AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: [Au Bazar] Au Bazard, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Mar 23 Mar - 3:09

    La fumée de sa cigarette voilà sa vue pendant quelques secondes. De toute façon, qu’avait-il à regarder ? Les choses étaient pratiquement les mêmes depuis six ans… six longues années. Il jeta un œil autour de lui. Toujours la même chose qu’il voyait, le même comptoir, les mêmes étalages, les mêmes conneries bourrées partout, la même poussière tassée à quelques endroits. Un jour, il faudrait qu’il passe un coup de balais… maintenant qu’Holly ne venait presque plus, il était le seul à pouvoir le faire. A moins qu’il paie un gosse pour le faire… c’était une solution possible.

    Sa petite boutique, ou comme il l’appelait, Son Bazard, était en fait un garage. C’était pratique à vrai dire, il avait une sorte d’arrière boutique où se trouvait un lavabo avec une citerne portable d’eau vu qu’il n’y avait pas d’eau courante. De plus, lorsqu’il fermait, il n’avait qu’à descendre la porte coulissante et personne ne pouvait le voler. Car c’était du solide cette foutue porte ! Mais une des choses qui étaient le plus agréable, c’était le fait que la boutique soit totalement ouverte vers l’extérieur… enfin, c’était agréable quand il faisait chaud ! Mais alors quand il faisait froid… c’était pas très chouette… Bref !

    Un enfant venait de rentrer dans le minuscule magasin. Noree ne le reconnaissait pas. Cela ne devait pas être un des protégés d’Holly venait lui apporter quelques choses. Il regardait dans tous les sens. Cherchait-il quelque chose ? Il semblait perdu… Noree soupira. Avait-il vraiment l’air d’une baby-sitter ?! Il écrasa vivement sa cigarette dans son cendrier.

      - Que veux-tu ?


    Le gamin sursauta violemment. Noree savait pertinemment bien que malgré ses années passées à Tokyo, il ne connaissait pas encore bien la langue… Malheureusement pour lui, cet enfant avait l’air d’un Japonais pur souche… Et vu son âge, il ne devait comprendre que le japonais.

      - Je… peluche…


    Voilà tout ce que l’Anglais avait compris dans la phrase du garçonnet. Il soupira une nouvelle fois. Pourquoi aurait-il des peluches ?! Bon… d’accord… il en avait ramassé quelques unes près de Shinjuku et Akihabara. Il avait même dû recoudre plusieurs d’entre-elles. Généralement, il les donnait à Holly dès qu’il la voyait pour qu’elle les distribue à Shibuya mais cela faisait longtemps qu’elle n’était plus venu… Il tourna dos au garçon. Celui-ci ne semblait pas avoir d’argent ou quelque chose de valable à échanger… tant pis, Noree semblait être dans un bon jour. Il se redressa avec dans ses mains, un ours en peluche. Sur ce dernier, on pouvait largement voir les différentes coutures qui avaient dû être refaites… mais il était plutôt en bon état.

    Noree le lança à l’enfant qui l’attrapa au vol, surpris. Puis lorsqu’il comprit de quoi il en retournait, un immense sourire trôna sur son visage. Il fit une petite courbette, puis deux, avant de courir dehors.

    Noree détourna le regard. Et dire qu’il avait gaspillé une cigarette à peine entamée pour ce gosse. Il en ressortit une de son paquet et l’alluma avec l’aide de la bougie qui se trouvait sur son comptoir. Il piquerai bien un petit somme mais il savait qu’il n’arriverait pas à s’endormir. Pas ici, en tout cas. C’était trop proche du Centre pour qu’il se sente en sécurité dans son camp, Kichijoji.

    Il s’assit sur son tabouret et regarda tranquillement dehors. Le soleil tapait. Peut-être qu’il pouvait espérer vendre quelques crèmes solaires… Non, cela ne se vendait plus bien. Il n’y avait que certaines femmes en nostalgique et capricieuses qui en mettaient encore. La priorité n’était pas pour ce genre de produit. Les maladies étaient beaucoup plus graves que les marques laissées par le soleil.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Mar 23 Mar - 5:15

[Début un peu fastidieux, j'espère que cela te conviendra]

[Chambre de Eïko]

Eïko se regardait encore dans son fameux miroir. Elle peignait avec lenteur ses long cheveux noir, réfléchissant à la meilleur manière d'obtenir ce qu'elle chercher. Elle savait qu'elle aurait du se dépêcher mais aller trop vite ne lui avait jamais rien apporté. Plutôt elle préféra se récapituler la situation. Le petit Yun avait de la fièvre, mais pas une petite. Elle qui avait prévus d'aller à la cueillette aujourd'hui, il ne lui restait qu'un petit peu d'herbe. Elle en avait donner au petit, qui dormait à présent paisiblement. Veillait sur lui, une certaine Holly, que les enfants avait surnommaient "Hollypop". Le petit ne craignait rien pour ce jour, mais voilà, il lui avait fait perdre trops de temps, pour qu'elle puisse allez en chercher là où elle en avait l'habitude. Elle n'avait que quelques heures, puis il faudrait préparer une nouvelle tisane, d'ici là elle avait le temps. Elle réfléchissait à tout les endroits de la ville où elle pourrait en trouver, puis l'image de ce petit bazar où elle accompagnait parfois Holly, bien qu'elle n'y entra jamais car toujours trop pressée, s'imposa d'elle même.
Eïko s'habilla, toujours de son calme Olympien. Elle enfila son short en jeans, un petit haut couleur rose pastel,avec une fleur d'Hibiscus dessus, ses veilles chaussures. Comble des accessoires, elle mit un chapeau de paille que lui avaient tressé les enfants de leur mains expertes. Une couche de crème solaire maison... Petite expérience qui c'est révélé pas trop négative de la petite coréenne. Puis elle se dirigea vers la sortie.

