AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Reiji Kusanagi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Reiji Kusanagi


avatar

Messages : 16



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Reiji Kusanagi   Jeu 1 Avr - 11:12

✠ Votre Personnage ✠

❖ Identification

• Nom : Kusanagi
• Prénom : Reiji
• Surnom : Rei
• Sexe :
• Âge & Date de naissance : 25 ans, né le 1 octobre 1994
• Orientation sexuelle : Bi (pourquoi restreindre son choix ? ;))
• Origine(s) : Russo-japonais
• Langue(s) : Japonais, anglais et quelques rudiments de russe
• Métier(s) : Dealer et trafiquant de tout, tant que ça rapporte

❖ Aspect physique

• Physionomie :

Reiji mesure un 1m75 et sa balance lui indique généralement entre 60 et 65 kg, tout ça pour dire qu'il n'est pas bien gros. Il a troqué son tas de graisse inexistant contre une jolie musculature fine mais efficace qui le rend rapide et agile en toute circonstance et qui lui permet de mettre à profit ses nombreuses connaissances en divers arts martiaux. Son torse glabre montre une absence totale de pilosité à cet endroit et peu marquée à d'autres, ce qui l'arrange plutôt bien : ça lui évite la corvée quotidienne de se raser la barbe. Cette absence de poils dévoile des pectoraux bien sculptés et de jolies tablettes de chocolat mais rares sont ceux qui ont eu la chance de les voir… et encore plus ceux qui en sont encore vivants. Vous l’aurez compris, si la silhouette de Reiji est relativement inoffensive, derrière le personnage se cache un véritable tortionnaire. Mais soit, nous en parlerons plus tard… continuons sur son physique.

Reiji a depuis longtemps abandonné la couleur noire de jais de sa chevelure si typique des asiatiques contre un blanc immaculé, couleur de pureté et d’innocence… Vous aurez remarqué le paradoxe, Reiji les accumule et les adore. Sa tignasse mi-longue est coupée de manière désordonnée… non pas qu’elle soit difficile à coiffer mais Reiji, dans sa grande fainéantise, ne prend jamais la peine d’y mettre de l’ordre. Son teint légèrement bronzé met en valeur ses yeux clairs légèrement en amandes dont les prunelles bleues tendent vers le mauve, héritage de sa mère russe décédée six ans plus tôt.

• Vêtements :

Reiji n’a jamais fait attention à la mode, il s’habille comme il l’entend et le regard des autres sur son style totalement négligé lui importe peu. Puisqu’il aime les paradoxes, il s’habillera toujours en conséquence. Ses couleurs préférées sont dès lors le blanc et le noir, couleurs qu’il portera donc la plupart du temps. Et pour accentuer les contrastes des couleurs, il opte généralement pour un pantalon relativement moulant noir de préférence et ponctué de larges trous un peu partout tandis que sur ses épaules, il enfile un large t-shirt (blanc) parfois sans manche avec, par temps froids, une veste noire trop grande pour lui. Aux pieds, des converses montantes et délacées aux couleurs qu’il préfère. Une dernière chose à noter peut-être ? Ses poignets encombrés de bracelets noirs et/ou blancs en tout genre : en cuir ou en fil ; et la bague en argent qu’il porte à son majeur droit.

• Autres :
Un tatouage sous l’œil gauche en forme de couronne inversée dont seul Reiji connait la signification.

❖ Psychologie

• Caractère :

Le soleil et la lune réunis en une seule personne, voilà comment on pourrait résumer Reiji en quelques mots.
Lorsque tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes, Reiji est d’une courtoisie délicieuse, d’une politesse exemplaire et serviable à souhait… à un point tel que, si on ne le connaissait pas, on le prendrait pour la crème des crèmes, grossière erreur. En effet, le sourire amical que Reiji affiche sans arrêt peut rapidement - et sans avertissement - se transformer en un rictus cruel, ses yeux rieurs peuvent changer d’un instant à l’autre en deux prunelles d’un bleu arctique au regard glacial et sans pitié, sa politesse peut se convertir en quelques dixièmes de secondes en un langage beaucoup plus cru et pervers qui en ferait frémir plus d’un et la main qu’il vous tendait serviablement peut bien vite devenir un poing dangereusement dressé devant votre visage déjà ensanglanté. Reiji est un paradoxe jusque dans son caractère même, lunatique, il peut se métamorphoser en agneau ou en véritable tortionnaire sadique et cruel.

