AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Jan König - Dancer In The Dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Jan König - Dancer In The Dark   Mar 23 Juin - 8:28


† König, Jan †
"Thε Littlε Princε"


† Idεntification

    • Nom : König
    Ce qui signifie "Roi" en Allemand. Il porte bien son nom.
    • Prénom(s) : Jan Ludwig
    "Jan" est un prénom d'origine suédoise. La classe, non ? Quand à "Ludwig", si on considère que c'est l'équivalent de "Louis", eh bien...C'est un nom de roi. A croire que ses parents l'on fait exprès.
    ...Bon, d'accord, ils l'ont fait exprès.
    • Surnom : Vous arrivez à faire plus court que ‘Jan’ ? Le seul à lui donner un surnom est Kazuki, qui, suivant une étrange lubie, se plaît à l'appeler "Louis", version française de son deuxième prénom "Ludwig".
    • Sexe :
    Parfois, on en doute, mais oui, Jan est bien un garçon.
    • Âge & Date de naissance : Il a 19 ans (même s'il ne les fait pas) et est né le 13 Décembre 2000
    • Orientation sexuelle : Homo. Il lui arrive de prétendre le contraire mais ne fait pas grand chose pour le prouver…
    Les filles l'insupportent, et s'il peut arriver qu'on le voit avec l'une d'entre elles, il est à savoir qu'il en tire très certainement un intérêt, un avantage, ou un quelconque bénéfice. Aucun risque que ce soit gratuit.
    • Origines : Allemandes
    • Langue(s) : Allemand et Japonais
    • Métier(s) : Danseur & Chanteur ♥
    De clubs en clubs, de bars en bars, Jan est plutôt doué dans son genre, et est de ce fait pas mal demandé. Il faut dire qu'il fait ça bien.

† Aspεct physiquε What Do I Look Like ?


[texte : citation
ou petit texte
représentatif du
personnage]
    [image : petite image, environ 150 x 95]

• Physionomie : Si on exclu les vêtements, regarder Jan peut donner l’impression de contempler une photo en noir et blanc. Bien que doté à l’origine d’une chevelure dorée, il aborde maintenant une étrange couleur gris-souris, fruit des innombrables colorations/décolorations qu’il a fait successivement subir à ses cheveux, légèrement secs, un peu cassants, mais néanmoins d'une grande finesse et d'une douceur évidente. Plutôt déstabilisant, comme couleur, vous en conviendrez. Mais il faut bien avouer que cela s’assortit parfaitement à ses yeux. Il porte ainsi sur le monde un regard froid, couleur de perle, dont la luminosité semble varier au gré de ses humeurs. Il ne mesure qu’un mètre 65, ce qui peut être considéré comme une petite taille compte tenu de ses origines européennes. Niveau poids, le chiffre est aussi en dessous de la moyenne : 49 kg ; il faut dire que Jan n’est réellement pas soucieux de sa santé, et être en sous poids ne le dérange absolument pas. Et puis, oublier de manger comme il le fait si souvent n’arrange pas les choses. Il dégage ainsi une impression de fragilité que viennent renforcer ses manières plutôt…féminines. Ses mouvements sont fluides, félins, déliés et il attache une importance toute particulière à son apparence : ongles soignés (quelques fois vernis de noir), peau dénuée d’imperfections… Ses mains sont fines, dotée de longs doigts dits "de pianiste".
De plus, le moindre de ses gestes est calculé…lorsqu’il frôle quelqu’un, ce n’est jamais par inadvertance…
De même, chacun de ses sourires est délivré pour une raison précise… Ce qui ne l’empêche pas de sourire la plupart du temps, dès lors qu’il est en présence d’autres personnes.
Il est beau, c’est indéniable. Pourtant bien souvent les gens sont mal à l’aise en sa présence… Il y a en lui selon eux quelque chose d’étrange et de malsain qui les pousse à éviter sa compagnie. Est-ce dû à sa peau trop pâle ? A son regard qui semble vouloir livrer quelque secret inavouable ? Les deux, peut-être ? Qui sait... Peut-être ses cheveux masquant en partie son visage y sont-ils pour quelque chose ?
Les avis divergent. « Canon » d’après certains, « Flippant » selon d’autres. Magnétique, ce n’est plus à prouver.
Il attire autant qu'il révulse. On l'aime autant qu'on le hait. Mais une chose reste certaine : on le regarde, quoi qu'on en pense.