[Au Bazar]

Juste avant d'entrer un gamin la croisa en courant un ours en peluche à la main. Il parlait de lui trouvait un nom... Eïko quand à elle sourit, celui là elle ne le connaissait pas ce qui signifiait qu'il devait avoir une famille. Elle entra dans le Bazar ou plutôt dans le "foutoir", mots plus approprié pour cette amoncellement de choses de tout genre. Eîko voyait à peu prés la même chose à chaque fois qu'elle entrer dans une alcôve de garçons, mais avec moins de bric-à-brac tout de même. Rare était les hommes qui appréciaient de ranger, elle en déduit donc que c'était un homme qui tenait l'établissement, enfin le "foutoir". Au fond un type en yukata fumaient, elle le regarda doutant qu'il s'agisse du marchant car il ne réagis pas tout de suite, sinon il ne s'était pas encore aperçut de sa présence qui sait ? Mais elle était pourtant sûr qu'il s'agissait de lui, car il était à l'image de son bazar, en désordre. Elle ne put s'empêcher de penser qu'il aurait besoin de quelqu'un pour s'occuper de lui... Mais bon, elle ne pouvait pas receuillir tout le monde non plus...

Elle alla voir doucement les étales, il y avait vraiment de tout, et surtout n'importe quoi. Elle trouva une pile de médicament, tous périmés, mais certaine personne était prête à payer des fortunes même pour s'empoisonner, Eiko fronça les sourcils. Il y avait-t-il des herbes, tour d'horizon, un étales plein, en fait. Elle s'approcha des produits, avec une moue dubitative. Certaines herbes aurait du être jetait il y a un ou deux jours déjà. Mais bon, il y avait ce dont elle chercher et dans un état encore valable. Il était temps d'aller chercher le vendeur et de voir si les prix était respectables.
Elle prit une inspiration, afficha son plus beau sourire et s'approcha de l'individu à l'air un peu fou . Elle prit quelques instants pour le regarder, il était plutôt mignon, il avait cette air un peu androgyne qu'avait Jan. Bien sûr il n'était pas aussi beau... En un éclair Eïko parti pour l'un de ses fantasmes habituel, imaginant Jan en yukata légèrement dévêtus... Retour à la réalité...

"Bonjour, moi c'est Eïko, une amie de Holly. Je serait intéressée par certaines herbes que vous vendez..."

Pourquoi avait elle parlait de Holly? Aucune idée, elle pensait simplement que se serait plus simple ainsi d'engager la conversation car le type en face n'avait pas l'air très loquace. Elle figea son sourire se demandant comment il allait réagir, car il lui semblait que cela faisait un bout qu'Holly n'était pas venue. Elle espérer n'avoir pas commis une faute. Elle avait vraiment besoin de ses herbes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Mar 23 Mar - 22:57

[Cela me va très bien ^^ !]

    Une jeune fille entra dans la boutique. Aujourd’hui était-il un jour porte-bonheur ? Déjà deux personnes ?! Elle lui ressemblait un peu. Une peau blanche et de cheveux ébènes. Noree détourna la tête. De toute façon s’il elle voulait quelque chose, elle saurait bien où le trouver. S’il y avait bien une chose que l’Anglais regrettait, c’était le manque de musique. Les gens étaient désormais obligés de se déplacer pour en écouter en live… car retrouver des disques ainsi que des appareils intacts étaient presque impossible. Le nombre de fois où il en avait chercher… Noree pouvait aisément le prouver.

    Noree commença à trier quelques papiers sous son bureau. C’était un peu ce qui remplaçait ses comptes… Il écrivait la date, ce qu’il avait trouvé, où et l’état. C’était toujours utile ses choses-là. Surtout pour retrouver certains objets ou plantes rares par la suite. Il mis en ordre par mois. Ça faisait un moment qu’il l’avait plus fait ! C’était un véritable bordel ! Enfin… encore plus que d’habitude. Il ragea contre les feuilles qui collent ensembles, contre celles qui coupent, contre celles qui vont se cacher au fond, contre celles qui se déchirent, contre celles qui se plient,…

    A la voix de la demoiselle, Noree releva la tête et se frappa malencontreusement au rebord de son comptoir chéri. Putain ce que ça faisait mal, ce truc-là ! Crétin de Noree ! T’as pas remarqué que t’étais sous ton comptoir ?! De toute façon, qu’est-ce qu’il s’en fichait de son nom à la nana ?! De toute façon, elle sera bientôt plus là et sa venue ne serait ici plus qu’un vague souvenir pour tous les deux. C’était une cliente ? Ah bon… elle n’en avait pourtant pas trop le profil… D’habitude c’était les mères de familles qui venaient acheter des plantes… Attendez, c’était une amie d’Holly ?! Donc c’était forcément une fille qui venait de la Tour… Ceci explique donc cela…

    Noree soupira. Vu qu’elle avait un lien qui semblait assez direct avec Holly, il ne pouvait pas se permettre de faire paye à la demoiselle le prix normal. Cela l’agaçait car les herbes devenaient de plus en plus rares ces temps-ci… Il était obligé de s’aventurer plus loin, là où c’était naturellement plus dangereux.

      - Prends ce qui te faut. Holly payera quand elle reviendra me voir.


    Pourquoi avait-il dit ça ? Lui-même ne le savait pas trop… Cela faisait un moment qu’Holly n’était plus venue. Peut-être qu’elle ne viendrait plus… qu’elle n’avait plus envie de venir le voir. Bah… de toute façon, ce n’est que des herbes. Holly avait certainement pleins de raisons valables de plus venir vers lui. En plus, pourquoi le ferait-elle ? No secoua la tête. Il ne voulait pas penser à tout cela. Ça ne servait à rien.

