspect sordide. Elle chercha des yeux , quelque chose qui pourrait lui servir de miroir, et trouva ; une vieille bâtisse qui abritait encore du « verre de Psyché. »

La lune était pleine, ses rayons pulvérulents éclairent tout le quartier. En effet, elle ne s’estimait pas satisfaite ; elle ne faisait pas le poids devant Eiko « la thaumaturge végétale » . Elle fut obligée d’admettre que malgré son jeune âge, la drogue l’avait consumée. Malgré un sourire affable, elle n’avait pas l’occasion d’expérimenter « son charme », puisque les gens la fuyaient, à proprement dit . Elle souffrait du regard des autres, et les rendait responsables de son spleen. Jamais elle n’aurait soupçonné d’être elle-même la cause de son mal être, elle en était, jusqu’à maintenant inconsciente.

Sari s’examina ;elle n’était pas contrefaite, mais ses prunelles émeraudes était gâchées par les bagages ternes qu’elle arborait. De même son corps ( « que j’aurais pu entretenir » pensa t-elle) exhumait les signes d’un long trépas. « aie, aie aie ! Comment un être transcendant comme Kazuki pouvait seulement voir un seul de ses cheveux



« Put***, là je suis vraiment en manque ! »



Toujours plongée dans un abyme de perplexité, elle n’avait pas remarqué la présence, quoiqu’infime, de la jeune fille qui l’observait attentivement. Kitsune ,chef des Grey’s Wolfs, n’avait pas résisté à la tentation de venir épier, un élément qu’elle considérait comme « pernicieux ».

Sari était arrivée au fond se sa crypte, et commençait tout juste à déballer son « petit matériel de soins » quand quelque chose attira son attention. L’ombre chinoise révélée par Tsukuyomi, se déplaçait rapidement mais restait silencieuse. Sari sentit son cœur cogner à ses tempes et son épigastre.



« c’est quoi ce bor*** ?! on peut plus se défoncer tranquillement ? »



Même au bord de l’apoplexie, résultant de ses affres et du manque, Sari gardait son sens de l’humour. Elle sortit et scruta les environs ; une toute jeune fille se dressait à quelques mètres d’elle.

Plutôt mignonne ; ses cheveux teints en rouge , lui retombaient jusqu’au bas du dos, avec ça une silhouette élancée pour peaufiner ses fins muscles d’airain. Si elle faisait déjà peur à Sari par son aspect sculptural, c’était sans compter le gouffre glacial que portaient ses yeux , lourds de menaçes.


« c’est quoi ça encore ? »songeait Sari « elle me veut quoi celle là ? je suis trop maigre pour être mangée enfin , j’ai même pas encore trouvé de Pavot égyptien ! d’accord si je m’en sors je touche plus au crack, fini ! fini ! FINI ! à part le hasch c’est pas de la drogue ça… »




Devant cette apparition plus ou moins ,(moins surtout) inattendue, Sari était restée dans un état de torpeur, ne sachant plus quoi faire. Elle venait surtout de réaliser pourquoi cette fille la fixait ; l’animadversion qui se déversait pleinement sur Sari était assourdissant .

Elle savait que s’il se passait quelque chose, elle n’allait pas s’en tirer indemne. De plus , la surface de sa cave avait été grattée ; «pour des champignons » ; mais si cette fille l’attaquait, elle aurait aussi quelques soucis…

Sari pressa légèrement le poussoir de la seringue cachée dans son dos…elle était prête.












Explication du vocabulaire! ^o^



pulvérulents: poudreux

thaumaturge:qui fait des miracles

affable:qui se veut gentil

spleen: dépression pour tout et rien

transcendant:qui dépasse la raison

pernicieux : dangereux pour quelque chose(famille, amis etc)

Tsukuyomi: dieu de la lune

epigastre: point situé juste au dessus de l'estomac

apoplexie : mon état là maintenant ^^

affres: peurs

pavot egyptien:drogue destinée à calmer les enfants , dans l'egypte ancienne x)

animadversion:(mon préféré ^^) hostilitée déclarée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   Dim 31 Jan - 6:35

*Torpeur glaciale de l'hiver, passion éthérée de cette sombre nuit, vol incandescent du Taon à travers la flamme, cette nuit... respire la mort... ou le malheur.*

*

Notre Eiko prenait soin de ses bambins, tous étrangement étaient calmes, et comme toujours cela ne signifiait rien de bon, Les Greys'wolf donnaient un coup de main pour endiguer l'épidémie, mais on était donc passé kitsune ? Une prémonition néfaste tracassée la jeune guérisseuse et elle ne l'orienter que vers la renarde rousse depuis tôt dans l'après midi. Un pli de soucis barrer son front et ses yeux sembler tiquer a chaque fois que sa pensé retourné vers ladite jeune fille, ce qui semblait arriver de plus en plus souvent depuis ces dernière heures.