Si au fil du temps, Reiji a appris à maîtriser les deux facettes de sa personnalité en utilisant la première comme façade factice pour la seconde, il lui a fallu de nombreuses années pour éviter de se laisser aller à la cruauté gratuite que lui inspirait, lui inspire toujours d’ailleurs, son penchant le plus sombre de sa personnalité. Il a cependant appris que les affaires marchaient mieux avec le sourire, ça attire beaucoup plus la clientèle qui, au moindre étirement de ses lèvres, s’agglutinent telles des mouches sur une merde. Mais sourire, à la longue, ça devient fatigant. Lorsqu’il est question de décompresser, ou simplement de régler des comptes avec un client récalcitrant à débourser la somme convenue, Reiji n’hésite pas une seule seconde à utilise toutes ses compétences pour lui refaire le portrait...

Toujours avec le sourire, évidemment


• Particularités :

Si l’on questionnait Reiji à propos de son métier, il vous répondrait certainement qu’il fait dans le commerce… commerce de tout ce qui se vend, c’est-à-dire absolument tout. Si son business qui paye le mieux reste incontestablement la drogue et autres substances illicites, il ne se contente pas de ça. Vol à l’étalage avec une subtilité telle que personne ne se rend jamais compte de rien (comment soupçonner la serviabilité incarnée ?), pickpocket, cambriolage… toutes les occasions sont bonnes pour acquérir de la marchandise et la revendre sur le marcher noir.

Et tout ce qu’on peut dire, c’est que ses affaires marchent… et plutôt bien !

La question qui se pose dès lors : que fait-il de son argent ?

Une grande partie de la fortune de Reiji s’envole dans ses loisirs et dans sa nourriture ! Ses mets favoris ? Les marshmallows et chamallows ! Il a d’ailleurs une armoire dans sa cuisine réservée au stockage de ses friandises préférées. Si cette consommation excessive (n’ayons pas peur des mots) devrait en toute logique lui offrir un ventre rebondi et quelques bourrelets de graisse, il n’en pourtant rien : Reiji entretient sa forme chaque jour. Vous ne verrez cependant pas le moindre altère chez lui ni le moindre appareil de musculation... quel est donc son secret ? Si s’entrainer seul est d’un ennui mortel et tellement peu motivant, son enthousiasme déborde lorsqu’il s’agit de mettre à profit ses capacités en situation réelle… Quoi de mieux en effet que d’entendre les cris de souffrance de ses victimes pour stimuler son entraînement quotidien ?

Une dernière chose : je vous ai déjà dit que Reiji vendait tout ce qui s’achetait, n’est-ce pas ? Récemment, le jeune homme a découvert une autre forme de business qui fonctionne tout aussi bien tout en lui permettant de garder la forme et d’assouvir ses penchants sadiques : le sexe.


• Tics, manies et autres détails :

Reiji affiche toujours un sourire resplendissant… avant de réduire quelqu’un en bouillie. Retenez-le.



✠ Joueur/Joueuse ✠

• Prénom / Pseudonyme : >o<’’
• Âge : 21
• Serez vous actif ? Tout dépend de mes études… alors je dirais de 2 à 9
• Comment avez-vous connu le forum ? Par une pub sur un autre forum (mais je ne dirai pas lequel ;))

• Avez-vous lu le règlement ? Code validé par Jan-Jan ♥


Dernière édition par Reiji Kusanagi le Jeu 24 Juin - 10:51, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Reiji Kusanagi


avatar

Messages : 16



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Jeu 1 Avr - 11:13

❖ Histoire

1er octobre 1994, dehors, le crépuscule prenait cette teinte clair-obscur du jour hésitant à laisser place à la nuit alors que Reiji poussait son premier cri… exprimant à la fois souffrance et joie de vivre, enfin, dans le monde du dehors.