    Eiko était belle. Noree ne pouvait nier cela. Mais franchement, elle ne l’intéressait pas.. . Enfin, personne n’intéressait vraiment.

      - Holly… Elle va bien ?


    Encore une fois, sa voix avait dépassé sa pensée. Celle-ci était traînante et hésitante. De toute façon, Noree s’en fichait… n’est-ce pas ? Il sortit de derrière son comptoir pour aller fouiller dans ses affaires. Où il avait encore mis ça ?! Pour une des rares fois de sa vie, il regretta d’être bordélique. Il sortit un carton puis deux, puis trois. Sur ceux-ci, il y avait de fines écritures en anglais : « fils électriques », « Encore du bordel », « Je sais plus », « Machins cassés », « Machins à recoudre »,… Vous remarquerez que la plupart des inscriptions étaient inutiles. Mais il trouva enfin ce qu’il rechercha.

    C’était une boîte à chaussure plus petite que les autres. Il la déposa sur le comptoir, en effleurant involontairement le bras d’Eiko. Là-dedans se trouvaient des trucs qu’Holly lui avait demandé il y a déjà quelques temps de cela. Des peluches, quelques habits d’enfants, quelques jeux où il manquait malheureusement des pièces.

      - Tu donneras ça à Hol’ de ma part. Elle sait ce que c’est…


    Noree passa sa main dans ses cheveux. Quelques poussières qui s’y étaient logées s’envolèrent à nouveau.


[C'est un peu court à mon goût mais j'espère que cela te conviendra...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Mer 24 Mar - 14:36

[La longueur me convient et le contenus aussi dailleurs...]

Le boutiquier se cogna malencontreusement le sommet du crâne en se relevant. Il ne réagis pas vraiment à cela. Il devait avoir l'habitude. EÏko même si il lui arrivait d'être trés maladroite et de se prendre tout les rebords ne s'y faisait jamais. Elle avait tendance à maudir toutes les tables basses de la création.La scène eu le don de lui arracher un sourire plus franc. Ce garçon avec son air un peu renfermé, avait l'air bien sympathique tout de même, une fois ses barrières dépassés. Il serait surement interressant d'engager une vraie conversation avec lui.

- Prends ce qui te faut. Holly payera quand elle reviendra me voir.

-Euh... merci

Il devait vraiment tenir à Holy, pour lui donner des herbes d'une tels valeurs sans plus de garantie. Holy, à peine une femme et déjà s'impliquant à fond avec les enfants. Oui, il en falait bien des commes elles, sinon les orphelins ne pourrait pas survivre dans ce monde hostile. Cependant il semblait à E¨ko que Hol' était débordait en ce moment, deux des filles qui s'occupaient habituellement avec elles des gosses était sur le point d'accoucher se qui fait qu'elle ne pouvait plus aider. Dailleur même Eîko n'avait pu se libéré que quelque heure, et encore elle ne peut pas vraiment s'éloigner de la tour au cas où? Elle avait dit aux gamins où la trouver en cas de soucis. Elle était perdue dans ses reflexions quand il lui reparla:

- Holly… Elle va bien ?
-Oui, un peu débordait, comme nous toutes, si je n'avait pas du venir chercher les herbes, je serait encore à la tour.

Elle n'avait pas encore fini sa phrase qu'il était sorti de derrière son contoir, l'impression de ne pas être écouter... que cela pouvait être rageant. Eïko prit sur elle, aprés tout, ce type était quelque peu marginale, il fallait savoir s'adapter plutôt que le rejeter d'un coup. Avec un peu de patience elle finirait par avoir une vraie conversation avec lui, non? Il fouillait dans son bric à brac de carton au inscriptions inutiles, puis fini par trouvait ce qu'il cherchait. Eïko prit la petite boite qu'il lui tendait en disant:

- Tu donneras ça à Hol’ de ma part. Elle sait ce que c’est…
-Ok, je ferais le coursier.

De toute façon il aurait était mal polie de refusé étant donner qui lui filait les herbes à titre pratiquement gratuit. Il semblait en avoir finit, peu interreser apparement par les interractions sociales. Il avait quelque chose de ses animaux blesser qui touchait le coeur de Eïko. *T'es trop sentimentale ma fille!* pensa Eï-chan, pourtant elle aurait trouvait ça dommage de partir sans avoir eu une vraie discution avec le drôle d'individus. Elle se creusa la tête afin de trouver un sujet qu'il aurait en commun le seul qui lui vient fut Holy. Voyant des peluches dépassé d'une étale Eï' dit:

-Alors c'est ici que Holly viens chercher ses peluches? Les gamins les adores.

Elle avait prit le temps de bien formulait, elle avait remarquait qu'il avait du mal avec le japonais. Défaut que Holy avait vite gommait en écoutant le baraguignage des gosses de la tours. Défaut... enfin disons inconvenient, après tout ce n'était pas de leurs fautes s'ils n'étaient pas nées japonais. Dailleur Eïko n'était elle pas à moitier Coréenne...? Peut être que si elle articulait bien, il se sentirait plus à l'aise et qu'il engagerais enfin une conversation avec elle? Où alors c'était un autre Jan et pour lui parlait, plus de deux seconde s'entend dire, il fallait vraiment faire des efforts. Elle reparti dans l'un de ses délire sur son prince. Rêvant d'une scène que je censure totalement à propos du contoir du bazar. Et oui notre Eï-Kun est incorrigible, de toute façon... Elle se reprit donc, se rendant conte qu'elle avait propablement rougit, et avait du être dans la lune pendant un instant. Elle se pencha sur l'étale aux herbes et commença à faire le trie. La vérité étant qu'elle avait du mal à se remettre de son petit rêve. Elle se demanda comment engager une conversation qui ne se cantonerais à de simples questions/réponses.