"-Où est kitsune ? La question avait été posé à tout les loups a la fois...
-On sait pas on est pas sa mère... Une petite voix dans le fond
-Si, vous savez alors pourquoi vous me mentez ! Le ton était lourd de menace.
-Elle est partie régler le problème de la junkie...
-Pauvre idi***"

*

Voilà pourquoi une nouvelle fois, mais seul, EÏ-chan courait vers les ruines, viola pourquoi une poigne glaçèe lui enserrait l'oesophage et qu'un fiel amère semblait descendre le long de la paroi de son estomac. Sa "fille" était en danger. Kit-chan n'était pas peut-être pas une tendre, mais un animal aussi faible et malade soit-il peut-être un redoutable adversaire quand il est acculé. Cette fille : la "Junkie" comme disait les loups était une battante sinon comment un être aussi misérable aurait-il pu survivre lors de ces six ans. Non, cet affrontement ne devait pas avoir lieu, kitsu était bien trop précieuse pour mourir comme ça, bien qu'on ne douta pas qu'elle tuera le junkie, mais elle ne devait pas... non s'en était trop.
*Il est trop dur pour une mère de survivre a ses enfants, la tristesse pourrait la tuer, ou le vide lui enlèvera son sourire à jamais...*
La scène qu'elle vit près de cette vielle batiste était des plus singulière. Une statue de marbre se tenait bien droite devant une animale, kitsune un regard haineux, dominer de toute sa grâce la Junkie. Deux regard pervers et animales se croiser, la lutte avait déjà commencé même si pour l'instant elle n'était que psychologique ; le coeur d'Eiko cessa de battre pendant une fraction de seconde.
*Le lien étroit de la mort, qui lie deux êtres, dans une dernière danse, une dernière valse, un dernier soupir...*
Des larmes amères dessinèrent deux lignes argentées sur les joues de Eï et son corps se mit a tremblé, elle se rendit conte qu'elle n'y pourrait probablement plus rien. Mais elle ne pouvait rester regarder sans rien faire. Les deux échangèrent des paroles acerbes, qui blessèrent profondément notre douce mère. Elle vit un reflet derrière le dos de la Junkie, elle était armée, kit serraient ses deux couteaux avec une sérénité que seul un combattant aguerrie peut avoir. Non elle ne pouvait pas laisser cela arriver...

*

*Une fleur de cerisier s'interposant entre deux ouragans, un dernier message de paix avant l'obscurité…*
Comment Eïko se retrouver elle au centre, le dos tourner a la junkie ? le visage plein d'un océan de tristesse, et des mot remplis de désespoir dans la tête ? S'il fallait qu'elle se face poignarder se ne serait pas par "sa fille" au moins. Car elle ne pensait plus que ce combat puisse être arrêté.
"-Petite renarde, à quoi bon ? Laisse là s'en aller, elle est chez elle ici, elle ne nous a rien fait...
-Comment tu oses dire qu'elle ne nous fait rien, et toute la merde qu'elle refile à tes enfants... Et toute...
-Tais-toi kit! Ne dis pas n'importe quoi, c'est qu'une Junkie, ce n'est pas une dealeuse. Mes enfants je sais m'en occupé...
-Eh bien on ne dirait pas... Tu ne sais même pas le nombre d'entre eux qui prenne de la drogue...
-Kitsune Aburame, Tu es mal placé pour les critiqués je te rappelle !
-Tu me fais... T'as raison "maman" je... J'ai fait une connerie, je m'en vais, mais si je la trouve en train de faire des truc pas nette avec nos gamins...
-Kit chérie, toi aussi tu es une gamine... Je m'occupe de tout, viens me voir dans mon alcôve ce soir, nous en parlerons."
Kitsune s'enfuit, elle avait plus peur de sa "mère" que de n'importe quoi d'autre en ce monde, heureusement car il n'existait aucun autre être qui puisse arrêter ce combat a par elle.
*ouf..*

*

* Petit être blessé que puis-je pour toi ? *

Eïko se retourna alors pour voir l'autre, un regard étrange la transpercer, elle était presque nette, presque... Le manque faisait trembler son petit corps abîmé, ce qui la rendait beaucoup plus forte qu'elle ne l'était. Cela faisait longtemps qu'elle n'avait pas vu cet état-là, depuis kit... Peut-être était-ce son passé qu'elle affronter au travers de la Junkie, sûrement, mais la pauvre chose qui lui lançait un regard perçant n'était en rien responsable des erreurs de jeunesse du renard. Les larmes se tarirent d'elle-même.
Ce petit roquet abandonné, lui n'avait personne pour l'aider. Elle avait tant à lui dire et pourtant... Pas de mots. Pousser par un instinct, Eïko s'approcha, elle poussa la main de la jeune fille qui par réflexe rangea la seringue dans l'une de ses poches. Elle avait tant à lui dire... Elle lui rappelait tant la petite kit au corps déchiré par le hash, le regard vide, les idées noires, le désespoir. Elle la prit dans ses bras, L'autre s'affola quelque peut, puis s'abandonna à cette étreinte. Des larmes de douleur coulèrent sur l'épaule de la Junkie.
"Je ne peux rien pour toi, petite, malheureusement je ne peux que t'offrir qu'un peu de chaleur..."