Le père de Reiji, Takuo, faisait partie de la grande famille du groupe dominant des Yakuzas de Tokyo… Mais parmi cette immense famille, Takuo n’était qu’un petit subalterne, un larbin de bas étage qui ne faisait qu’obéir aux ordres. La mère de Reiji, Svanja, était une immigrée clandestine, installée sur le territoire nippon grâce au réseau mafieux. Elle était jolie, Svanja, et très gentille… mais surtout extrêmement douée dans ce qu’elle faisait. Les clients l’aimaient beaucoup… Takuo tomba sous son charme… et étonnamment, ce fut réciproque. (Non pas que Takuo était moche comme un pou mais… presque. Reiji tient surtout de sa mère, Dieu merci !) Lorsque Takuo mit Svanja enceinte, le Boss fut furieux : c’était une partie de son gagne pain qu’il voyait lui fuir sous le nez. Il ordonna à la femme d’avorter, dans les plus brefs délais. Svanja n’était pas d’accord. Elle voulait cet enfant, ce petit d’elle et de Takuo… à tel point qu’elle se montra très persuasive. C’est qu’elle était douée Svanja, et jolie par-dessus tout… « C’est bien pour cette fois », lui avait dit le Boss, « et ça ne t’empêchera pas de travailler ! ». Svanja lui avait assuré qu’elle trimerait pour deux, tant qu’elle pouvait garder son enfant. Heureusement pour elle, sa grossesse ne fit pas fuir la clientèle, au contraire, elle la diversifia. Sa tendresse innée et son nouveau statut de future maman attirait de nouveaux clients dont les fantasmes flirtaient sans doute avec un complexe d’OEdipe secrètement enfoui dans leur inconscient.

Reiji grandit donc entouré d’adultes. Il vivait avec sa mère et les autres prostituées n’avaient pas de gamins. Takuo ne lui rendait visite que quelques fois par semaine, mais préférait largement la compagnie et la douceur de Svanja plutôt que les braillements de leur marmot.

Du fait de l’horaire nocturne de sa mère, Reiji apprit rapidement à se débrouiller seul. Il aimait trainer dans la rue, s’attirant la sympathie des commerçants qui lui réservaient souvent une petite part de leur marchandise. « Un gamin si attachant », disait la boulangère, « et toujours si poli ! », rajoutait l’épicière. À 10 ans déjà, Reiji avait compris l’importance et l’immense utilité de la courtoisie… un sourire coûtait tellement peu ! Et quand ça lui permettait de se remplir la panse, il ne s’en privait pas !

Pourtant, malgré son attitude serviable et bon enfant, Reiji dissimulait des « crises » de démence morbide. Ainsi, ses plaisirs secrets étaient la dissection de divers petits animaux encore vivants et le racket des ses camarades de classe qui, soit par violence, soit par chantage, se voyaient jour après jour délestés de leur dîner ou collation.

Les années passant, les hobbies de Reiji se diversifièrent. Il passait de nombreuses heures auprès des collègues yakuzas de son père, apprenant ainsi à leur contact divers arts martiaux et techniques de torture particulièrement exotiques. Il aimait par-dessus tout la « chambre noire », celle dont les murs étaient insonorisés pour éviter d’entendre les cris des victimes depuis l’extérieur. Son inventivité et sa créativité en matière de supplice ravissait le « bourreau » attitré du Groupe, et horrifiait Takuo à tel point qu’il n’osa pas en toucher un mot à Svanja. Sa mère n’eut jamais connaissance de cette attitude perverse et cruelle de Reiji : ce dernier prenait grand soin à le lui dissimuler.

Le jour de la tempête, Reiji avait 19 ans. Il avait finit le lycée avec d’excellents résultats mais ne poursuivrait pas davantage ses études au grand damne de son professeur principal. Le Boss du Groupe de yakuzas se réjouissait déjà de l’accueillir en son sein à la sortie du lycée mais, Reiji ne voulait pas terminer comme son père, il déclina l’offre aimablement. Malgré tout, Reiji faisait parfois quelques petits boulots pour le Boss : ça permettait au jeune homme de garder un œil sur l’activité des yakuzas, d’apprendre le métier et d’acquérir des connaissances utiles pour plus tard, lorsqu’il se déciderait à travailler pour son propre compte.