-Sinon Holy et toi vous vous connaissait de puis longtemps? Au fait tu t'apelle comment? Parceque Hol' elle dit No' mais je pence que cela doit être un diminutif non?

Elle se faisiat parfois l'impression d'être l'un de ses gamins agaçant qui vous pose dix mille question à la fois. Elle esperait une seul chose, ne pas taper sur les nerf du vendeur.

[En esperant avoir suffisament fait avancer l'histoire...]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Jeu 25 Mar - 2:45

    Comme réponse à la question d’Eiko, Noree se contenta d’hocher de la tête. C’est bizarre, il avait l’impression qu’elle parlait différemment… Enfin, sûrement un tour que lui jouait son cerveau. Les questions le dérangeaient un peu. Il n’a jamais été très bavard et cela, James le lui rapprochait souvent lorsqu’il était encore en vie. C’était une amie d’Holly… Il pouvait tout de même faire un effort, non ?

      - C’est moi qui les recouds…


    Ce n’était pas très long mais chaque mot, chaque syllabe était comme du feu qui lui brûlait les lèvres en passant. Depuis quand était-il ainsi ? La réponse était facile, elle coulait de source. Depuis la Tempête… Combien d’années avaient passées depuis ce drame ? Trois ans ? Quatre ans ? Non… déjà six ans…

    C’était lui ou Eiko parlait beaucoup ? Certainement un peu des deux. On ne pouvait décemment pas considérer que le quota de mots dits de Noree était dans la moyenne… Ou alors tout le monde était très bavard ! Il se remémora le fait qu’il avait dit qu’il ferait un effort pour Holly. Pourtant, la jeune noiraude lui demandait de parler de lui ! Et c’était un des trucs qu’il détestait le plus…

      - Depuis la naissance… à quelques mois près…


    Il ne mentait pas. Ils étaient amis d’enfance et c’était impossible pour lui de trouver un souvenir avant sa rencontre avec toute sa bande…

      - Je m’appelle Noree. Mais ici, on a plus l’habitude de m’appeler Haru. Les Japonais n’arrivent pas à prononcer mon nom correctement et la plupart au la flemme de le retenir. Il le trouve trop compliqué


    Cela faisait combien de temps qu’il n’avait plus dit autant de mots à la suite ? Cela devait remonter loin, il n’arrivait même plus à se souvenir. Il balaya de les mains les poussières qui s’était déposé sur son comptoir adoré. Maintenant qu’il pensait… si elle était à Shibuya et qu’elle connaissait Holly… Il s’y était certainement croisé ?! Rappelons-le, Noree y avait vécu au début, avec Luna et Archibald. Pourtant, son visage ne lui disait rien… Allons, la Tour n’était pas si immense pour qu’ils ne s’y soient jamais vu !

      - Cela fait depuis le début que tu es à Shibuya ?


    Le début ou la fin… façon de voire les choses. Le début de l’air chaotique et la fin de la vie d’avant. Enfin, maintenant qu’il réfléchissait. C’était possible qu’il ne l’ai jamais vu. Elle semblait s’occuper des enfants tandis que lui était déjà dans les Alcôves. La plupart du temps, il chassait avec ses amis pour survivre. La viande se vendait assez bien au Centre… Là-bas, la plupart des gens n’allaient pas chasser eux-même. Une aubaine pour les enfants débrouillards qui arrivaient à attraper plus que ce qu’il pouvait en manger.

    Bon… Aujourd’hui qu’il avait vieilli – pas grandit, pour lui il était toujours ce con de gamin qui avait laissé crever son meilleur ami sans bouger – il allait toujours chasser même si ce n’était plus des animaux et plutôt des objets rares et utiles. Il attrapa une théière sans hanse et deux tasses en assez bon état.

      - Du thé ?


    Il n’attendit pas vraiment la réponse et versa la boisson dans les tasses. C’était pas le meilleur de thé, vu que c’était lui qu’il l’avait fait avec des herbes qu’il ne vendait pas, mais c’était buvable… enfin, pour lui.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Ven 26 Mar - 8:09

Il avait entamer la conversation. Ce qui signifiait qu'elle ne devait pas trops l'ennuyer finalement. Eïko sourit de plus belle. Cette journée elle la senter bien. Même si le gamin était malade, elle savait que c'était un battant et qu'il s'en sortirait, elle avait vu bien plus grave aprés tout. Quelque chose chez cet individus l'intriguait, elle se demandait d'où lui venait cette espèce de tristesse qui semblait le caractérisait. Avaiit il perdu un proche pendant la catastrophe. Après tout n'en étaient ils pas tous là? Eiko en était encore à ce posait ce genre d'interrogations quand il répondit à sa segonde question:

"- Je m’appelle Noree. Mais ici, on a plus l’habitude de m’appeler Haru. Les Japonais n’arrivent pas à prononcer mon nom correctement et la plupart au la flemme de le retenir. Il le trouve trop compliqué"

Il avait ce même accent britannique qui le rendait une peu difficile à comprendre, mais Eïko était entrainer, elle avait souvent de longue discution avec Holy, qui partager avec Noree ce language paticulier. Ainsi donc il était anglais, eh bien c'était une bonne surprise. En même temps elle n'aurais pas du être étonnait étant donner que Holy l'était aussi.

"Enchantée "Noree"" Avait elle prononcer avec beaucoup de difficultés, mais elle s'en sortait pas trops mal normalement, du moins c'est ce que lui disait Hol'...

"- Cela fait depuis le début que tu es à Shibuya ?"

Voila une question bien étrange aux oreilles de Eïko, Shibuya elle y avait toujours était, depuis le jour J. Elle avait assister à sa genèse, elever ses rejetons, participer à son émancipation. Shibuya ça a toujours était sa maison... Y avait il était aussi? C'était logique s'il était amis avec Holy après tout. Eï-chan qui s'était toujours occuper des gosses, ne l'avait peut être jamais vu parcequ'il devait avoir à peu près le même âge qu'elle.