• Vêtements : Jan aime attirer l'attention, choquer, plaire. Et il s'habille en conséquence. Couleurs de prédilection ? Gris et Rouge foncé. Noir aussi. Blanc...Parfois. Forme des vêtements ? On peut dire que ça dépend. Mais toujours, toujours étudiés pour que son corps - parfait, selon lui - ne puisse être ignoré. Ses épaules resterons ainsi le plus souvent à découvert ; il n'aime pas vraiment avoir le cou enveloppé de tissu. Il préfère respirer, comme il le dit. En vérité, ce qu'il préfère, c'est montrer sa nuque délicate et Ô combien attirante. Vil tentateur ! Pour les même raisons, ses pantalons (jamais, JAMAIS de bermuda ou de short ! Quoique, pour les shorts, peut-être, mais seulement si la situation l'exige) seront toujours taille basse, histoire que ses hanches fines (et efféminées) ne passent pas inaperçues. Il préférera les slims aux autres modèles, et y ajoutera quelquefois une ceinture (cuir noir, de préférence) à la boucle argentée. Comme chaussures ? Une paire de Converse quand il veut faire simple, des bottes le reste du temps. Il en possède différentes paires, de différentes hauteurs et de différents styles. La plupart de couleur noire, une seule paire blanche, dont les lanières de fermeture sont...devinez ? Noires (on ne se refait pas).
Au niveau des motifs, Jan n'en affectionne qu'un seul : les rayures. Les vêtements unis constituent néanmoins l'essentiel de sa garde-robe.
On le verra le plus souvent en manches longues, masquant à moitié ses mains, et lorsque le temps se rafraîchit, Jan se plait à porter de longs manteaux, qu'il laisse traîner négligemment sur le sol, peu soucieux de les abîmer.
On le verra souvent s'affubler de quantités de colliers argentés de toutes sortes, perles, chaîne, pendentifs... En revanche, rien aux poignets, cela lui donne l'impression d'être entravé.
C'est lors de l'exercice de son métier que cet Enfant Perdu se permet le plus de fantaisies vestimentaires : bordure de fourrure (fausse, bien sûr) sur le col et les manches de son manteau, bottes à talon et, sa marque de fabrique, un petit diadème argenté posé sur ses cheveux.

• Autres : Jan à les oreilles percées - deux trous de chaque côté - ainsi qu'un piercing sur la langue. Au bas de son dos, bien au milieu, on peut voir un tatouage représentant une rose rouge foncé entourée de ronces grises entrelacées.

† Psychologiε What Do I Think ?


[texte : citation
ou petit texte
représentatif du
personnage]
    [image : petite image, environ 150 x 95]

• Caractère :
"Prétentieux ce n’est plus à faire,
Belliqueux, dépassé face à la misère…
Un peu merdeux."
(Louise Attaque, "Si C'était Hier", 2005)
Jan est un insupportable enfant gâté, c'est une chose qui n'est plus à prouver.
Auto-centré et égoïste sont deux adjectifs qui décrivent parfaitement les aspects les moins reluisants de sa personnalité.
"Innocence and arrogance intwined
In the filthiest of minds"
(The Last Shadow Puppets, "My Mistakes Were Made For You", 2008)
(Innocence et arrogance emmêlées
Dans le plus immonde des esprits)