Le typhon annoncé par Mr Météo ne devait pas être exceptionnel. Reiji n’y avait pas prêté attention. Installé confortablement dans la cave d’une des bases du Groupe, il observait d’un œil cruel et pervers le pauvre jeune homme qui se faisait torturer. La pièce insonorisée en béton armé était comme coupée du monde extérieur et les rafales de vent au dessus de leur tête ne les atteignaient pas. Il y avait trois autres personnes, en plus de Reiji. Le Boss, le bourreau, et la victime. Les cris de celle-ci étaient depuis longtemps déjà réduits à l’état de gargouillements incompréhensibles (le sang lui obstruait l’oesophage) mêlés de gémissements désespérés. Il n’y en avait dès lors plus rien à en tirer.

« Je te le laisse », dit le Boss à Reiji. « On en a fini avec lui. Fais-en ce que tu veux. »

Le regard de Reiji pétilla de malice.

« Je peux ? Vraiment ? »

Le Boss acquiesça, sortit de la pièce… son bourreau le suivit.

Reiji passa les deux heures suivantes à « travailler » sa nouvelle victime gracieusement offerte. Il était rare que le Boss lui fasse ce genre de faveur et il en avait profité jusqu’au dernier cri d’agonie étouffé dans le sang de sa pauvre victime.

Lorsqu’il sortit de la pièce, remonta l’escalier, le spectacle qui l’attendait était… indescriptible. Chaos, reste du passage de l’Enfer sur terre, désolation… Gravas et corps s’amoncelaient dans ce qui restait du bâtiment. Parmi les dépouilles, Reiji aperçut le cadavre du Boss et celui du bourreau. Il sourit à cette vision. Bon débarras ! À l’extérieur, l’état de la rue et des autres bâtiments n’étaient pas mieux. La tempête était passée, laissant un monde dévasté, détruit… et prêt à être entièrement reconstruit.

Après un regard circulaire autour de lui, où brillaient à l’intérieur de ses pupilles un étonnement incrédule mêlé au plaisir de la contemplation du paysage, Reiji éclata de rire.


---


Six ans avaient passé depuis. Les parents de Reiji sont morts durant la tempête et le jeune homme était désormais libre de vivre sa vie sans aucune attache. Il avait trouvé un petit appartement au dernier étage d’un immeuble encore debout et l’avait restauré entièrement, avant d’y poser verrous et cadenas pour s’en garantir l’exclusivité. Les vols étaient nombreux et la ville peu sûre… Dois-je préciser que Reiji était l’une des personnes qui rendaient cet endroit insécurisé ? Sans doute pas.

Son petit appartement trois pièces (chambre, salle de bain et séjour) était malgré tout très confortable. Certes, il fallait monter les sept étages à pieds (l’ascenseur ne fonctionnait pas) mais Reiji avait pu récupérer bon nombre d’objets et meubles une fois la tempête passée.

Le jeune homme vivait désormais de son propre commerce : objets, meubles récupérés, informations… et plus récemment sexe. La vie battait de son plein et ça le satisfaisait pleinement. Qui aurait pu croire que la tempête pouvait faire le bonheur de quelqu’un ?


Dernière édition par Reiji Kusanagi le Jeu 24 Juin - 10:49, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Eiko Serizawa

Our Sweet Mother...
Our Sweet Mother...
avatar

Messages : 245
Age : 27
Job/Gagne-Pain : Maman à plein temps et Herboriste
Humeur : Maussade



Who am I ?
Âge: 20ans
Sexe: ♀
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Sam 3 Avr - 4:35

Kikoo...Bienvenue, et tout ça

Bon, mon prince d'amour que j'aime trop n'étant pas dans les parages, je peux me permettre une certaine infidélité (à prendre quelque part entre le second et le centième degré...)