"-J'ai aider à mettre en place la salle de "l'arbre du pendu", si cela peut te donner un ordre d'idée..."

Elle laissa l'information faire un bout de chemin chez son interlocuteur, et le regarda fouiller sous son contoir pour en sortir une drôle de porcelaine. Elle l'examina d'un oeil un peu critique mais cela avait l'air propre alors elle repondit d'un sourire quand Haru lui demanda:

"- Du thé ?"

Quelque instant aprés ils étaient tout deux assis sur des chaises pliantes de camping un peu bancale certe mais confortable tout de même, du moins de ce confort relatif que vous offre le camping. La conversation n'avait pas encore reprise et Eïko toujours impatiente avec les décoctions s'était déjà bruler la langue deux fois avec le breuvage qui pourrait être bon si elle n'avait pas bruler toutes ses papilles d'un coup. En tout cas il pouvait être assez agréable de regarder les passants par la porte béante de l'ancien garage et il était étonnant de voir qu'il y en avait quand même pas mal qui semblaient oisif. Du moins, elle était bien placait pour penser ça,elle qui était tranquillement posée sur une chaise et qui siffler du liquide à base de plantes, en charmante compagnie de sûrcroit. Néanmoins, elle n'apprendrais rien sur le garçon si elle se contenter de regarder dehors. Alors elle se concentra de nouveau sur son collègue de thé et se demanda comme tout un chacun la fait un jour. Qu'est ce que les britanniques pouvait bien trouver au thé? Ce disant que cette question aurait plutôt le facheuse effet de rendre toute échange impossible ou explosif elle du ce contenter d'une question subsidiaire:

"-Et toi, tu as était à Shibuya où tu es venus directement ici?"

Elle ne savait pas qu'il était un des habitants du repère...

[Je joue mon rôle de modératrice casse pied: Tu n'es pas obligée d'utiliser de la couleur pour tes dialogues, mais si tu pouvez STP faire ressortir tes dialogues en soulignant par exemple. Ce serait gentille. Merci d'avance et en esperant ne pas te vexer je ne fais que faire mon boulot. A bon entendeur....]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Mar 6 Avr - 21:27

    Comment il s’était retrouvé sur une chaise longue ? Noree ne pourrait vraiment le dire. Ces quelques souvenirs étaient brouillés tant ce geste lui avait semblé naturel. Eiko semblait avoir un effet bizarre sur lui… Il sirota un peu son thé. Il était amer mais cela passait.

      - J’ai habité quelques temps dans les Alcôves.


    Quelques temps ? Des années, plutôt. Lorsque Archibald et Luna étaient encore en vie… Lorsqu’ils vivaient tous ensembles et qu’ils riaient chaque jour… Il y a longtemps. Repenser aux Alcôves lui faisait mal. Trop de souvenirs remontaient à la surface sans qu’il le veuille. Peut-être que cela aurait été mieux s’il n’avait pas parlé à Eiko. Cela n’aurait certainement pas fait se remémorer le temps où il supportait encore Tokyo…

    Il chassa ses idées de sa tête. Dans sa tête, une voix lui criait d’arrêter de se morfondre, qu’il était vivant, LUI ! Il devait vivre… pour Selly, pour James, pour Tonton Seri, pour Eileen, pour Abe, pour Matthew, pour Luna, pour Archibald et surtout pour Holly. Il était possible, même si cette possibilité était infime, qu’elle ait encore besoin de lui… Il ne voulait pas la laisser seule dans ce monde. Ce serait injuste pour tous les efforts qu’elle faisait. Tant qu’elle aurait encore besoin de lui, Noree serait là. Noree serait vivant.

    Il soupira. L’air frais caressait son nez avant de s’amuser avec ses cheveux. Il passa une main dans ceux-ci, les ébouriffant au passage. C’était peut-être le moment de les couper, non ? Il demanderait cela à Holly la prochaine fois qu’il la verrait. Il serra les dents. Quand l’a reverrait-il ? Il n’avait aucune intention de retourner à la Tour… et elle ne semblait pas décidée à venir lui rendre visite ici. A Shibuya, il y avait trop de gamins pour lui. Il s’y sentait mal à l’aise depuis l’absence de Luna et Archibald. Y retourner, même si ce n’était qu’aux Alcôves – surtout si c’était aux Alcôves ! – serait trop dur pour lui. Noree était mieux au Repère. Les gens le laissaient tranquille et invitaient de l’aborder. C’était un marginal. Et c’était ce qui lui convenait le mieux.

    Habiter au Centre ? Impossible. L’Anglais ne supportait pas toute cette agitation ambiante et ne pouvait y rester plus d’une heure pour y faire ses achats et recherches. Les sourires figés sur les visages des gens là-bas le dégoûtaient. Comment avaient-ils pu oublier tout ce qu’ils vivaient ? Tout ce qu’ils avaient vécu ?! Et sourire, de nouveau, comme cela… avec tant d’insouciance et d’espoirs en la vie et l’humanité… Etait-ce parce que eux n’avaient pas vu des amis se faire tuer sous leurs yeux par des pillards ? Parce que eux n’attendaient personne revenir de cette foutue expédition ?! Noree ne voulait pas savoir. Il ne voulait plus savoir. Il n’avait plus aucune confiance en la vie et les hommes. Il avait vu les facettes les plus laides de l’humanité et c’était arrêté à cela. Ça lui suffisait… pour lui, les bons côtés ne suffisaient pas à excuser les mauvais. Peut-être avait-il tort. Mais il s’en foutait.