Nous l’avons déjà dit, Jan aime plaire par dessus tout.
A peine sortit de l’enfance, il est pourtant une personne instable, asociale bien qu’il s’efforce de ne pas le montrer ; il faut dire que malgré son aversion des gens banals, Jan a terriblement besoin d’attention et d’affection.
Malheureusement, cette tendance se manifeste par une possessivité excessive envers tous ceux auxquels il s’attache.
Jan est donc, par extension, égoïste, et par conséquent se montre très peu doué lorsqu’il s’agit de faire preuve de compassion. Et cette indifférence n’est malheureusement pas qu’une impression. Puisque, ne l’oublions pas, Jan n’accorde d’importance qu’à peu d’individus en dehors de lui même.
L’instabilité de Jan quand à elle, se retrouve dans sa tendance à toujours s’attacher à des personnes ne pouvant lui apporter rien de plus que des ennuis. Masochiste ? On se le demande. Cet adolescent est un véritable aimant à problèmes. De là à penser qu’il le fait exprès, il n’y a qu’un pas.
Autre problème : la violence. Jan est capricieux. Très capricieux. Et quand il n’a pas ce qu’il souhaite, quoi que ce soit, il s’énerve. Compte tenu de sa constitution physique, on ne peut pas dire que ce soit un réel problème, à part peut-être quand dans sa fureur il commence à casser tout ce qui lui tombe sous la main. En fait, les seules conséquences réel de ce sale caractère sont une bonne migraine pour quiconque ce trouvant un peu trop près et – et c’est là le point le plus dérangeant – la terreur qu’il inspire aux plus jeunes. Il ne les frappe jamais, et ne frappera jamais un seul d’entre eux. Il juge cela bas, mesquin et complètement immoral ; cependant ses colères restent légendaires, et les petits, plus impressionnables, préfèrent s’en tenir éloignés.
Du coup, cela lui confère une certaine autorité au sein des Enfants Perdus, bien que ce ne soit plus par crainte que par respect. Cependant, jamais Jan n’abusera de cette autorité. Aussi étrange que cela puisse paraître, il les considère tous comme sa famille, et ce n’est qu'en dehors de la Tour 1o9 que Jan montrera les aspects les plus malsains de sa personnalité. Sauf le côté colérique bien sûr, qui ruinerait certainement sa…popularité. Cet aspect, seule sa « famille » de Shibuya y a droit. On les plaint.
"Protect me from what I want
Protect me, protect me..."
(Placebo, Protect Me From What I Want, 2003)
Mais au fond…Pourquoi ? Pourquoi ce caractère ? Explication simple : besoin d’affection, besoin de protection. Besoin de se savoir entouré.
Besoin de ne pas penser à sa vraie famille, dont il n’a pas eu signe de vie depuis la Tempête
Aussi simple que ça.

• Particularités : Jan aime…chanter. Danser, être admiré. Vivre ; sans penser au lendemain. Aimer, être aimé. Rester sur le Toit de la Tour jusqu’à ce que le Soleil se lève. Le thé, qu’il avale en quantités industrielles.
Vivre, encore.
Lire, dévorer des bibliothèques entières, pendant des heures, à s’en bousiller les yeux.
Être le centre de tous les regards.
S’enivrer.
Vivre, toujours.
Et il déteste… Par dessus tout, être ignoré. Ceux qui lui ressemblent (on ne supporte pas ses défauts chez les autres, c'est bien connu…). Dormir, grandir…vieillir ?
Au boulot, Jan est rigoureux, précis, maniaque dans le rangement de ses tenues. Chez lui ? L’inverse. Probablement l’alcôve la moins rangée de tout le Refuge. Autre signe particulier : des post-its recouvrant les murs. Jan ne veut rien oublier. Jamais.
Que dire d’autre à son sujet… Son métier ? Jan l’exerce par besoin, bien sûr (il faut bien vivre), mais avant tout par envie. Il aime la scène par dessus tout, et s’y sent vraiment dans son élément…
Autre point important : Jan n’aime PAS les filles. Elles l’énervent. Elles l’insupportent. Il les juge inintéressantes et stupides. Certes, il n’est pas très objectif, et ne cherche pas vraiment à les fréquenter histoire de vérifier ses préjugés. Mais bon, ce n’est pas Jan König pour rien. Il est vraiment très difficile de le faire changer d’avis.
Et puis, malgré ce… petit problème relationnel, Jan sait se comporter en société, et, à part peut-être une légère distance, il n’aura jamais de comportement dégradant à l’égard de la gente féminine. Il a une réputation à tenir, que diable !
Dernier détail : Jan et un collectionneur. De quoi ? Toutes sortes de choses. Ça va de l’emballage de bonbon aux paires de bottes, en passant par les conquêtes et les boîtes à musique. Le rapport ? Aucun, ne cherchez pas. On a jamais dit que Jan était logique.