* Quand au milieu de la nuit le jour tarde a ce lever, il ne reste que l'étreinte d'une mère pour se réchauffer. Et quand l'on a plus de mère, il ne nous reste plus que nos yeux pour pleurer...*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Kashyapa Sari

Pretty Lonely Junkie...
Pretty Lonely Junkie...
avatar

Messages : 153
Age : 28
Job/Gagne-Pain : Serveuse
Humeur : droguée...



Who am I ?
Âge: 20
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   Dim 31 Jan - 10:43

Auf mein Ungesicht, Sag mir ich bin nicht alleine…Morgenstern, RAMMSTEIN.









"Je ne peux rien pour toi, petite, malheureusement je ne peux que t'offrir qu'un peu de chaleur... »







Sari resta interdite. Lorsqu’elle avait vu Eiko s’approcher d’elle, elle avait commencé à paniquer ; les choses se chamboulaient dans sa tête. D’abord la petite rousse qui était prête à lui sauter à la gorge et maintenant la « mère » du Refuge qui la serrait dans ses bras. Mais elle l’avait laissée l’étreindre, bercée par un mystérieux parfum « d’autrefois » …l’âme d’une maman. Elle aurait voulu accompagner ses larmes, non pas parce qu’elle ne le voulait pas ; mais aujourd’hui ses yeux étaient taris par la mélancolie. Elle s’abandonna quelques secondes au plaisir de cette sensation.

Elle n’avait jamais compris, lorsqu’elle croisait leurs regards, pourquoi tant d’animosité se déversait sur elle. Certes son état ne lui permettait ni d’entretenir son physique, ni la conversation, mais cette aversion la mettait mal à l’aise, que lui reprochaient-ils ? Elle était délicieuse ; ses cheveux enveloppés d’un halo bleu, elle lui semblait sereine sans qu’elle n’en sût la raison, d’une douceur imprévue répandue partout sur sa chair, dans ses yeux et aussi dans son âme. Une bienveillance venue du ciel. Pourquoi « ses » enfants prenaient ils de la drogue ? elle en voyait quelques uns qui fréquentaient les dealers…pourquoi lui faisaient-ils ça ?

Se dégageant, Sari observa Eiko. Face à celle-ci, elle devait avoir l’air d’une belle ahurie ; sans talent, sans attraits, sans mère… Ces gosses avaient ce qu’elle aurait voulu garder le plus au monde, et avaient –ils seulement conscience de leur chance ?

Ce soir, elle voulait qu’Eiko ne la laisse pas, qu’elle ne reparte jamais. Sous les effets de la dépression, elle pouvait devenir redoutable, pour obtenir ce qu’elle voulait…Mais cette jeune fille , avait juste fait acte de charité, voire de bravoure en venant la voir. Il valait mieux qu’elle parte au plus vite. Eiko restée plantée devant l’ouverture, elle regardait le squelette hideux qui se dressait devant –elle.



Sur un cerisier mort, on ne trouve pas de fleurs. Tu devrais partir, tes petits t’attendent. » lui murmura Sari.


Tout en se recroquevillant sur elle-même, elle sentait son âme écorchée par cette mansuétude, cette chose qu’elle voulait tant retrouver au fond d’elle-même. Elle ressentait jusqu’au fond cette créature profonde, d’une rare légèreté, exquise et délicate. C’en était assez ; elle avait déjà trop pleuré, écœurée par ses fautes. En adressant à Eiko un dernier regard, sentant toutes deux qu’elles étaient les deux pôles opposés de l’éternel féminin, à la sensibilité indécise et irrésolue. Sari planta profondément dans sa chair la seringue qu’elle avait fourrée dans sa poche quelques instants plus tôt.
Le puissant narcotique fit aussitôt office ; les muscles de Sari cessèrent de trembler ; seule la bille de bave n’avait pas touché le sol ; elle indiqua à Eiko qu’il était temps de retrouver les siens.









« Jette une flamme ardente, à mon hideux visage, dis moi que je ne suis plus seule… »














[Ce POST est Désormais CLOS! il est beau hein ^^]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Morgenstern [Sujet Libre] [POST CLOS]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Ropponji (Les Ruines)-