    Holly avait réussi à continuer à espérer, pas lui. Lui avait abandonné depuis bien longtemps. Il ragea contre lui-même. Il en avait marre de ses réflexions et de ce pathos inutiles. Il se releva pour resservir du thé. Ses membres lui lançaient. Les dernières nuits avaient été pénibles. Le sommeil avait décidé de le fuir et Noree n’avait trouvé aucun moyen pour le faire revenir… Bah, de toute façon, si cela tardait trop, il s’écroulerait de fatigue et dormirait enfin. Ce n’était pas la première fois que cela arrivait.

      - La Tour… Elle est devenue confortable ?


    Parce qu’il était vrai que lorsque Noree l’avait quittée, ce n’était pas le top du top. Surtout pour les enfants, à vrai dire. Les Nounous improvisées avaient beaucoup de peine à être partout à la fois. Les plus petits pleuraient et demandaient constamment de l’attention… Sans compter ceux qui faisaient des cauchemars. Car oui, ils y en avaient pleins des, comme l’Anglais, qui revivaient perpétuellement la Tempête. Ce n’était quelque chose que l’on pouvait oublier. Heureux ceux, qui trop jeunes, ne se souvenaient déjà plus de ce drame. Noree les plaignaient et les enviaient à la fois. Eux ne comprenaient pas encore pourquoi ils n’avaient pas de parents… Et c’était dur de l’expliquer.

    Comment raconter les faits à des enfants ? Comment leur expliquer ce qu’il s’est passé ? Comment leur expliquer ce qu’il y avait… avant. Oui, heureux ce qui ne se rappelait plus d’avant ! Ils n’avaient rien à regretter. Ce n’était pas le cas de Noree.



[Désolé pour le retard >.< !! J'espère que mon post te conviendra !!]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Jeu 8 Avr - 6:10

[Prend le temps dont tu as besoin pour répondre... J'aime bien ta façon d'écrire alors oui, cela me convient... Au fait tu n'es pas obligé de mettre tes dialogues en couleur... Ce n’est pas dans le règlement de ce forum, c'était dans celui d'un autre que j'administrais... désolée donc... Fait comme que tu veux (Pas français, je sais) ]

Un instant de calme, où Eïko sirota de concert avec son nouvel ami le thé. Elle retient une grimace, le goût amère était quelque chose qu'elle n'aimait pas vraiment, cependant il aurait fait mauvais genre de le faire remarquer, il était évident qu'il s'agissait là du meilleur thé qu'il puisse offrir, et vu ses manières de gentleman il était hors de question de penser qu'il cachait un meilleur produit sous son comptoir. Eï marqua sur son bloc note interne, enfin quelque part au fin fond de son cerveau déjà plein à craquer qu'il faudrait qu'elle fasse du thé aussi, des préparation du moins, cela se vendrait bien. Au bout d'un moment elle reporta son attention sur le jeune homme.

"- J’ai habité quelque temps dans les Alcôves.
-Moi, j'y suis toujours, je ne pense pas quitter mon nid un jour... mais sait on jamais."

Elle n'était pas sûre qu'il l'entendit, il était reparti dans sa réflexion, Eï savait qu'elle jurait à la politesse même du jeune homme en le dévisageant comme elle était en train de le faire, mais elle ne pouvait s'empêchait de le contempler. Elle voyait en lui le regard, le visage, l'expression de tant de ses gamins de Shibuya... De Jan quelque part... Un souffle vient lui tirailler les entrailles, un être qui a perdu l'espoir. Elle que serait elle devenu si elle n'avait pas eu les gosses. Se serait elle apitoyé sur son sort ? Se serait elle suicidé ? Ces questions l'avaient souvent tiraillé, mais le sourire d'Espoir lui enlevé chaque jour le doute. Elle avait fait le bon choix quand elle avait décidé de s'occuper des gosses. Après ce désespoir-là... qu'est ce qui pouvait une pauvre jeune fille comme elle ?

Ceux qui avaient vu la tempête étaient souvent ainsi, on les voit sourire, danser, s'amuser et l’on sait que chacun dans le secret de son coeur pleure de retrouver son passé si facile. Certaines personnes n'y arriver cependant pas. Combien d'ados de la tour réaliser seulement maintenant, qu'il n'avait pas de parent, que les cauchemars qu'il faisait étant petit, ce sont vraiment produit. Les personnes qui s'occupent d'eux sont aussi fragile qu'ils peuvent l'être. Après tout, n'était-il pas plus qu'une bande d'ados trop vite grandis qui s'occupe de gamins trop mûrs. Les poids de ces réflexions se posèrent brutalement sur les épaules de Eï, elle ressentit soudain le besoin de serrer Espoir contre elle. Ceux qui sont nés après la tempête, respire une joie de vivre tel qu'elle permet de faire vivre les autres, du moins c'était la théorie d'Eï-chan...

"- La Tour… Elle est devenue confortable ?"

Eï sortie brutalement de sa rêverie, et se rendit soudain conte que le désespoir du jeune homme l'avait contaminé. Elle fit alors son plus beau sourire, après tout s'il avait réussi à la contaminer, pourquoi l'inverse ne serait pas possible ? Passant ses mains sur ses bras tatoués, elle chassa un frisson. Et le regardant sans scier d'un regard pétillant, elle prit une inspiration

"-Eh bien... Si cela fait un bout que tu n'es pas venu disont que ça a pas mal bougé. On a l'électricité, des mecs ont réussi à trafiquer des panneaux photo-machin. Enfin seulement dans la salle de l'arbre du pendu et une partie des alcôves... pas la mienne... Les gosses s'en sortent bien, ils savent presque tous lire et écrire. Ils nous ramènent plein de truc utile. On a fait pas mal d'autre aménagement... Mais je pense pas pouvoir tous te dire d'une seule traite..."