• Tics, manies et autres détails : Si Jan peut paraître plutôt déconcertant au premier abord, il reste en vérité très prévisible : la plupart de ses réactions peuvent être prévues si l’on observe bien son comportement…
Quand quelque chose lui fait envie : il se mordille la lèvre inférieure.
Quand il est sur le point de s’énerver : il triture nerveusement ses cheveux.
Quand il est mal à l’aise, triste ou gêné : il serre ses bras autour de son corps.
Quand il est sur le point de faire une de ses – rares mais violentes – crises de larmes : il serre les poings jusqu’à enfoncer ses ongles dans ses paumes.
Quand il est heureux : il sourit sincèrement et se montre encore plus tactile que d’habitude (ce qui est déjà pas mal).
Quand il est attentif : il penche la tête vers la droite et regarde son interlocuteur par en dessous. Quand c’est l’inverse, il change de côté et regarde ailleurs.
Il ne faut pas s’inquiéter quand il se plaint. Il faut s’inquiéter s’il dit que tout va bien.


† Jouεur/Jouεuse †


    [icon]
    • Prénom : Admin-sama ! Non ?
    • Âge : *compte sur ses doigts* J’sais plus…
    • Serez vous actif ? On peut vraiment poser cette question à un admin ? Bon, bah 7/10 alors…
    • Comment avez-vous connu le forum ? Pff…

    • Avez-vous lu le règlement ? Drôle de question, puisque je l’ai co-écrit… Code validé par Kazounet ♥


____________________


Kit © me


Dernière édition par Jan L. König le Sam 11 Sep - 0:56, édité 50 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Jan König - Dancer In The Dark   Dim 5 Juil - 23:48

| Histoirε ...And What About My Story ?


Acte I – L’enfant-roi.

Il était une fois…
Tous les contes commencent ainsi.
Mais s’il est vrai que beaucoup finissent par une happy end, ne vous attendez pas à cela ici. Ils ne vécurent pas heureux pour toujours. Le prince charmant n’existe pas, tout le monde le sait ; et peut-être la belle au bois dormant est-elle déjà morte.

Il était une fois un Petit Prince…
Un Petit Prince aimé, choyé et protégé, vivant dans le plus beau des châteaux, entouré de parents aimants et heureux…
Jan Ludwig König naquit en plein hiver, le 13 Décembre 2000, aux alentours de 23h00, tandis qu’au dehors tombaient les premières neiges. Pour ses parents, jeune couple plein de rêves et d’ambition, rien n’aurait pu apporter autant de bonheur que cette naissance… Leur premier enfant ; l’aboutissement de leur amour.
Un petit angelot blond aux profonds yeux couleur de perle.
Toutes leurs joies, leurs attentions étaient maintenant tournées vers ce petit être fragile et délicat.
Et quand on aime, on ne compte pas, n’est-ce pas ?
En tout cas, le couple König appliquait cet adage à la lettre. Jan avait tout. Tout ce que ses parents jugeaient bon de lui offrir ; tout ce qu’il désirait, dès lors qu’il fut en âge de réclamer quelque chose. Tout. Il l’avait.
Et il était heureux.
Comment ne pas l’être dans une telle situation ?
Beaucoup auraient tout donner pour être à sa place.
Mais ça, il n’en n’avait pas conscience. Après tout, n’était-il pas encore trop jeune pour cela ?
Néanmoins, il y avait une chose qu'il réalisait : l’amour que lui portaient ses parents… Et le pouvoir que ses demandes avaient sur eux.
Et il grandissait, le Petit Prince, s’habituant à être le centre de ce petit monde…
Il grandit.
Jusqu’à atteindre ses 10 ans.