Eiko : Moi me prendre d'affection pour un minable décoloré...

K : Chérie, tais-toi, soit polie avec les nouveaux, ok?

Bon, bref, l'admin étant absent je me charge de vérifier les points de contexte, Sari-choux-que-j'aime viendra surement crier s'il y a faute d'ortho-machin... S'il y a, j'ai dit...

Bon deux point : Marché noir tout d'abord, écoute, vu qu'il n'y a pas vraiment d'autorité, je ne vois pas qui viendra t'ennuyer quand tu vends ta marchandise, par contre, les yakusa n'aiment pas qu'on touche a leur marché, à toi de voir si tu marche avec eux ou pas...

Ensuite, cette histoire de louer un appart' et un garage... Ben si tu veux mais tu serait bien le premier dans ce quartier là... C'est plutôt du genre ruine qui tienne à moitié debout, et qui se fait piller par trois tonnes de truands... Donc voila la plupart des habitant du repère comme Kaz et Sari par exemple squattent le repère comme tout le monde... donc pas besoin de loyer... Pour le garage, s'il se trouve au centre le point est discutable... Donc pour le garage faut demander au prince ( Jan) ou a l'hôte ( Kaz)

Voila c'est tout ce que j'ai vu pour le contexte pour l'instant...

Bonne continuation...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Dim 4 Avr - 21:50

*apparaît dans un nuage de fumée*

Et voici Jan-Jan à la rescousse ! \o/
Donc...
*_*
Truc à dire n°1 : ♥️ Je l'aime déjà, ce perso ! Mais je ne suis pas sûr que ce commentaire soit réellement constructif :p

Truc à dire n°2 : Pour le marché noir, on laisse passer =) Il n'y a certes pas d'autorité, mais un semblant d'ordre s'est tout de même installé ; ainsi, ce qu'il fait reste, d'une certaine manière, illégal /o/

Truc à dire n°3 : Pour ce qui est de la location, Eiko a raison : si c'est à Kichijoji, ça n'est pas la peine n_n C'est gratuit, huhuhu. Et puis, le garage, je suppose qu'il est dans le même quartier, alors c'est pareil n_n
Par contre, effectivement, si la mafia est dans coin, il peut y avoir de l'argent qui change de main, mais là, c'est toi qui vois =)

Truc à dire n°4 : Pour le reste, rien à redire, juste : la classe, quoi ♥️ Je n'ai noté aucune incohérence au niveau du physique ou du caractère, donc, je te laisse désormais faire ton histoire tranquillement !

Truc à dire n°5 : BIENVENUE ! *lance des cotillons et repart en sautillant* (ou l'art de dé-crédibiliser son personnage ♥️)

____________________


Kit © me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Reiji Kusanagi


avatar

Messages : 16



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Jeu 24 Juin - 10:50

Vwala, fiche terminée !! (ENFIN ! XD)

J'ai corrigé la première partie suite à vos remarques, j'espère que c'est bon désormais.

Pour l'histoire, j'avoue que j'ai eu un peu la flemme... s'il y a des commentaires, allez-y, je ne mords pas (encore... j'attends le RP pour ça :A69: )
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Jeu 24 Juin - 14:35

*accoure et s'arrête dans un dérapage pas très contrôlé*
Reeeeeijiii !

Beeeh... '_'
Je ne vais pas m'étendre là-dessus, tu es validé, que dire de plus ? ^_^
Un ex-mafieux dénué de sens commun ♥
La classe, quoi !

Toi, tu me réserve un lien et un RP pour quand on aura l'temps ! Obligé ! x)

Brefouille, bon jeu !

____________________


Kit © me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Reiji Kusanagi


avatar

Messages : 16



Who am I ?
Âge:
Sexe:
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   Ven 25 Juin - 1:22

Sankyuu ~ ♥️

Un lien et un RP :A62: on arrangera ça !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Reiji Kusanagi   

Revenir en haut Aller en bas
 

Reiji Kusanagi

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | Inscriptions | :: Habitants du Repère :: Fiches Validées-