Comme pour illustrer ce fait, elle prit une gorgée de thé amère, et lui fit un sourire encore plus grand. Lui lançant un regard limite charmeur pour le coup. Elle s'assit soudain en tailleur sur sa chaise longue et soutient le regard du garçon, une seconde et une inspiration plus tard, elle se laçait dans l'explication de toutes les nouveautés de Shibuya. Et étant une tour en perpétuel mouvement, il y en avait beaucoup. Les naissances tout d'abord pas nombreuse heureusement ; les jeunes qui ont trouvé du boulot au centre ; les Grey's wolf qui entraîne de nouvelle recrue ; des gens qui se battent pour faire avancer les travaux électriques, mais qui n'arrive pas a grand chose; un certain nombre de déménagements vers les alcôves... Et encore je vous épargne tout les "celui-là sort avec celles-ci » ; ou les "celle-là a trompé celui-ci avec une fille", évidement elle ne le lui épargnera pas elle.

Elle tenter de lui faire ingérer sa réalité en quelques mots et quand elle commença a se fatiguer c'est a dire une bonne demi-heure plus tard, elle se rendit conte que son thé avait refroidis... Il était déjà amère chaud mais alors froid... bref elle finit par se contenter de regarder le jeune homme posant sa tasse comme ci elle avait terminé et lui sourit :

"M'enfin voilà, tout un petit monde quoi..."

Il ne s'attendait sûrement pas à un tel déballage d'informations inutiles mais pour Eï il était évident que tout l'entrain qu'elle avait mise en oeuvre pour lui raconter avait tout de même réussi à lui faire oublier ses soucis ne serait ce qu'un instant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Lun 12 Avr - 0:53

    Noree écouta patiemment Eiko débiter ses histoires. Pour une fois, il n’avait ni envie de fuir, ni envie d’en foutre une à son interlocuteur. Il devait vraiment être en manque de contacts sociaux pour la supporter ainsi. Mais il ne fit rien. Ne bougea pas. C’était comme s’il s’accordait une pause. Il mettait « Haru », la façade qu’il s’était construit après la Tempête et redevenait Noree, comme avant. Il était calme, attentif, rêveur…

    Alors comme ça c’était venu plus vivable à la Tour… Holly ne lui parlait pas de son habitation. Elle se contentait de lui narrer les petites anecdotes de ses divers protégés. Il repensa à la vie qu’il avait lorsque Luna et Archy étaient encore vivants. Il aurait presque émit un rire en se souvenant des batailles de nourriture qu’ils faisaient dans leurs deux Alcôves. Il n’y avait pas encore d’électricité à ce moment-là. Il devait faire à chaque fois un feu de bois lorsqu’il fallait cuir quelque chose. D’ailleurs une fois, au tout début, Archy et lui avaient ramené du sapin… sans se douter que ce n’était vraiment pas le bois à brûler ! Cela avait explosé en milliers d’étincelles. Ça avait brûlé plusieurs de leurs couvertures pour la nuit, sans compter les vêtements. Pourtant, ils avaient tellement rit et crier que cela avait alerter une bonne partie des Alcôves.

    S’il n’était pas lui-même, il aurait rit. Bien évidemment, il ne le fit pas. Car il était Noree, car il était en compagnie de quelqu’un, car il ne voulait pas que les souvenirs reprennent le pas sur sa vie. Il se permit tout de même un sourire. Le vent commençait à se faire plus fort. L’air frais se transforma en air froid. Noree devait ferme le magasin. Si les bourrasques s’y engouffraient, il était certain que tout foutrait le camp… Et il n’en avait pas très envie. Rien que l’idée de tout redevoir « ranger » lui donnait des frissons d’anticipation dans le dos.

    A contrecœur, il quitta sa chaise et se dirigea vers la porte de son hangar. Il jeta un vaste coup d’œil à l’intérieur de son Bazar. Il n’avait besoin de rien. Ah ! Elle avait laissé les plantes dedans. Il alla les chercher tranquillement et les sortit. Il tira la porte en bas, avant, c’était un vieux garage… donc porte de garage oblige. Et c’était bien pratique pour fermer.

    Il cadenassa la poignée. Dans geste large, il remit la clé autour de son cou, juste à côté de l’amulette de James qu’il ne quittait jamais. Il la caressa distraitement. Il retourna s’asseoir auprès d’Eiko. Son thé n’était même plus buvable. Il jeta ce qui lui restait dans les mauvaises herbes et regarda sa tasse vide dans ses mains. Elle était ébréchée… depuis longtemps. Peut-être même qu’il l’avait toujours eu comme cela. C’était fort probable. Il pensa au fait qu’il avait oublié de la remettre dans le garage. Tant pis, il avait la flemme de le rouvrir juste pour ça. Il prendra ce qui restait dehors chez lui.

    Une fois rentré, il devrait nourrir les chats qui squattaient. La vague idée d’aller acheter de la nourriture avant de rentrer le prit. Il n’avait pas vraiment l’intention d’aller au Centre… Mais au Repère, c’était mission impossible de trouver quelque chose de potable.

      - Les temps sont bizarres…


    Il ne voulait pas dire cela. La véritable phrase qu’il pensait en anglais dans sa tête était : Les temps sont durs. Le problème, c’est que malgré ses six années passées à Tokyo, il ne parlait pas bien japonais. Tous les sons, tous les mots et les phrases, tout ce qui concernait le Japon en général lui passait un peu par-dessus la tête. Mais… maintenant qu’il y réfléchissait quelques instants… Eiko était un prénom japonais, n’est-ce pas ? Donc, elle devait au moins avoir des origines nippones… Ce qui était logique, contenu du fait que Tokyo était au Japon et que cette ville était peuplée pour la majorité de Japonais…

    Peut-être qu’elle pouvait lui apprendre la langue ? Non. Impossible. Tout d’abord, il ne voulait pas demander cela à quelqu’un qu’il venait à peine de rencontrer. Ensuite, apprendre cette langue signifiait se sociabiliser. Et c’était bien la dernière chose qu’il souhaitait, se sociabiliser… Il ne voulait pas reprendre sa vie sociale. Cette vie-là, elle s’était arrêtée lorsque ses amis étaient morts.