Jusqu’à ce que…

Acte II – La chute. Le reste est silence.

Il était une fois un petit frère.
Si mignon petit frère…
Il l’aima au premier regard. De tout son cœur, de toute son âme. Il était si petit !
Il fallait le choyer. Le protéger.
Il l’aimait…
Mais ses parents aussi. Eux aussi l’aimaient, le choyaient, le protégeaient.
Tant et si bien que Jan… Jan n’était plus le centre du monde.
Relégué au second plan, voilà ce qu’il était.
Oh, si peu… !
Mais suffisamment pour que, dans son petit esprit d’enfant unique et gâté, il se sente délaissé. Abandonné.
Cela arrive tous les jours, des familles qui s’agrandisse ! Mais à ce moment là, Jan aurait préféré que ça ne tombe pas sur la sienne.
Pas de doute, il aimait toujours son frère. Mais il en voulait à ses parents.
Regardez-moi ! Faites attention à moi ! REGARDEZ-MOI !
Voilà ce qui lui venait à l’esprit.
Et il comptait tout faire pour être obéi.
A 10 ans, Jan fit sa crise d’adolescence. Ou quelque chose d’approchant.
Il devint insupportable. L’amour de ses parents ne suffisait pas à fixer leur attention sur lui ? Soit ! Il capterait leur regard par d’autres moyens. Bien sûr, à l’échelle d’un enfant de 10 ans, les conséquences n’étaient pas réellement contraignantes…
Sauf cette fois là.
Cette fois où il fit un caprice au beau milieu d’un repas en compagnie de gens importants.
Parce qu’ils ont fait du chemin, depuis la dernière fois, les parents. Ils sont patrons d’une grande entreprise, ils travaillent avec des clients étrangers… Et ils sont riches…enfin, encore plus qu’avant.
Ce jour là, il y avait un repas d’affaire. Des clients japonais, les plus importants.
Et Jan fit un caprice…Et Jan insulta l’un des clients. Autant dire que cela ne fit pas bonne impression. Autant dire que cela ne plut pas aux parents.
Ni à Jan, qui en subir par la suite les conséquences.
Oui, il avait eut de l’attention. Mais pas comme il l’aurait espéré…Il était allé trop loin.
Solution radicale : l’éloignement.
Depuis longtemps maintenant, Jan étudiait le japonais dans l’optique de reprendre plus tard – beaucoup plus tard – les affaires familiales. Eh bien, il était manifestement temps pour lui de mettre cela en pratique.
Il fut envoyé au Japon.
Oh, pas lâché dans la nature, bien sûr, mais inscrit au sein d’un prestigieux collège international, dans le but de le remettre dans le droit chemin.
Est-ce utile de préciser que ça n’a pas marché ?
Le caractère de Jan ne s’arrangea pas, bien au contraire. Il voulait rentrer, voir son frère, et appliqua pour cela la même tactique que précédemment…sans succès, une fois de plus.
D’enfant capricieux, Jan passa à délinquant miniature.
Il commença à enchaîner les petits délits.
Jusqu’à ce jour.
Jusqu’à cette rencontre.

Acte III – Le magicien.