    Il avait froid. Cependant, cela ne le gênait pas. L’Angleterre lui manquait. Ainsi que sa pluie. Il regarda le ciel. Il était totalement dégagé. Dommage.

      - Tu veux venir chez moi ?


    Pourquoi avait-il posé cette question ?! Il n’en avait aucune idée. Tout ce qu’il savait c’est qu’il était là, dans le froid, à côté d’une jeune fille. Il n’avait jamais emmené quelqu’un chez lui. Ses seuls colocataires étaient des chats et quelques araignées.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Lun 12 Avr - 23:49

Au bout d'un moment il partit fermer son commerce, Eï ne broncha pas. Elle se demanda si elle serait rentrée à temps pour faire l'infusion du gamin. Ce n'était pourtant pas sorcier, Holy savait très bien le faire, cependant sans herbes c'était impossible. Elle le regarda fermé de moment routinier le garage et se rendit comte que les tasses de thé étaient resté dehors. S'imaginant que l'anglais devait sûrement savoir ce qu'il faisait elle ne fit rien cependant. Quand il revient enfin, il semblait quelque peu pensif ce qui semblait étrange a Eï-chan car tout au long de son récit il avait été attentif. Puis il prit la parole :

"- Les temps sont bizarres…
-Euh... Si tu le dis..."

Réponse très élégante de notre Eïko, qui ne s'était pas aperçu que ce n'était pas cela que voulait dire son interlocuteur. Elle leva les yeux vers le ciel essayant d'y voir quelque chose d'anormale, non, il faisait beau, désespérément beau... Un nuage ou deux de temps en temps, cela ne ferait pas de mal. Elle finit par s'arracher de sa contemplation pour reportait son attention sur le jeune homme. Il fit alors une demande surprenante :

"- Tu veux venir chez moi ?"

Eïko se demanda où il voulait en venir... Un plan de drague ? Ou juste une demande courtoise ? Son coeur penchait plutôt pour une demande courtoise surtout à cause du ton employer. Devait elle accepter, après tout pourquoi pas. Ce retrouver chez un type que l’on connaît depuis seulement quelque heure était-ce bien là une sage décision ? De façon Eï savait se défendre. Et puis il y avait un souci majeur : ce gamin malade à la tour.

"Dit frangine, un souci ?!"

La voix s'était élevé de derrière Eïko, elle se retourna pour voir "Gomu" un des enfants de la tour qui espérer qu'en faisant le dur à cuir il serait accepté dans les Grey's Wolf. Leurs regards se croisèrent, Eï fit la moue :

"Non, aucun Gomu et Toi ?"

L'individus vient se placer entre Eï et Noree braquant un regard lourd de menace sur ce dernier il dit :

"Tu devrait pas traîner avec la racaille du repère Eï-san

-Je fais ce qui me plait Gomu-kun, dis, il est où Toki-san ?"

L'idée lui était soudain venue, Gomu traînait souvent avec son frère Toki qui était très sociable contrairement à son cadet de seize ans. Le Jeune homme d'une vingtaine d'année était toujours près a rendre service à Eï. Gomu s'apprêtait à répondre quand deux bras enlacèrent Eï par derrière, un peu surprise elle releva la tête. On entendit un crac, et un cri de douleur. Quand Eï se retourna, elle vit le cheveux blond décoloré de Toki. Le jeune homme tenait un nez ensanglanté de sa main droite. Il semblait hésiter entre éclater de rire ou pleurer, finalement il ne fit rien car Eï lui basculer déjà la tête en arrière, et lui disait à qu'elle point, il était irrécupérable.

Cinq minutes plus tard l'affaire était réglé, le paquet d'herbe médicinale serait livré par les deux hommes, elle faisait confiance a Toki en ses qualités de gentleman et de Grey's Wolf. Après une brève salutation à l'anglais les deux silhouettes s'éloignèrent. Eïko fulminait, ils auraient au moins pu être poli et parler un peu avec Noree, mais non ils l'avaient entièrement ignoré, en plus Eï en était sûr il irait tout raconter à Ryu et ensuite elle allait encore devoir expliquer à ce dernier qu'elle n'aimait que Jan...

"C'est deux là son incorrigible..."

Elle fit un grand sourire au garçon, Se demandant toujours si c'était bien sage de l'accompagné jusqu'à chez lui. Surtout s'il s'agissait là d'une piaule du repère. Eï pesa pour la seconde fois le pour et le contre. Elle se dit que finalement s'il s'agissait d'un ami de Holy, elle ne craignait pas grand-chose. Et peut-être qu'une ou deux rumeurs sur son comte pourraient jouer sur une corde sensible de Jan. (C'est beau de rêver.) D'ici là, il aurait été mal poli de refuser l'invitation d'un gentleman.

"Eh bien c'est par où chez toi, je veux bien t'y raccompagner si tu veux. Et di-moi qu'est ce que tu trouves d'étrange dans le temps ?"

Eh oui... C'était bien du Eïko ça...

[Et ensuite changement de lieu…]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Noree Appleman

"Just.Shut.Up"
avatar

Messages : 61
Age : 23
Job/Gagne-Pain : Fumer et astiquer mon comptoir, ça t'pose un probl' ?
Humeur : Maussade... je dirais... pourquoi ?



Who am I ?
Âge: 21 ans et demi...
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   Sam 24 Avr - 1:06

Suite ici
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]   

Revenir en haut Aller en bas
 

Au Bazar, il y a des choses bizarres... [PV Eiko]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | La ville | :: Harajuku (Centre) :: Le Bazar-