Il était une fois un sauveur.
Il faisait froid, et la pluie tombait à verse depuis trois jours. Trois jours que Jan avait passé à ruminer dans sa chambre de l’internat. De quoi craquer.
Ce qu’il fit. N’y tenant plus, il s’était échappé du dortoir en pleine nuit et avait pris la direction d’un quartier réputé pour la violence de ses nuits. Endroit qu’il fréquentait de plus en plus souvent.
Il errait, ne sachant réellement que faire. Il voulait se défouler. De ce genre de cas, que faisait-il ?
A l’école, il s’arrangeait pour se retrouver en retenue. En journée à l’extérieur, il commettait des vols à l’étalage ou déclenchait des bagarres. Il était jusqu’ici rarement sorti de nuit. Il est toujours plus difficile de duper le gardien dans le silence qui y règne. Mais dans le cas présent, la pluie avait aidé son évasion et il était maintenant dehors, tandis que la ville entière s’offrait à lui.
Il inspira une profonde goulée d’air humide et choisit de laisser le hasard décider pour lui. Laissant aller ses pas sans but précis, il déambulait dans les rues, à la recherche d’une quelconque occupation.
Qu’il finit par trouver. Alors qu’il errait entre les buildings, son chemin croisa une petite impasse encadrée par deux sombres immeubles. Et dans cette ruelle, trois garçons de son âge environ, visiblement absorbés par une conversation tenue à voix basse. Penchés les uns vers les autres, ils jetaient régulièrement des regards nerveux aux alentours, comme par craintes d’être surpris. Jan esquissa un sourire.
Il les apostropha.
« Hé, les gars ! »
Ils se retournèrent brusquement.
« Vous êtes pas discrets, vous savez ? Y’a écrit ‘Magouilleur’, sur votre front, là ! »
Il rit. Là, c’est sûr, ils allaient essayer de lui taper dessus. Il savait bien qu’il n’aurait pas le dessus. Mais il savait aussi qu’il était capable de leur faire mal avant de partir en courant. Jan, il est doué pour la fuite.
Comme prévu, ils répliquèrent avec leurs poings.
Jan se lança à corps perdu dans la bagarre.
Ce fut lorsqu’un coup porté à sa tempe fit apparaître une multitude de tâches lumineuse dans son champ de vision qu’il jugea bon de tirer sa révérence. Ce qu’il s’empressa de faire sans plus tarder. Faisant mine de porter un coup, il fit brusquement demi-tour et s’enfuit sans demander son reste… Pour atterrir droit sur un quatrième larron.
Celui là semblait plus âgé. 16 ans au moins. Beaucoup plus grand que Jan, qui ne l’était déjà pas beaucoup pour ses 12 ans, il avait le regard sombre de quelqu’un qui n’hésite pas à frapper plus petit que lui. Sheisse.
Et en l’occurrence, le plus petit, là, c’était Jan.
Etait-il un allié des trois autres ? Leur chef ? Allez savoir.
Quand Jan se réveilla, il était toujours dans la ruelle. Mais seul, cette fois.
La pluie tombait toujours.
Il avait mal. Pour ce qu’il en savait, il venait de prendre la dérouillée de sa vie.
Se relevant péniblement, il repris sa route, toujours sans le moindre but. Titubant et trébuchant à chaque pas, il peinait à reconnaître le décors et à aligner deux pensées cohérentes.
A bout de forces, il finit pas s’affaler sur les marches menant à l’entrée d’un immeuble. Il avait sommeil…
Il s’apprêtait à de nouveau sombre de le confort de l’inconscience quand apparut devant lui une paire de jambes. Qui devaient, de toute évidence, appartenir à quelqu’un. Aussi leva-t-il lentement les yeux afin de mettre un visage à cet individu. De longs cheveux qu’il avait envie de toucher pour voir s’ils étaient aussi doux qu’ils ne le paraissaient. Une peau pâle. Il semblait plus vieux que le grand de tout à l’heure, mais pas encore un adulte.
« Tu veux entrer ? » l’entendit-il prononcer.
Il hocha lentement la tête, n’ayant pas la force de parler.

Il s’appelait Kazuki. Kazuki Umezawa.

Acte IV – Apocalypse Please !

Il était une fois la Fin du Monde.
Les contes de fées, c’est vraiment du n’importe quoi. Les happy ends, ça n’existe pas. Pas dans ce monde, en tous cas.
Octobre. Encore et toujours de la pluie. Ça ce voyait comme le nez au milieu de la figure, pourquoi regarder la météo ?
C’est par ses petits camarades de l’internat que Jan apprit, pour cette histoire de typhon. Qui ne lui provoqua qu’un haussement d’épaule. C’est pas vraiment la saison, et alors ? C’est qu’un typhon parmi tant d’autres.
Ou pas.
Le sang, les cris, les débris, partout.
Le typhon était arrivé, comme prévu. On l’avait attendu un peu, puis les surveillants avaient décrété qu’il était temps d’aller dormir. Quelques soupires mécontents, puis on était allé se coucher.
Ce qui réveilla Jan, ce fut d’abord le bruit du vent.
Puis un craquement. Celui de l’arbre pas loin de la porte de l’internat qui venait de tomber.
Puis, des cris.
Puis, des craquements, encore. Cette fois, ça venait d’en haut. Le toit ?
Puis, les rafales. Le vent hurlant qui s’engouffre dans la chambre. C’était bien le toit, les craquements. Il s’est envolé.
Les cris, encore. Un instant, Jan eut l’impression qu’un géant avait attrapé le bâtiment et le secouait comme un panier à salade.
Puis, le néant.
A son réveil, seul le silence se fit entendre. La tempête était passée.
Mais le pire restait à venir.
Vous avez déjà entendu parler d’apocalypse ? De fin du monde…
Eh bien c’était à peu près ce que Jan avait sous les yeux lorsqu’il se réveilla.
Comment il se retrouva par la suite devant l’appartement de Kazuki, il l’ignorait. Il n’avait même pas pris la peine de chercher les autres survivants. Tout ce qu’il voulait en cet instant, c’était voir Kazuki.
Voir Kazuki, et oublier.
Lorsqu’une nouvelle fois il se réveilla sans se souvenir de s’être endormi, il n’était plus seul.
Il contempla un instant le visage endormi de son ami, puis retomba avec un soupir de soulagement dans les bras de Morphée. Tout irait bien, maintenant.

Acte V – Peter Pan.

Il était une fois le Pays Imaginaire.
Des nombreux événements qui survinrent par la suite, Jan ne se soucia pas.
Il avait essayé une ou deux fois de joindre sa famille, en Allemagne, sans succès ; et ayant entendu dire qu’il était impossible de sortir de la ville, il décida de tirer un trait sur le reste du monde. Une page de son histoire s’était tournée.
La suite restait à écrire.
Il ne resta pas plus d’une journée en compagnie de Kazuki, le temps de s’assurer que ce dernier pouvait se débrouiller seul. Puis il s’attela à une tâche qu’il s’était fixée. Retourner à l’internat, et retrouver ses camarades. Beaucoup venaient comme lui de l’étranger, et se retrouvaient donc coupés de leur famille, sans nouvelles et sans soutient. Ce que Jan refusait.
Il découvrit que nombre d’entre eux étaient restés dans les débris du bâtiment, ce qui en soit était une bonne chose. Pas besoin de parcourir la ville pour les retrouver. Sur son initiative, ils se rassemblèrent, et tous - ceux qui choisirent de ne pas suivre les quelques adultes de l'internat - décidèrent de rester ensemble pour faire face. Survivre était leur but, désormais.
Mais ils n’y arriveraient pas en restant ici.
Ce fut un petit de 10 ans qui trouva la solution. Tandis que beaucoup étaient restés les uns auprès des autres afin de s’occuper des blessés, lui avait choisit d’explorer ce qu’il restait de Tokyo et avait ce faisant une découverte remarquable. La tour Shibuya 109 était encore debout. Les débats ne durèrent pas bien longtemps, et il fut très vite décidé que ce serait le QG officiel de leur groupe. Un endroit où ils seraient en sécurité. Leur terre promise…
« Dites, lâcha quelqu’un, Vous avez pas l’impression qu’on est un peu comme les Enfants Perdus, dans Peter Pan ? »
Quelques rires d’approbation.
« Alors Shibuya 109, C’est l’Pays Imaginaire ! »
« Et Jan, c’est Peter Pan ? »
« Dit pas de bêtises » fit le concerné en lui ébouriffant les cheveux.

Ainsi étaient nés les Enfants Perdus.

On s’organisa.
A mesure que le temps passait, d'autres se joignaient à eux. A vrai dire, il y avait même déjà d'autres enfants au centre commercial quand ceux de l'internat arrivèrent. Presque inconsciemment, ils s'étaient rassemblés.
Les premiers mois furent les plus difficiles. Puis, la vie suivit son cours.
Petit à petit, certains trouvèrent du boulot. Jan aussi. Il ne se serait jamais cru capable de chanter devant un public, mais tout compte fait, il ne s’en sortait pas trop mal. Il commença à danser, aussi. Au départ, rien de très probant, puis, peu à peu, cela commença à faire partie intégrante de son « travail ».
Bizarrement, ça payait plutôt bien. Il faut dire que se distraire de temps à autre, c’est presque aussi important que se nourrir, dans ces conditions.
Ainsi passait sa vie, étrange petit prince, Peter Pan des temps modernes.
Oh, mais n’allez pas croire qu’il est subitement devenu gentil et prévenant du jour au lendemain. C’est tout de même de Jan qu’il est question. Il restait plus ou moins fidèle à lui-même.
Et l’est resté jusqu’à aujourd’hui.
Jan Ludwig König, à votre service.

____________________


Kit © me


Dernière édition par Jan L. König le Sam 11 Sep - 1:13, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Jan L. König

The Little Prince
The Little Prince
avatar

Messages : 373
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Dancer & Singer.
Humeur : Just Devine.



Who am I ?
Âge: 19 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Jan König - Dancer In The Dark   Jeu 25 Fév - 5:30

Kazounet ! Tu t'rends compte ! J'ai fini ! *fait le V de la victoire*

Youhou ! *court dans tous les sens en agitant les bras*

*se mange un mur*

____________________


Kit © me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net
Kazuki Umezawa

The One Who Needs To Be Loved
The One Who Needs To Be Loved
avatar

Messages : 194
Age : 26
Job/Gagne-Pain : Serveur / hôte
Humeur : Hum...? Vous voulez le savoir ? Alors cherchez ! *sourit*



Who am I ?
Âge: 27 ans
Sexe: ♂
Quotes, RPs and links:


MessageSujet: Re: Jan König - Dancer In The Dark   Jeu 25 Fév - 5:47

Ouep. J'peux donc dire les trois mots magiques ! (Bah oui, forcément, ta fiche est parfaite, donc rien à redire /o/)

Tu es validé ! Elle est pas belle, la vie ?

____________________

Oh!
Do you know what you got into
Can you handle what I'm 'bout to do
'Cause it's about to get rough for you
I'm here for your entertainment

Oh!
I bet you thought that I was soft and sweet
You thought an angel swept you off your feet
But I'm about to turn up the heat
I'm here for your entertainment










#373530
Kit ©️ me
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://tokyo109.forum-actif.net/forum.htm
Contenu sponsorisé







MessageSujet: Re: Jan König - Dancer In The Dark   

Revenir en haut Aller en bas
 

Jan König - Dancer In The Dark

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
| Tokyo 109 | :: | Inscriptions | :: Les Enfants Perdus :: Fiches Validées-